Violences des échanges en milieu universitaire : à propos de prise de parole et de répression des précaires.

Marielle Cédédé et Antonin Térimère se sont proposées pour participer au projet. Iels voulaient parler de la prise de parole des précaires au sein de leur université à partir d’un cas de mobilisation. Ainsi, dans ce billet, Marielle et Antonin montrent que loin des enjeux médiatiques, les revendications des précaires sont souvent étouffées à la racine, par les dirigeants universitaires et par certains enseignants-chercheurs titulaires qui n’hésitent parfois pas à réprimer les mobilisations des jeunes chercheurs dans leurs UFR et laboratoires..

L’histoire se déroule dans une ville moyenne de province, on l’appellera Bourg. L’université est le second plus gros employeur de la ville. Plus de 30 000 étudiant·es et de 1 000 enseignant·es-chercheur·es lui sont rattaché·es. Le personnel administratif y est nombreux. Plusieurs centaines de thèses y sont soutenues chaque année. Plus de 1 000 précaires – vacataires et CDD – y travaillent.

Sauvadet, mensualisation, droit du travail… naissance d’un mouvement de précaires

Nous sommes en 2014. Cela fait des années que la précarisation des personnels universitaires va croissant. À Bourg, deux déclencheurs vont provoquer la naissance d’un mouvement de précaires :

  • Le premier est national. 2014 est en effet l’année où les universités doivent assumer les conséquences de la loi Sauvadet, votée en 2012 avec le soutien de la totalité des syndicats de la fonction publique. Cette loi précise qu’au bout de 6 années de CDD, les employé·es précaires doivent être titularisé·es. Pour ne pas avoir à assumer le coût de ces titularisations sur leurs fonds propres, les universités sortent le parapluie. À Bourg, le président de l’université fait diffuser sur les listes des mails qui alertent sur « le risque de titularisation » et incitent les enseignant·es et chercheur·es en position de le faire à recruter des personnes « sans expérience ».
  • Le second déclencheur est local, mais a aussi une résonance nationale puisqu’il trouve des équivalents un peu partout. Certain·es directeur·es de département remplacent les postes d’ATER à mi-temps par des demi-ATER, où les personnes sont engagées pour 6 mois et au chômage le reste de l’année, alors que leurs cours sont répartis sur l’année entière (ce qui bafoue totalement le droit du travail).

Rapidement un collectif de précaires voit le jour, il regroupe essentiellement des doctorant·es et docteur·es ainsi que quelques BIATSS. Tous·tes travaillent dans des laboratoires et départements de SHS, les tentatives pour rallier des personnels de SST resteront vaines. Ce collectif porte essentiellement trois revendications :

  • La mensualisation des vacataires, jusqu’ici payé·es une ou deux fois dans l’année.
  • La titularisation des personnels conformément à la loi Sauvadet et la fin des consignes empêchant de recruter des personnes susceptibles de l’être.
  • Le rétablissement des ATER à mi-temps en lieu et place des demi-ATER.

Ce mouvement social dure un semestre et se prolonge quelques semaines à la rentrée suivante. Les assemblées générales organisées par le collectif des précaires de Bourg rassemblent jusqu’à une centaine de personnes. Une grosse dizaine d’entre elles sont particulièrement actives dans la vie et les actions du collectif et forment en quelque sorte son noyau dur. Deux groupes le composent. Le premier et le plus nombreux est constitué de personnes peu politisées et dont c’est la première expérience de mobilisation collective. Le second est composé d’hommes et de femmes aux habitus militants[1]  et qui sont identifié·es comme tel·les par les autres précaires puis par l’administration. Iels défendent une ligne politisée et clairement affichée comme syndicale. Les négociations internes au collectif conduisent à la refuser pour adopter une ligne plus consensuelle où le collectif se présente comme autonome vis-à-vis des forces pré-existantes. De fait, le soutien des syndicats implantés à l’université de Bourg est modeste. Quant aux soutiens des collègues titulaires, il est quasiment nul. Sur la totalité de la mobilisation deux MCF seulement viennent à une AG des précaires. Parallèlement, deux départements signent des motions de soutien aux vertus purement symboliques.

