Aux précaires qui prennent la parole, et à tou.te.s celles et ceux qui luttent.

Nous pourrions nous attarder sur de nombreuses autres tentatives de prises de paroles vaines dans les sphères médiatiques, politiques et universitaires. Mais au moment de finir ce petit cycle de billets et ce mois dans la villa (passé un peu trop vite), nous pouvons aussi finir par une touche d’espoir (un peu comme dans une fin de documentaire sur la situation de la planète…). Parce qu’il y a dans divers contextes, des précaires de l’ESR qui parviennent à écrire, à prendre la parole, parfois même à être entendus et à faire bouger des lignes, souvent de façon marginale, parfois de façon significative.

Au niveau médiatique d’abord. J’ai évoqué le texte du collectif des précaires de Nanterre dans CQFD dans un précédent billet. Il y a quelques jours, Anca Mihalache, doctorante en philo, a publié une tribune dans libération pour décrire les conditions de vie et de travail de nombreux.ses jeunes chercheur.e.s en s’attardant notamment sur les vacataires : « A titre d’exemple, ceux qui assurent une charge de cours à l’université en tant que vacataires sont payés à l’heure, pour un salaire annuel qui équivaut, dans le meilleur des cas, à deux ou trois mois de smic. Même dans ce dernier cas, il arrive trop souvent qu’on ne leur fasse pas signer de contrat. Ils se voient ainsi dans l’impossibilité de fournir une preuve formelle quant à la réalité de leur travail. Ils ne peuvent enseigner qu’à titre secondaire et sont obligés d’avoir un emploi «principal». Ils cumulent ainsi trois activités professionnelles : le travail de recherche (gratuit), l’enseignement (deux ou trois mois de smic par an) et un emploi principal (précaire). » Nous pourrions nous poser quelques questions au sujet de la réception de cette tribune ? Quelques universitaires l’ont partagé sur leur profil facebook et twitter… c’est déjà ça.

Au delà des tribunes, certains ont tenté l’écriture de livres. Nous pouvons citer l’ouvrage de Christophe Granger « La destruction de l’Université Française » et celui du collectif ACIDES « Arrêtons les frais. Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur », tous les deux dans des maisons d’édition majeures. Ces deux ouvrages n’ont pas fait abstraction de la situation des précaires, des rapports de domination dans lesquels ils sont imbriqués et plus généralement du mépris que pouvait avoir l’institution pour les jeunes enseignants et chercheurs. Mieux, ils ont placé la précarisation de l’ESR au centre de leur analyse pour appréhender les transformations en cours. Ces ouvrages ont aussi suscité un certain nombre de commentaires et de comptes rendus, essentiellement dans le milieu universitaire. Ils ont parfois aussi amené certaines interventions médiatiques. Ainsi en novembre 2017, Ugo Palheta du collectif ACIDES a eu l’occasion de répondre à une journaliste de Public Sénat sur la situation de l’enseignement supérieur entre un documentaire sur le sujet et une table ronde dans laquelle étaient invités divers dirigeants universitaires dont Frédérique Vidal (Il serait intéressant de savoir pourquoi il n’a pas participé à cette table ronde..)

Et puis loin des journaux, des plateaux et des radios, il y a de nombreux jeunes enseignants-chercheurs qui interviennent, qui prennent la parole, dans les facs, dans les universités, et qui le font au quotidien. Le billet de Marielle et Antonin est à ce niveau majeur. Les camarades montrent ici les difficultés d’organisation et de prises de parole pour les précaires qui se mobilisent. Ils montrent aussi les difficultés d’obtenir des soutiens des collègues titulaires et la répression subie. Ainsi, j’aurais aimé prendre le temps de parler plus amplement de tous les collectifs de précaires qui se sont montés dans les universités depuis le début des années 2010, qui se sont renforcés en marge du mouvement contre la loi travail en 2016. La plupart des précaires ont effectivement compris l’importance de mobilisations interprofessionnelles et les points de jonction entre les logiques qui traversent l’université et la fonction publique et celles qui traversent l’ensemble du monde du travail. « La loi travail et son monde » disait le slogan.

Ces collectifs de précaires mènent d’ailleurs des luttes concrètes dans leur université. Ils se mobilisent, se mettent en grève pour la mensualisation des vacations en plantant des tentes devant les présidences. Ils bloquent des CA avec les étudiants mobilisés. Ils tentent de soutenir collectivement les doctorants qui luttent face à la bureaucratie universitaire. Ils produisent des listes pour se faire élire dans les différentes instances où ils peuvent se présenter. J’aurais pu revenir sur l’action des camarades strasbourgeois.e.s qui a permis une transformation des logiques de financement aux doctorants pour les frais de colloque ou frais de terrain, qui sont rentrés en lutte contre la direction de l’UFR droit qui prenait leur doctorant avant tout pour des surveillants d’examens. J’aurais pu parler des précaires qui tentent de faire exister un collectif national depuis 2016 afin de permettre une convergence entre les dynamiques locales. Ces mêmes précaires qui, au service de leur lutte, produisent des données et ont ainsi passé plusieurs mois l’année dernière à recenser la situation de nombreux.se.s enseignant.e.s et chercheur.e.s précaires. On pourrait parler de Casimir Tigabe qui a obtenu le droit de reprendre sa thèse après avoir assigné son université en justice suite à un refus de réinscription en cinquième année.

Nous pourrions aussi parler du travail des enseignant.e.s chercheur.e.s précaires dans les sociétés savantes et associations professionnelles. Autre lieu de lutte, mais aussi lieu possible de coopération (théorique) entre précaires et titulaires, au moins en sciences sociales. Ces dernières années, des mobilisations de précaires ont eu lieu, entre autres, au sein de la 3SLF, de l’AFS, de l’AISLF ou de l’ASES. Les formes et conditions de ces mobilisations sont assez peu comparables entre elles. Mais ces mobilisations ont dans tous les cas permis une meilleure reconnaissance des précaires et de leur conditions sur un plan pratique. l’AFS et la 3SLF ont par exemple mis en place un fond d’aide pour favoriser la participation des plus précaires à leur congrès. Peu de choses certes, mais non négligeable pour celles et ceux qui en bénéficient.

Ces lignes d’espoir peuvent toutefois aussi être vues de façon pessimiste. En effet, si depuis près de 10 ans, des enseignant.e.s et chercheur.e.s précaires réussissent parfois à se faire entendre et gagnent certains droits significatifs, les rapports de pouvoir et de domination au sein de l’Université perdurent, voire se renforcent. J’évoquais dans le premier texte un accroissement du nombre d’enseignant.e.s et chercheur.e.s précaires et une aggravation des conditions de précarité. Les notes positives soulignées ici ne permettent pas d’enrayer cette évolution. Marielle et Antonin concluaient par une volonté d’assumer la voie syndicale. C’est certainement une voie à investir. Ils ont aussi montré les risques pour les précaires prenant la parole. Ainsi, il semble que malgré quelques initiatives individuelles pouvant être payantes, il y a effectivement la nécessité d’une mobilisation qui soit collective et aussi politique. Dans son ouvrage cité en amont, Christophe Granger appréhende la précarité comme l’incarnation d’un nouveau modèle universitaire et ajoute que ce ne sont pas les précaires qui sont des titulaires en devenir, mais les titulaires qui sont des précaires en devenir. La mobilisation collective et politique contre la précarité pourra alors peut-être être payante le jour où elle sera pleinement investie par l’ensemble des enseignant.e.s et enseignant.e.s chercheurs. Une lutte devant être menée par des prises de paroles, mais certainement aussi par des actes un peu plus radicaux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.