Tenter (en vain) d’interpeller une ministre à la radio ?

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron et les premiers débats pour la réforme d’Admission Post Bac à l’été 2017, une personne est en première ligne dans de nombreux médias : Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Défendant la nécessité d’une réforme instaurant la sélection et l’ensemble des politiques universitaires mises en place, Frédérique Vidal (dont on peut légitimement interroger la véritable influence sur ces politiques, notamment par rapport au premier ministre) est invitée dans de nombreuses émissions de radio et de télévision. La matinale de France Inter est l’une de ces émissions et a la particularité de proposer une partie interactive permettant aux auditeurs de poser des questions aux invités. La présence de la ministre de l’ESR à ce temps médiatique offre donc un moyen aux précaires de l’ESR d’interpeller la ministre sans aucun intermédiaire. Enfin, avec un intermédiaire : le standard de France Inter.

Frédérique Vidal a été invitée à quatre reprises dans cette matinale depuis août 2017. Dans 3 des 4 matinales, j’ai tenté de joindre la ministre. À chaque fois, une personne du standard a pris mon appel, a noté mes deux questions qui ressemblaient à quelque chose comme : « Pourquoi ne pas construire des infrastructures et recruter plus d’enseignants pour accueillir plus d’étudiants ? Que compte faire la ministre pour tous les enseignants qui vivent dans des conditions extrêmement précaires, parfois sous le seuil de pauvreté ? » J’ai tendance à penser que je n’ai pas été le seul à appeler pour poser des questions sur ces sujets. Les personnes du standard ne m’ont jamais gardé en ligne, ne m’ont jamais rappelé pour que je pose ma question à Frédérique Vidal. Ma question n’a jamais été posée par les journalistes. Le sujet n’a jamais été évoqué frontalement. Dans aucune émission que j’ai pu écouter, regarder (sur France Inter ou ailleurs), Frédérique Vidal n’a eu à s’expliquer sur les conditions précaires de travail et de vie d’un trop grand nombre d’enseignants. J’ai tenté d’échanger avec des personnes en charge du standard de France Inter pour écrire ce billet : on m’a plusieurs fois renvoyé vers d’autres personnes avant de ne plus me donner de réponse. Je ne percerai donc pas les secrets du standard ici, mais peux tenter néanmoins de répondre à une question: Qui demande quoi à Frédérique Vidal le matin sur France Inter ?

17 juillet 2017. Marc Fauvelle démarre l’entretien en évoquant les 87 000 bacheliers sans place dans l’enseignement supérieur. Parlant d’un énorme gâchis, la ministre pose les premiers pions de la réforme de l’accès à l’Université et de la mise en place future de ParcourSup. Sur les pré-requis et la sélection, il y a déjà les bases : « on ne peut pas continuer d’envoyer des bacheliers pro en licence générale quand on sait que leur réussite est de 1,6 % ». Plus tard dans la discussion, le journaliste interroge la ministre au sujet du budget. Comme à chaque fois sur les plateaux, les questions sont déliées de toute réalité pratique en terme d’humains et de matériels. Journalistes et ministres se contentent de débattre sur le nombre de centaines de millions ajouté ou supprimé au budget.

Interactiv’, nom donnée à la partie de l’émission avec les auditeurs, démarre avec Cécile, mère d’une bachelière qui est sur liste d’attente et qui a compris qu’elle n’aurait jamais de place dans la filière de son choix. Frédérique Vidal s’embourbe, parle de places qui vont apparaître, de spécialisation devant être plus progressive et cite le tirage au sort. Depuis l’été 2017, le tirage au sort est la carte joker sortie par la ministre et les défenseurs de la réforme dans tous les débats, la carte pour tuer le débat. Puis c’est Yves qui appelle de Bretagne. Yves est contre « le tirage au sort, système inique retenu par Najat Vallaud Belkacem » et propose une sélection basée sur les mentions au bac. F. Vidal parle de bon sens dans la réaction d’Yves. Marc Fauvelle intervient pour préciser que selon les syndicats, la réforme qui va être lancée va instaurer une sélection, alors que la seule solution (pour les syndicats) est « plus de professeurs, plus de filière d’enseignement ». Frédérique Vidal répond alors : «  ça se saurait si ça permettait aux étudiants de réussir. Or la situation est bien la même depuis des années, y compris à l’époque où on tirait pas encore au sort ». Ok Frederique. Il y aura ensuite un auditeur pour parler de la valorisation de l’apprentissage, puis une intervention de Christine proposant de donner aux maîtres de conférences et professeurs d’Universités le même nombre d’heures de cours face aux étudiants que les professeurs du second degré détachés à l’Université (384 heures par an). Christine ne sait pas que les MCF et PU sont aussi chercheurs, elle ne connaît pas l’Université. Mais elle a eu la parole dans la matinale de France Inter pour parler de l’Université. Ce 17 juillet 2017, aucun universitaire ne pose une question à la ministre.

