Un lieu numérique d’«empowerment» épistémologique

La magnifique phrase d’Hannah Arendt à propos de Walter Benjamin m’évoque les manières possibles – et donc les choix – d’investir les espaces numériques. Je la transpose donc à tous les lieux que l’on peut habiter, et je pense que les lieux numériques, par exemple les carnets de recherche Hypotheses.org – et plus largement les blogs – ou encore Twitter, en font partie :

« Et de même qu’on n’habite pas, qu’on ne transforme pas en son logis, un appartement du seul fait qu’on s’en sert – pour dormir, manger, travailler-, mais parce qu’on y séjourne, de même on habite une ville lorsqu’on se plaît à y flâner sans but ni dessein, les innombrables cafés qui flanquent les rues, et devant lesquels s’écoule la vie de la ville, le flot des passants, renforçant ce sentiment d’être chez soi. »

Hannah Arendt, Walter Benjamin : 1892-1940, Editions Allia, 2011 [1955], p.48.

Je choisis aussi de penser avec Felwine Sarr et à partir de mon expérience vécue et située :

« « Être de ce monde, c’est aussi songer individuellement à ce à quoi l’on contribue, se poser la question de quel monde édifie-t-on par son action. Mon geste, reproduit-il les conditions de l’iniquité, de la domination, et de la dévastation, ou rend-il ce monde plus fécond, plus ouvert, et plus vivifiant2 ? ».

Felwine Sarr, Habiter le monde. Essai de politique relationnelle, Mémoire d’encrier, 2017.

L’expérience, depuis janvier 2012, du carnet de recherche collectif Les Espaces réflexifs dits « La villa réflexive » est une aventure collective, de réflexions dont les échos ont été multiples, une expérience d’écriture inhabituelle, parfois déstabilisante, mais le plus souvent particulièrement stimulante, intellectuellement et humainement.

Une expérience qui renforce en retour l’individu qui s’y prête, avec ses incertitudes et parfois ses vulnérabilités. Cette expérience d’écriture se voulait dès le démarrage méta, réflexive, collective, ouverte7. Elle nous permet d’expérimenter une écriture de recherche libre, une écriture connectée, intégrant l’autre dans l’écriture, dépassant les frontières disciplinaires, secouant nos frontières de chercheur.e.s entre pensée, élaboration d’idées, partage de recherche-en-cours ou de «résultats de recherche » et publication d’articles.

Cette expérience, à mon sens, émancipe les chercheur.se.s isolées et marginalisées par rapport à une certaine forme de doxa visant l’objectivité par la neutralité, copiant la « scientificité » des sciences les plus « dures » pour prétendre à la légitimité scientifique. Elle nous permet en effet d’expérimenter des formes d’écritures et des manières de savoir, dans un collectif « safe », qui nous permet d’imaginer une pratique scientifique « tenant les deux mâts de l’objectivité ensemble » (Zitouni, 2012), alliant sensibilités, réflexivités et intersubjectivité pour tendre vers le plus d’objectivité possible.

Séjourner pendant un mois dans la « Villa réflexive » revient à résider physiquement et mentalement dans un lieu pour développer un sujet, une question (en 2014 le genre, en 2015 Dire le vrai9, en 2016 les Résistances1), en présence des autres : la Villa est un espace ouvert, où les locataires donnent leurs écrits à voir à peu près au moment où ils les construisent.

Par l’écriture en ligne, libre, nous renouons avec les écritures ordinaires de la recherche11, celles de la conversation et de l’élaboration, celles de la réflexion et de la logique de partage, et de pensée, avant la logique de publication1.

Plutôt que de penser ce type d’écriture comme une digression1, dans la Villa, nous tentons de remettre les marges – la pensée, l’écriture libre, la conversation scientifique ouverte – au centre, au cœur de notre activité de recherche – d’abord par le temps que nous essayons de lui consacrer, et par la manière dont nous tentons d’habiter le lieu numérique. En ce sens, en effet, « le carnet (…) serait un lieu d’écriture digressive par rapport à la production scientifique « légitime » validée par les pairs », comme le dit Ingrid Mayeur. Mais il n’est pas pour autant un « hors-sujet » si l’on considère ce qui constitue le sens même de notre pratique de chercheur.e.s. C’est un lieu habité d’élaboration, et non pas d’exposition et publication de « produits finis ». Un lieu d’écriture qui brouille notamment les frontières entre écritures (infra)ordinaires, conversation, publication et évaluation par les pairs. Et un lieu de réflexivités.

Il y a bien un ethos du/de la chercheur.e-carnetier.e dans la Villa réflexive, en quelque sorte un ethos du lieu – et la construction par affinité d’un collectif d’auteur.e.s autour de cet ethos qui anime l’espace partagé. De mon point de vue, les Espaces réflexifs sont devenus un lieu d’expérimentation et d’émancipation épistémologique, où l’on considère la construction de la connaissance non pas à partir de la dissolution du sujet, à partir de l’effacement du « je », mais bien d’une manière résolument réflexive, ancrée dans une épistémologie du point de vue (standpoint epistemology2 ) qui dépasse le principe positiviste de l’objectivation comme discours de vérité3 pour explorer la place de la subjectivité et de l’intersubjectivité dans la construction méthodique de nos connaissances de scientifiques4. La subjectivité, les savoirs situés et la réflexivité sont ainsi valorisées d’un point de vue épistémologique, renforçant la pertinence de nos savoirs, et structurent ledit ethos.1

Photo by Ray Bilcliff from Pexels

Références

Le blog d’Ingrid Mayeur, et bientôt sa thèse : « Recherches en cours. Discours de savoir numériques et actualité scientifique dans les carnets de recherche de la plateforme Hypothèses », Thèse présentée en vue de l’obtention du titre de Docteur en Langues, Lettres et Traductologie sous la direction de MM. Björn-Olav DOZO et François PROVENZANO. Université de Liège, 2019 (soutenance prévue en mars 2019).

A suivre, la publication issue de l’appel à contribution “Les déclinaisons de l’empowerment en régime numérique”

  1. Et ce collectivement, même si ponctuellement certain.e.s locataires se rendent -d’abord ou aussi – visibles en écrivant dans les Espaces réflexifs. Les logiques de partage et de publication sont développées par Louise Merzeau dans son intervention en 2015, à l’occasion des 10 ans de la plateforme HAL : « Présence numérique du chercheur : de l’identité à l’environnement », https://webcast.in2p3.fr/video/presence_numerique_du_chercheur_de_lidentite_a_lenvironnement []
  2. Sandra Harding, « Rethinking Standpoint Epistemology: What Is Strong Objectivity? », Feminist Epistemologies, Routledge, 1993, pp. 49-82. []
  3. Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Raisons d’agir, 2001. []
  4. Selon la situation des habitant.e.s-auteur.e.s dans les Espaces réflexifs, cela se fait dans une tension plus ou moins importante avec la nécessité ou tentation pour les chercheur.e.s d’asseoir leur légitimité, dans un espace exposé comme un carnet, au regard des cadres et méthodes « légitimes » (ou « dominantes » ou « centrales ») de leurs disciplines, qui fondent les critères même de leur évaluation professionnelle, essentiellement procédurale. En quelque sorte, dans l’expérimentation épistémologique, la principale tension vient de l’effet négatif, en termes de capital symbolique pour reprendre les termes de Pierre Bourdieu, d’un point de vue professionnel donc, et non épistémologique, de toute forme de marginalisation. []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.