En 2019, la Villa sera située ou ne sera pas !

Comme chaque année depuis 2012, nous vous invitons à venir séjourner dans la Villa réflexive, seul.e ou à plusieurs, l’espace d’un billet ou d’un mois, les locations vous sont ouvertes entre mars 2019 et décembre 2019 !

La Villa réflexive c’est un lieu numérique que l’on souhaite hospitalier, où l’on peut passer ou s’installer un peu pour publier autour d’une thématique donnée. Un espace pour réfléchir sur nos pratiques professionnelles et nos pratiques de recherche, un lieu accueillant pour permettre des approches exploratoires, sur des dimensions moins légitimes, moins balisées, où l’on est éventuellement plus vulnérable ; pour aborder des zones de questionnement éventuellement marginales par rapport à nos sujets principaux, ou centrales pour des sujets marginaux !

Nous prévoyons de nous installer durablement dans le sujet des savoirs situés, au rythme lent de l’élaboration et pour un temps pour le moment indéterminé.

Pour venir co-habiter dans la Villa, il suffit de nous envoyer vos propositions de textes ou de « réservation » de la Villa, en commentaire de ce billet, par mail, ou sur Twitter :

@infusoir / @delph_moreau

faury@unistra.fr / delphine.m.moreau@gmail.com

En 2018, nous avions choisi de tisser le fil « Prendre la parole ».

En 2019, la Villa sera située ou ne sera pas ! L’invitation est présentée dans la suite de ce billet.

Au plaisir de vous lire, sous toutes les formes qui vous paraîtront adaptées à la question des savoirs situés.

Mélodie Faury et Delphine Moreau

Depuis qu’elle existe, la Villa réflexive est fréquentée, lue, habitée.

Quand il s’y passe quelque chose, quand un.e locatair.e construit, essaye, parle, partage sa réflexion, son geste de pensée, on y consacre un peu de temps, de lecture, d’écriture, de discussions. On y passe, on y revient.

Pour les auteures de ce billet, les Espaces réflexifs ont représenté, à un moment ou à d’autres, un ancrage dans ce qui compte dans nos pratiques de recherche. Une manière, non pas de se charger davantage, mais de se rappeler ce à quoi l’on souhaite encore réussir à consacrer du temps de réflexion. Un lieu pour prendre soin collectivement de ce qui nous importe.

En 2019, nous ouvrons la Villa réflexive pour accueillir les savoirs situés.

Les fils à tisser que nous vous proposons, non exhaustifs et ouverts, les voici – les questions que nous souhaitons partager sont autant épistémologiques que pratiques.

Ces fils proviennent de notre parcours : nous avons beau travailler dans le champ des sciences humaines et sociales, il semble qu’il faille encore contribuer au mythe d’une objectivité construite sur la neutralité du positionnement des chercheurs. Régulièrement, il nous faut rejouer la bataille, pour mettre en évidence d’une part que la neutralité du positionnement n’existe pas, qu’on parle de quelque part qui « donne une vue sur » et garde des points et angles aveugles (ce quelque part inclut la démarche de recherche qu’on a choisie et suivie, les lectures, terrains, acteurs rencontrés…) ; et d’autre part qu’être situées n’implique pas de renoncer à l’objectivité, à un travail et des épreuves d’objectivation.

La production “scientifique” du savoir

Comment construisons-nous nos savoirs scientifiques ? Quelles relations avec les autres savoirs ?

Depuis quelles places, quelles légitimités / autorités, dans quelles situations, selon quelles relations à nos objets et aux sujets que nous rencontrons élaborons-nous la connaissance scientifique ?

Quelle(s) relation(s) entre réflexivité et scientificité ?

  • La relation sujet connaissance-objet / sujet de connaissance : place de l’expérience vécue dans la relation au terrain, la notion de “situation” ;
  • Vulnérabilité, fragilité, dé-protection des chercheur.es comme posture épistémologique ;
  • Le “je” en sciences : parler (qui parle et comment, d’où), écrire la science (styles et formes ; Marielle Macé, 2016), les questions épistémologiques associées ;
  • Toucher et être touché par la recherche, par le terrain, par la relation avec les sujets de sa recherche : tact, contact, épistémologie du lien (Maria Puig de la Bellacasa, 2012 ; Joëlle Le Marec, 2013 ; Florence Piron 2017) ;
  • Objectivité, neutralité, positivisme / relativisme : “tenir les deux bouts du mât ensemble” (Benedikte Zitouni, 2012) ;
  • Réflexivité, bien sûr : comment identifier d’où l’on parle, réfléchit, produit (des questions, des analyses, des savoirs), par où on est passé et par où et par qui on a été affecté, pour mieux situer et permettre aux autres de situer ce que l’on dit, sa portée, ses limites, ce que l’on éclaire et ce que l’on laisse dans l’ombre – sans (se) réduire à des caractéristiques isolées, sans être pris dans des injonctions d’”aveu”.  

Formes du savoir en santé et dans les “sciences participatives”

On peut dans chaque champ s’interroger sur les relations des savoirs scientifiques avec d’autres formes de savoirs, et la manière de faire vivre les croisements entre ces savoirs. On peut penser aux savoirs concernant l’environnement, aux relations des humains avec le monde qui les entoure, avec les animaux ; on peut penser aux savoirs éthiques et politiques sur la relation à l’autre, aux autres, sur la construction et la vie des collectifs ; on peut penser aux savoirs sur les relations de genre, sur la sexualité, sur le corps. On peut penser bien sûr aux savoirs concernant les relations de pouvoir qui structurent les sociétés, les formes de hiérarchies, de domination, d’attribution de qualités, de tâches, et de limitation, les formes d’articulation et  d’oppression spécifiques qui se créent à l’intersection de différents systèmes de pouvoir (racisme, sexisme, rapport de classe, validisme…).