14 septembre 2017. Frédérique Vidal est de retour dans la matinale et Nicolas Demorand lance l’interview en attaquant la ministre sur la sélection : « quelle différence entre pré-requis et l’introduction d’une forme de la sélection ? » Je passe les grands discours de Frédérique Vidal, sur le oui, le non, l’accompagnement, l’orientation, le contrat de réussite, les contrats de remédiation. Nicolas Demorand relance « l’Université n’est plus un droit pour tous les bacheliers ? ». F. Vidal répond « l’objectif n’est pas de dire non ». L’accès à l’université est donc bien devenu un objectif, ce n’est plus un droit. On reparle de ces histoires de millions d’euros évoquées en Août. On ne sait toujours pas à quoi ils servent. Ni ceux qui sont ajoutés, ni ceux qui sont supprimés (Enfin si, ceux supprimés ne servaient pas explique la ministre, ouf.)

Interactiv’ démarre avec François, enseignant du second degré en Seine Saint Denis qui pense que la politique de l’ESR est trop guidée par l’économie. F. Vidal explique qu’elle prend la réussite étudiante dans toute sa complexité. Elle évoque notamment l’importance de lutter contre la précarité étudiante. Léa Salamé la relance sur le sujet en rappelant que pour les organisations étudiantes, la précarité est plus un problème que l’orientation, et que beaucoup d’étudiants travaillent pour financer leurs études (« beaucoup de tweets sur le sujet » précise N.D.). Frédérique Vidal conteste le chiffre des étudiants qui travaillent, parle d’une différence entre le travail dans l’université, et le travail en dehors de l’Université, défendant au passage le développement des contrats au sein de l’Université. (On préférerait un salaire social étudiant). Elle raconte aussi que des moyens vont être mis pour permettre l’autonomie des étudiants. Léa Salamé demande combien ? La ministre ne répond pas et part dans un curieux monologue. Lila Le Bas présidente de l’UNEF prend la parole au téléphone (passe droit au standard?), remet une couche au sujet des conditions d’étude des étudiants et mentionne par ailleurs le manque de moyens en termes d’infrastructures et de personnels (oui!!!). Frédérique Vidal répond en expliquant que la situation décrite par Lila Le Bas est le produit d’un système pas assez performant en matière d’orientation (????). Enfin, Isabelle, PU en littérature comparée, est au standard pour parler de « la grande précarité des jeunes enseignants chercheurs ». Alors on se dit qu’enfin au touche au but, enfin Frédérique Vidal va devoir répondre sur le sujet. Mais non le problème d’Isabelle, ce sont les profs du secondaire recrutés dans l’enseignement supérieur et qui galèrent avec leur rectorat. Si c’est effectivement un vrai problème, parler sur ce sujet de « grande précarité » est complètement absurde.