Dans de nombreuses autres universités françaises apparaissent aussi des collectifs de précaires, leurs revendications sont peu ou prou les mêmes. Ce texte est un retour sur le mouvement à Bourg, il se focalise sur les difficultés d’accès à parole des précaires, à la fois dans et à l’extérieur de l’université, et sur la répression qu’ont dû subir les précaires engagé·es, à la fois de la part de la présidence de l’université et de celle de leurs propres collègues[2].

Pouvoir s’organiser, une première lutte

Comme toute mobilisation, le mouvement des précaires débute par un appel à se réunir porté par quelques individus motivé·es, appel assez confidentiel faute de moyens. La première rencontre a lieu dans une obscure salle de la maison de la recherche locale. Outre la formalisation d’une plateforme revendicative, il y est décidé :

  • De solliciter la possibilité d’accéder aux listes de diffusion de l’université pour appeler à de prochaines assemblées générales des précaires.
  • De réserver des salles sur le site central de l’université de Bourg pour ces prochaines AG.

Des démarches sont donc entreprises pour ce faire. Dans les deux cas, c’est une fin de non recevoir qui arrive vite aux précaires mobilisé·es, souvent de façon humiliante. Impossible leur dit-on de réserver une salle pour une telle AG, en tant que collectif. Il faut que des individus s’affichent de façon nominative. Les personnel·les administratifs en charge suggèrent au collectif de monter une association étudiante pour pouvoir réserver des salles, alors même que ce collectif est composé de leurs propres collègues dont bon nombre ne sont pas étudiant·es.

Quand aux listes de communication l’université, elles sont réservées aux syndicats et aux informations institutionnelles et elles ne sauraient servir à relayer les messages d’un collectif « inconnu et anonyme ».

Les syndicats qui soutiennent le mouvement, Sud Éducation et une (petite) partie du Snesup local[3] permettent de contourner la position de la présidence : ce sont eux qui réservent les salles et diffusent les mails (sur des listes professionnelles où, trop souvent, les précaires ne sont même pas inscrit·es). Mais le ton est donné : l’administration de l’université fera tout ce qu’elle peut pour empêcher qu’une parole autonome et dissonante n’émerge.

Rapport à la presse et autonomie

Heureusement, la présidence de l’université ne maîtrise pas tous les canaux de communication de Bourg. Cependant, ses liens avec le quotidien local, on l’appellera le Courrier Républicain, sont très forts.

Certain·es communicant·es de l’université de Bourg sont des anciens journalistes du Courrier Républicain. Surtout, l’université achète chaque mardi un grand nombre d’exemplaires du quotidien, qui sont diffusés gratuitement aux étudiant·es et aux personnels sur ses différents sites. En échange de quoi, le Courrier Républicain consacre chaque mardi une rubrique entière à la gloire des actions de l’université et de son équipe présidentielle. Étonnamment (ou non), les quelques échos que les journalistes du quotidien (qui a un monopole local) donneront à la lutte des précaires n’apparaîtront jamais un mardi.

Et quels échos ? Dans chaque article du Courrier Républicain consacré à la lutte, les propos des représentant·es du collectif des précaires sont mis en vis-à-vis de ceux de l’administration universitaire ou du Sgen Cfdt qui les qualifient au mieux d’excessifs, au pire de mensongers. Dans un article absolument ridicule, une journaliste, elle-même précaire au sein de la rédaction du journal, va jusqu’à se lancer dans une analyse de l’échec du mouvement des précaires, censément dû à leur méfiance vis-à-vis de la presse et à leur refus de s’exposer individuellement et nominativement. Pendant ce temps-là, la présidence bénéficie de nombreuses interviews, sans contradiction.