On prendra ici l’exemple de la santé. Les « savoirs expérientiels » des malades, patients, usagers, commencent à être pris en considération, mobilisés dans l’accompagnement des personnes concernées et même dans la formation des professionnels. Les savoirs en santé « officiels » restent cependant construits majoritairement par des valides ou depuis un point de vue « valide », qui serait épargné par les atteintes en santé. Comment permettre que les points de vue, les questionnements et les savoirs des personnes affectées par un problème de santé puissent non seulement être étudiés à hauteur de ceux des professionnels et « experts » institutionnellement reconnus, mais puissent être accueillis et permettre de construire des interrogations et des perspectives qui les accueillent ? Cela existe déjà bien sûr, cela s’est largement développé, dans le champ de la santé comme du handicap bien sûr, mais il reste obstacles et questionnements.

Comment par exemple construire des formes de participations à la recherche qui soient à la fois pertinentes du point de vue du travail de recherche et satisfaisantes et praticables pour les personnes impliquées ?

Cela passe par un soutien aux parcours de recherche des personnes concernées (qui se heurtent souvent à des conditions d’études et de travail peu inclusives) mais aussi par une réflexion sur les formes et les conditions de contributions ou de collaboration acceptables et bénéfiques pour tou.te.s.

Cela implique de poser à la fois les questions épistémologiques concernant la nature des savoirs mobilisés et produits, la manière dont les savoirs sont affectés par le fait d’inclure de nouvelles perspectives (ou plutôt de ne plus en exclure certaines), la manière dont on évalue la portée des savoirs, dont on les mets à l’épreuve, mais aussi les questions matérielles comme les conditions d’accessibilité et financières du travail de recherche. On pourra ainsi s’interroger sur les thèmes suivants :Registres de savoirs, dialogues entre les savoirs et co-construction des savoirs ; formes orales et d’écriture associées ;

  • Registres de savoirs, dialogues entre les savoirs et co-construction des savoirs ; formes orales et d’écriture associées ;
  • les savoirs dont on a besoin pour (se) soigner et prendre soin (de soi) : la portée des savoirs, la place de l’expérience, des situations singulières ;
  • relations entre pairs, entre patients et experts, les questions concernant laprofessionnalisation ou non des pairs-aidants ;
  • paroles et expériences minoritaires ou marginales en santé et dans les sciences participatives ;
  • la place des points de vue des personnes concernées, au-delà de la « récolte de données » et du statut « d’enquêté ».

Venez croiser les perspectives au sein de la Villa, n’hésitez pas à faire des propositions, à ouvrir des questions, à aborder ces sujets autrement !

Quelques références

Caroline Darroux, Clémence Emprin. Situation de co-construction, identités et risque d’asymétrie : retour sur un dispositif de collaboration de recherche. Colloque international du Gis Démocratie et Participation “Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses”, Jan 2015, Saint-Denis, France. Actes du colloque Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses, 〈http://www.participation-et-democratie.fr/fr/content/actes-du-colloque-2015-0〉

Denis Colombi, « Avoir un point de vue, ça n’arrive (pas) qu’aux autres », blog Une heure de peine…, 2 mars 2014. http://uneheuredepeine.blogspot.co.uk/2014/03/avoir-un-point-de-vue-ca-narrive-pas.html[MD1] 

Jeanne Favret-Saada, Désorceler. Paris: Éditions de l’Olivier, 2009, en particulier le chapitre « Etre affecté ».

Donna Haraway, « Situated knowledges : the science question in feminism and the privilege of partial perspective », Feminist Studies, 14 (3), 1988. pp. 575-599.

Sandra Harding, « Rethinking Standpoint Epistemology : What is Strong Objectivity ? », dans Linda Alcoff et Elizabeth Potter (dir.), Feminist Epistemologies, New York & London, Routledge, 1993. pp. 49-82.

Marielle Macé, Styles. Une critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016.

Joëlle Le Marec, « Le public, le tact et les savoirs de contact », Communication & langages, 2013 (1), n°175, pp. 3-25. En ligne : https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2013-1-page-3.htm

Noémie Marignier, “Un point de vue sur les savoirs situés”. Espaces réflexifs [carnet de recherche], 20 avril 2014. Consulté le 20 février 2019.  http://reflexivites.hypotheses.org/5952

Joëlle Le Marec, « Le public, le tact et les savoirs de contact », Communication & langages, 2013 (1), n°175, pp. 3-25. En ligne : https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2013-1-page-3.htm

Florence Piron, « Méditation haïtienne. Répondre à la violence séparatrice de l’épistémologie positiviste par l’épistémologie du lien », Sociologie et sociétés, Vol. XLIX, no 1, 2017, pp. 33-60.

Maria Puig de la Bellacasa, « Technologies touchantes, visions touchantes. La récupération de l’expérience sensorielle et la politique de la pensée spéculative. » in Elsa Dorlin et Eva Rodriguez (dirs.), Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012, pp.64-88.

Benedikte Zitouni, « With whose blood were my eyes crafted ? (D. Haraway) Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité» in Elsa Dorlin et Eva Rodriguez (dirs.), Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012, pp.46-63.

Février 2018 – Injustices épistémiques : comment les comprendre, comment les réduire ? – Colloque du GT21-Diversité des Savoirs

ADT Quart Monde – Le croisement des savoirs et des pratiques : une démarche

Prendre au sérieux la société de la connaissance, livre blanc – ALLISS (2017) – pdf

CR 1 – Savoirs situés et savoirs sur le corps : introduction – EFiGiES Toulouse (15 oct. 2016)

Photo : Photo by Victoria Borodinova from Pexels Licence CC0


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.