Ephémères III. En territoire poétique

La semaine dernière, nous avons animé trois sessions de formation dans la Drôme : une pour les « artisans de justice sociale », une pour celles et ceux qui veulent créer des collectifs de chômeurs et une dernière dont le titre ne me plaît pas vraiment : « manager1 de manière juste et démocratique ». Notre préoccupation était la suivante : quelle proposition d’éducation populaire pour des responsables d’organisation ? Elles aussi ont besoin d’espaces pour réfléchir, échanger, dénouer et prendre soin d’elles pour faire face à des enjeux contradictoires.

Lors de cette session, nous avions décidé de prendre trois heures pour réfléchir sur « le pouvoir ». Pouvoir d’agir. Puissance. Autorité. Violence. Comment se donner des repères pour l’action ? Une fois de plus, on avait trop de matière : des lectures multiples (Spinoza, Arendt, Foucault…), des expériences d’actions collectives (rencontres, marches, négociations…) et des expériences intérieures. Avant tout apport, nous avons posé une question à chacun.e des participant.es : « Quand avez-vous eu le sentiment d’avoir eu du pouvoir sur votre vie ? »

Et avant même cette question, nous avons ouvert un territoire poétique où se promener. J’ai conté une histoire « Merlin ou l’homme sauvage ». Rien à voir avec Merlin l’enchanteur. C’est un conte collecté par Dominique Gauthier dans l’île Shippagnan, dans le comité de Gloucester au New-Brunswick en décembre 1952 auprès de Gustave Hébert. Ttranscrit par Gilles Vigneault puis révisé par Clara Marceau et Vivian Labrie, j’ai entendu cette dernière le raconter à mes enfants il y a quelques années. Je l’ai enrichi de quelques détails d’une version collectée au près de Sandy Jones en septembre 1977 par Robert Bouthillier et Vivian Labrie dans un village voisin.

En résumé, Merlin vole des fruits chez un roi propriétaire qui finit par l’enfermer en prison. Il est libéré par Jack, le fils du roi. Merlin lui propose son aide à chaque fois qu’il en aura besoin. Jack n’a qu’à appeler « A moi Merlin ! ». Le roi condamne à mort son fils qui pourtant survit à ses bourreaux. Merlin le retrouve, le déguise en lui mettant une vessie de cochon sur la tête et lui indique le chemin d’un royaume où il y a de l’ouvrage. Une fois embauché pour jardiner des fleurs, Merlin l’aide à accomplir des merveilles. Contre l’avis de son père, une des filles du roi séduit Jack puis l’épouse. Ils sont relégués en marge du château. Se déclenche une guerre. Le roi et ses gendres ne veulent pas de Jack. Incognito, équipé par Merlin, il joue pourtant un rôle décisif dans la victoire. Il finit par être reconnu à cause d’un bout d’épée coincé dans sa jambe. Il refuse la succession du roi et préfère continuer de vivre en marge du royaume.

Dans ce conte, le pouvoir se présente sous toutes ses formes : la violence, la coopération, l’initiative personnelle, la duperie, l’autorité, la force… Nous ne l’avons pas « analysé ». Nous l’avons laissé habiter nos échanges, tisser des liens avec nos histoires de vie, avec les concepts forgés par d’autres :

→ Quelles similitudes entre l’action de Jack et la définition du pouvoir (power) d’Hannah Arendt « Le pouvoir ne correspond pas seulement à l’aptitude de l’être humain à agir mais à agir de façon concertée. Le pouvoir n’est jamais une propriété individuelle2 ? »

→En quoi les besoins de nourriture de Merlin, le désir de liberté de Jack, le refus d’une fille d’obéir à son père sont-ils des métaphores de notre propre pouvoir d’agir ?

→ Comment identifier dans le conte et dans la vie des « états de domination » que Michel Foucault définit « lorsqu’un individu ou un groupe social arrivent à bloquer un champ de relations de pouvoir, à les rendre immobiles et fixes et à empêcher toute réversibilité du mouvement – par des instruments qui peuvent être aussi bien économiques que politiques ou militaires3 » ?

L’histoire de Merlin était présente à nos côtés lors de cette matinée. En résonances plutôt qu’en raisonnements. Une manière de cheminer en territoire poétique. Là où, « artisan d’histoires plutôt qu’artisans de vers », on « suscite l’émotion tragique et le sentiment d’humanité4 ».

1. Je n’aime pas ce mot de « management ». La notion et la pratique naissent au début du vingtième siècle en parallèle de la croissance des entreprises capitalistes. Elles cherchent à augmenter la productivité en modifiant l’organisation du travail et l’encadrement des travailleurs. L’histoire est connue. Des connaissances scientifiques sont mobilisées massivement. Une catégorie de population située entre les patrons et les ouvriers se constitue progressivement. Les personnes sont considérées uniquement comme des « ressources humaines »…

2. « Power corresponds to the human ability not just to act but to act in concert. Power is never the property of an individual » Hannah Arendt, « On violence » in Crises of the Republic, 1972

3.«L’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté» (entretien avec H. Becker, R. Fornet-Betancourt, A. Gomez-Müller, 20 janvier 1984), Concordia. Revista internacional de filosofia, no 6, juillet-décembre 1984, pp. 99-116, Dits Ecrits tome IV texte n°356http://1libertaire.free.fr/MFoucault212.html

4. Les deux citations sont issues de la Aristote, Poétique, trad. fr. J Hardy, Paris, Gallimard, 2005. La première est légèrement modifiée 1451b et 1456a.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.