Il existe heureusement à Bourg un site internet d’informations locales militant et collaboratif dont l’audience est assez conséquente (plusieurs dizaines de milliers de visites par mois en 2014). Face à la médiocrité de la presse quotidienne régionale et parce que ces membres défendent l’idée de médias libres, le collectif des précaires se saisit de la plateforme. Il y diffuse ses communiqués, ses analyses ainsi que des portraits d’universitaires précaires destinés à donner à voir les conditions réelles de travail et de vie des vacataires et des salarié·e en CDD à l’université de Bourg. Ces portraits sont très lus, et pas seulement par une audience locale[4]. Les productions du collectif des précaires sur ce site circulent largement au sein de l’université de Bourg, par mail, liens, réseaux sociaux.

Le choix de s’appuyer sur le média collaboratif de Bourg (d’autres collectifs de précaires font de même dans leurs villes respectives) s’avère pertinent en matière de diffusion de contenus et d’autonomie. Mais la présidence de l’université apprécie modérément qu’une telle expression critique soit rendue facilement accessible en son sein comme à l’extérieur. Ce choix participe à l’animosité qu’elle nourrit à l’encontre du collectif des précaires et son intérêt à identifier celles et ceux qui le composent. Ce choix contribue aussi à lier le collectif à l’extrême gauche et aux libertaires, ce qui fera débat en son sein.

Répression et acteurs de la répression

L’absence de soutien des  collègues titulaires et les bâtons que l’administration leur a mis dans les roues ne sont qu’une partie des difficultés rencontrées par le collectif des précaires. La répression est finalement bien plus directe. Et ses acteurs se situent d’un bout à l’autre de la chaîne de décision qui fait que l’on est, ou non, un·e salarié·e, même pauvre et isolé·e, de l’université. Revue rapide de ce qui s’est passé.

Précisons qu’avant tout élément concret de répression, de nombreux·ses précaires ont déjà peur. C’est d’ailleurs un des principaux freins à la mobilisation. Chacun·e a peur, pour son image, sa carrière. Les discussions de machine à café évoquent l’angoisse de « se faire repérer » ou « saquer ». Ces peurs sont largement alimentées par des collègues titulaires, des directeur·ices de thèses, etc. : « attention à ce que tu fais », « ne t’affiches pas trop »… Les commentaires méprisants à l’égard des personnes connues pour être mobilisé·es sont légions, des bruits de couloir aux réunions de département ou d’équipe de recherche. Ces propos visent à ostraciser les personnes impliquées dans le mouvement de précaires. Cela en dit long sur le climat qui règne dans les UFR et UMR de l’université de Bourg. Malheureusement, ces peurs ne sont pas irrationnelles.

Lors d’une réunion obtenue avec un directeur d’UFR et à laquelle ce sont rendu·es quatre camarades, ledit directeur leur conseille explicitement de se tenir en dehors des « agitations » en cours. Il les menace directement, précisant qu’il a « une liste de noms ». Le responsable du site et délégué syndical Sgen Cfdt  précédemment évoqué est présent, il ne réagit pas. Quatre ans plus tard, on se dit qu’il aurait été judicieux de saisir le CHSCT sur cette affaire.

Lors d’un conseil d’administration de l’université, le sujet de la lutte des précaires est amené par une élue du Snesup (très minoritaire). S’en suit une discussion lors de laquelle, le président qualifie nominativement certain·es précaires de « vermines cancérigènes gauchistes ». Pourquoi elles, pourquoi eux ? Parce qu’iels sont clairement identifé·es comme militant·es. Et parce iels ont été dénoncés par… un docteur précaire à l’université de Bourg, proche de l’équipe de la présidence[5]. A-t-il agit par convictions ? Ou pour se faire bien voir dans l’espoir que cela lui serve à obtenir un poste ? Si c’est la seconde possibilité, cela ne lui a pas vraiment réussi… Toujours est-il que voici un petit nombre de collègues effectivement affiché·es, « blacklisté·es ». Elles et ils vont le payer, de la plus tangible des manières.

