Interpeller les journalistes par les réseaux sociaux. retour d’expérience.


Twitter est parfois cité comme un moyen de porter des messages, des discours, comme un moyen d’accéder plus directement à des personnes inaccessibles par ailleurs. Il y a un an et demi, dans un entretien donné au blog des bibliothèques de l’université de Nice, Neurone, je disais moi-même voir twitter comme « un moyen parmi d’autres pour faire émerger et diffuser des revendications et mettre en évidence les conditions de vie et de travail précaires des jeunes chercheur.e.s. ». Je citais alors les nombreux comptes de doctorants et docteurs précaires qui tentaient aussi de faire émerger ces problématiques, un an après la création d’un collectif national des précaires au niveau national. Mais qu’en est-il réellement ? Parvenons nous réellement à interpeller des personnes non convaincus ou des personnes pouvant relayer notre combat ? Et sous quelles conditions ? Ces quelques paragraphes reviennent ainsi sur mes tentatives d’interpellation de plusieurs journalistes durant l’année universitaire 2017/2018 alors que j’utilisais twitter pour évoquer les contrats (très) précaires que plusieurs universités me proposaient et la situation compliquée dans laquelle sont actuellement les UFR STAPS.

Octobre 2017, j’écris plusieurs fils de tweets sur des propositions de contrats qui me sont faites. Pour rappel, deux universités me proposent des contrats à mi-temps aux alentours de 800/900 euros par mois pour 192h de cours annuel. (l’autre mi-temps de mon travail, celui consacré à la recherche n’est pas pris en compte par les universités). Je finis ces séries de tweets en interpellant plusieurs journalistes et plusieurs rédactions, de médiapart, d’educpros, du monde, de libération. Certains de ces journaux ont déjà traité ces sujets au moment où je les interpelle, ont déjà laissé la parole à de jeunes chercheurs, par exemple ici. Toutefois, au moment où beaucoup de médias abordent la problématique de l’accueil des étudiants à l’université, cette question, nous apparaissant si centrale semble absente de la plupart des débats.

Ces fils sont relayés essentiellement au sein du milieu universitaire. Ils s’inscrivent dans un mouvement général où de nombreux précaires, à la suite des mouvements du printemps 2016 évoquent leurs mauvaises conditions de travail dans les universités. à la suite de ces fils, plusieurs discussions par la messagerie de twitter démarrent avec des journalistes de médiapart et d’éducpros. Avec une journaliste d’educpros, je réalise un entretien téléphonique d’une demi-heure. Un mois après, fin novembre, je relance la journaliste pour avoir des infos concernant les suites à cet entretien et à leur travail sur la précarité dans l’ESR. Sans réponse. Plus tard une autre journaliste me parle du « manque de temps », alors qu’elle souhaite relancer le travail sur le sujet « après une forte actu » et après avoir échangé avec d’autres docteurs précaires. Des enseignants payés sous le seuil de pauvreté au moment d’une réforme importante de l’entrée à l’université n’apparaitrait donc pas comme « une forte actu » pour la rédaction d’educpros. Du côté de médiapart, je suis sollicité à deux reprises un peu plus tard dans l’année. Je fais le choix de refuser les propositions, d’abord pour un travail au sein de mon UFR visant à démontrer la complexité des conditions en STAPS, puis pour parler des conditions de précarité dans la fonction publique de façon plus générale. L’article est ici.

Ce cas est intéressant car il montre aussi le décalage entre d’un côté la volonté de militants, d’acteurs concernés, et d’un autre les possibilités et certaines lignes éditoriales, certains choix journalistiques. Par ailleurs, pour educpros, comment ne pas mettre en lien ces échanges qui n’ont finalement jamais publié d’article au sujet de la précarité des enseignants de l’ESR et les errements de ce journal. Les deux journalistes avec qui j’ai échangé ne travaillent plus pour educpros aujourd’hui. Les critiques exposés par les mouvements de précaires ont toujours été absents de ce journal en ligne depuis qu’elles ont émergé à l’échelle nationale en 2016. et avant dans plusieurs universités. Au moment où les journalistes évoquaient un manque de temps, le journal publiait divers interviews d’acteurs défendant les réformes, divers publi reportages de start-up venant soi-disant transformer positivement l’ESR. Comment alors nous reprocher d’être guère touchés à l’annonce de la mort du journal quelques mois plus tard..

Enfin, en mars 2018, une journaliste au monde me contacte alors qu’elle réalise un article sur les conditions des précaires de l’ESR. Nous échangeons une heure au téléphone, afin de discuter des spécificités des contrats des précaires. Le Monde a d’ailleurs déjà diffusé des tribunes de précaires, notamment en 2016. Elle échangera avec d’autres précaires et publiera un article dans le journal. Cet article évoquant les dérives des contrats à l’oeuvre dans l’ESR n’aura finalement que peu d’écho en dehors du monde universitaire, voire même, peu d’echos en dehors des précaires…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.