22 mai 2018. Je ne prends pas le temps d’appeler. En même temps, ma question apparaît quelque peu décalée avec l’actualité directe : On est « le jour J de parcoursup », jour des premiers résultats, premières propositions. L’entretien tourne logiquement autour des lycéens et bacheliers, mais aussi des dégradations et des mouvements de grève dans les Universités. Dans Interactiv’, on retrouve Francois, prof en Seine Saint Denis qu’on avait écouté en septembre et qui visiblement connaît les secrets pour passer l’épreuve du standard. Il évoque les différentes lectures qu’on peut faire des chiffres sur la réussite en licence. On entend Odile qui s’inquiète des possibles donnés à chaque étudiant, même si elle aime bien ParcourSup. Armeline prend aussi la parole. Militante en grève, elle reproche à Frédérique Vidal sa manière d’appréhender les mouvements de grève en cours et décrit sa colère et la colère des étudiants mobilisés au sujet des interventions policières dans les universités. Les questions sont alors souvent extrêmement critiques à l’égard de l’action de la ministre. Je vous passe les réponses. Elles ne m’intéressent pas.

22 août 2018. On passe la matinale avec Eric Delvaux. La rentrée est proche, on est un matin de conseil des ministres. Le journaliste évoque le manque de moyens en citant le travail de l’UNEF sur l’augmentation du coût de la rentrée étudiante. F. Vidal répond en critiquant le syndicat étudiant : « le coût de la rentrée, c’est un sujet sérieux, ça mérite mieux qu’un tract politique ». La ministre défend un nombre de bacheliers sans proposition d’affectation minime (9000), en décalage total avec les réalités du dispositif. Mais les réalités, ça ne semble pas être l’essentiel ici. Frédérique Vidal défend le bilan de ParcourSup, corps sans âme. Elle justifie aussi la lenteur du dispositif. Globalement, pendant un an, Frédérique Vidal n’a eu de cesse de tout justifier et de tout présenter de façon positive.

Dans interactiv’, Il ya Renaud qui prend la parole. Renaud est enseignant chercheur à Bordeaux. Il rappelle la nécessité de hiérarchisation des vœux en précisant que pour lui et ses collègues, la rentrée va être chaotique. Dominique appelle de Haute-Corse pour parler d’équilibre entre classes surchargées et classes dans lesquelles il y a peu d’élèves (La question n’est pas très claire). Marie-Laure, mère d’une bachelière, appelle du Vaucluse pour parler du manque de cohérence entre le CROUS et ParcourSup, et pour parler de la mise dans la galère des étudiant.e.s boursières et de leur famille à cause de ParcourSup. F. Vidal répond qu’il faudra effectivement mieux articuler à l’avenir (tant pis pour cette année). Après quelques échanges avec la ministre au sujet du classement de Shanghai, de la place du privé dans l’ESR et des frais d’inscription, le journaliste clôt l’entretien «en quelque secondes » par une question d’Antoine sur le site de France Inter. Antoine demande s’il y aura des créations de vrais postes, des postes de MCF. F. Vidal répond que 350 emplois (sans dire de quel type d’emploi il s’agit) sont déjà notifiés et budgétés pour la rentrée 2018. Fin de l’entretien, on n’ira pas plus loin.

Peut-être Antoine est un précaire de l’ESR. On ne sait pas. En tout cas, ce qui ressort de ces quelques descriptions, c’est le faible taux de personnels de l’Université parmi les auditeurs interrogeant la ministre de l’ESR et l’absence de non titulaires donc. Il y a des parents, un prof du secondaire, des étudiants syndicalistes et militants, des « citoyens ordinaires ». Ces personnes ont posé des questions qui ont du sens au sujet des réformes de l’ESR, des questions parfois critiques à l’égard de la ministre, parfois très critiques même. On ne peut pas dire que le standard de France Inter a évincé les questions pouvant mettre en difficulté la ministre. La question des enseignants et du manque d’enseignants est également plusieurs fois apparue. Par contre, la précarité des enseignants, leur difficulté à manger, à se loger à se soigner alors qu’ils sont au quotidien devant les étudiants, cette précarité là, elle n’a jamais été mentionnée. Les parents ne la connaissent pas. Les citoyens vivant loin de l’ESR non plus. Les étudiants militants luttent d’abord contre la précarité des étudiants et pour leur droit. Et ils ont bien raison, c’est ce que Lila et Armeline sont parvenus à porter à l’antenne. La notion de précarité enseignante a été mentionnée une fois : au sujet d’enseignants ayant réussi tous les concours : Dommage. A vos actes manqués…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.