Mais si les responsables administratifs combattent clairement le mouvement, ce qui est somme toute logique vu leurs positions, la répression la plus concrète est celle qui a eu lieu au sein des composantes, où les enseignant·es-chercheur·es titulaires ont le pouvoir. La fin de l’année scolaire pointe son nez. Dans un département, les vacataires décident collectivement de ne pas rendre les notes, modeste mais unique moyen de pression dont iels disposent. Iels suggèrent aussi qu’iels n’assureront plus la proportion conséquente d’enseignements dont iels avaient la charge pour l’année 2013-2014. Les collègues titulaires, qui affichaient jusqu’ici une solidarité de façade et avaient même signé une motion de soutien, les accusent de tous les maux et les lâchent en rase campagne[6]. Dans une autre composante, c’est l’évocation du fait que certains titulaires tirent bénéficient de la précarité de nombre de leurs collègues, qui semble sceller le sort des précaires engagé·es.

Résultat des courses, toutes les personnes identifiées comme « meneur·es » du mouvement prennent la porte… Enfin, pas vraiment, on est à l’université française, on procède à pas feutré : rien ne leur sera jamais mentionné et nulle explication n’accompagnera ce qui a apparaît clairement comme des sanctions. Dans un département, un « demi-ATER » n’est pas reconduit. Il n’effectuera plus non plus de vacations dans cette composante. Dans un autre, aucune des vacataires locales candidates aux deux postes d’ATER ne semble avoir été ne serait-ce que classé·e. La composante a recruté des extérieur·es, a priori vierges de tout passé agité. Les vacations qu’elles assuraient sont confié·es à de nouvelles personnes, elles aussi espérées plus dociles.

L’on ne saura jamais si ces décisions sont la conséquence d’une volonté de se conformer à la direction répressive impulsée par le président de l’université de Bourg ou si les enseignant·es-chercheur·es ont agi de leur propre fait. Mais les conséquences sont là : un petit nombre de précaires se retrouve expulsé de l’université. À toutes celles et ceux qui seraient tenté·es de reprendre le flambeau, le message est clair : vous savez ce qui vous attend.

Pour les précaires réprimé·es, le coup est dur. Si les portes de pôle emploi s’ouvrent en grand, les allocations chômage sont maigres. Certain·es s’en contentent avant de partir tenter leur chance dans d’autres universités, d’autres changent plus ou moins brutalement d’orientation professionnelle.

Épilogue

À la rentrée suivante, deux camarades profitent de leur rôle de représentantes des doctorant·es pour rappeler lors de la réunion de rentrée de l’UMR que la situation des précaires n’a pas évolué. Elles évoquent aussi la répression dont les personnes mobilisées ont été victimes. Le directeur d’un des départements concerné leur fait cette réponse : « cette année, les ATER ne posent pas de problème ». Le problème ce n’était donc pas que son département ne respecte pas le droit du travail, mais que les concerné·es  par ses abus aient l’outrecuidance de s’en plaindre.

C’est aussi lors de cette rentrée 2014-2015 qu’émerge le mouvement Sciences en marche. Comme de nombreux mouvements de chercheur·es, il se contente essentiellement de demander plus d’argent sans évoquer, ou presque, ni le rapport sciences-société, ni, surtout, les rapports de pouvoir à l’intérieur de l’université. À Bourg, les précaires encore mobilisé·es arrivent à intégrer au mouvement local quelques revendications les concernant. Au plan national, un semblant de mouvement fédérant des collectifs de précaires voit le jour. Il donne lieu à une prise de parole des précaires lors de la grande manifestation parisienne de Sciences en marche, un précaire de l’université de Bourg figure parmi celleux qui prennent la parole. Mais l’enjeu de la précarité est peu de chose dans ce mouvement, qui, de toute façon, échoue à faire entendre la voix de la recherche. Et les collectifs de précaires… sont précaires et se délitent vite.

Quatre ans plus tard, plus aucune personne identifiée comme « meneur·e » du mouvement de précaires ne travaille directement pour l’université de Bourg. La plupart a quitté le monde universitaire. Une partie continue d’y travailler, dans d’autres villes, en enchaînant les CDD plus ou moins longs. Certain·es, doctorant·es à l’époque, ont abandonné leur thèse suite à, et lien direct avec, ces événements.

Aucune des revendications du collectif des précaires n’a été entendue. Ses membres les plus actifs ont été victimes d’une répression qui a perturbé non seulement leurs carrières mais surtout le cours de leurs vies personnelles.

Si la grande majorité des précaires finissent au bout de quelques années par quitter la fac, ce n’est pas seulement parce que la précarité à long terme les use, mais aussi parce que la violence de l’institution et de leurs collègues titulaires les dégoutte.

Rompre l’isolement, assumer la voie syndicale

Et si c’était à refaire ?! A posteriori, l’une des analyses qui s’impose aux auteur·es de ce texte est celle de la fragilisation collective et individuelle qui découle du refus de la stratégie syndicale. Ou plutôt d’une stratégie syndicale (puisqu’elle concerne des conditions de travail et une situation salariale) non syndiquée c’est-à-dire non encartée…

Le choix de cette stratégie « a-syndicale », telle qu’elle a pu être débattue au sein du collectif, était une condition à l’époque préalable à l’élargissement de la mobilisation des précaires. Parmi les précaires, nombreux·ses étaient ceux et celles qui ne voulaient pas entendre parler des syndicats et affirmaient donc refuser de s’engager si cette voie était choisie. Les camarades de Sud Éducation eux-mêmes marchaient sur des œufs pour être présent·es sans trop l’être, soutenir sans à aucun moment donner l’impression de politiser la lutte.

Certes, aujourd’hui, les syndicats n’ont pas plus la côte à l’Université qu’ailleurs. On pourrait pourtant s’étonner du rejet catégorique syndical exprimé par des personnes doctorantes en sciences sociales. En effet, se priver de la défense syndicale lorsqu’on est pauvre / précaire / oppressé·e et que l’on décide d’instaurer un rapport de force avec nos dominant·e, c’est un peu se tirer une balle dans le pied. En sociologie et en histoire, notamment, les références de travaux sur le sujet ne manquent pourtant pas.

Circulez, il n’y a rien à voir, à Bourg (comme ailleurs ?) la répression n’était pas syndicale.

Marielle Cédédé et Antonin Térimère

PS : ce texte écrit à quatre mains est signé sous pseudonymes et le nom de la ville est aussi anonymisé. Nous le faisons parce que nous pensons que, face à la répression et à l’injonction à dire son nom, permanente dans la république des égos qu’est l’université (Viry, 2006), l’anonymat est à la fois une mesure de protection individuelle et d’émancipation collective. Nous le faisons aussi, il faut le dire, parce que nous avons encore peur.


[1] Parmi lesquel·les l’autrice et l’auteur de ce texte.

[2] Ce texte n’a pas été validé collectivement par la totalité des personnes impliquées en 2014. Il a été écrit par une femme et un homme directement victimes de la répression exercée. À l’époque des faits, iels étaient membres d’une même UMR et des deux départements où la mobilisation était la plus forte.

[3] Le syndicat est divisé localement, les précaires sont soutenu·es par la frange du Snesup qui ne détient pas de positions de pouvoir dans les UFR et UMR de Bourg. Les sections FO et CGT de l’université de Bourg soutiennent pour la forme, mais pas activement. Le Sgen Cfdt s’oppose au mouvement de précaires et certains de ses membres participent clairement à sa répression.

[4] Le nombre de consultations des pages web en question est fort, les portraits sont repris sur d’autres sites ainsi que sur les réseaux sociaux.

[5] Nous le savons car avant de le faire il s’en est vanté auprès d’un doctorant avec qui certain·es précaires tentaient de monter une liste pour les élections au conseil scientifique et à qui il conseillait de prendre ses distances avec les personnes mobilisées.

[6] À une ou deux exceptions près toutefois. Que les collègues resté·es solidaires jusqu’au bout en soient remercié·es.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.