La difficile prise de parole des précaires de l’ESR

Il y a quelques jours, le compte twitter du collectif des précaires de l’ESR de Lille signalait une pétition de doctorant.e.s lillois pour lutter contre de nouvelles mesures compliquant leur vie. Les camarades derrière le compte notaient alors au regard de ces pétitions qui s’enchaînent la difficulté d’une part, pour les doctorant.e.s de se faire entendre et, d’autre part, la difficulté de créer de réelles mobilisations collectives tant à l’échelle locale qu’à l’échelle nationale. Depuis des années, des collectifs de jeunes chercheur.e.s se montent, des mobilisations ont lieu, des pétitions sont signées, des livres sont écrits, des tentes sont parfois plantées devant les présidences. Les résultats politiques à l’ensemble de ces actions sont minimes (elle changent néanmoins positivement la vie de nombreux doctorant.e.s dans certains cas). Surtout, cette situation donne aux doctorant.e.s et aux docteur.e.s, pourtant acteurs majeurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, l’impression de ne jamais être réellement écouté.e.s par les pouvoirs publics et les instances universitaires locales, mais aussi parfois, par leurs collègues fonctionnaires.

L’objectif de ce mois au sein de la villa est de revenir sur ces différentes tentatives de prise de parole des précaires de l’ESR. L’idée de cette venue ici est née l’hiver dernier, après un automne chaotique pour beaucoup de jeunes chercheur.e.s. En effet, la rentrée 2017 a été marquée par un mouvement inédit, dans son ampleur, d’offres de contrats d’enseignants contractuels, à mi temps, rémunéré entre 800 et 1000 euros net. Beaucoup de camarades ont alors, faute de mieux, accepté ces contrats. Complétant un système de vacations légitimant déjà depuis longtemps la précarité enseignante, ces nouveaux types de contrats renforcent une situation paradoxale dans l’ESR : Alors que les acteurs en charge des réformes ne cessent de mettre en évidence l’importance de mettre des moyens sur la réussite des étudiants, de plus en plus d’enseignants sont dans des situations d’extrême précarité.

Or, comment ne pas être surpris du faible retentissement de cette situation au sein du monde politique, médiatique, et au sein même des universités. Comment ne pas considérer comme problème public majeur le fait d’avoir une proportion importante d’enseignants vivant sous le seuil de pauvreté ? Comment ne pas considérer comme problème public d’avoir un monde de la recherche organisé par un nombre grandissant de contrats courts, quand en parallèle, l’éloge de la recherche au long court est faite à chaque remise d’un prix nobel. Comment expliquer cette impossibilité de faire émerger ces enjeux autour de la réforme permanente des universités, malgré les diverses actions mises en lumière en début de ce texte. Sans être en mesure de répondre à cet énigme, je tenterai, avec l’aide de quelques camarades, de revenir sur quelques actions, sur leur traitement médiatique, sur quelques tentatives d’interpeller la ministre à la radio, ou d’interpeller des journalistes spécialisés. J’évoquerai aussi diverses actions dans des revues ou des journaux militants de certains collectifs de précaires ayant réussi à trouver un lieu où faire émerger le problème de la précarité enseignante à l’Université. Ayant la chance d’être sorti de la précarité pendant l’été, l’objectif est aussi de mener cette expérience avec les camarades qui encore aujourd’hui se battent dès qu’ils peuvent pour se faire entendre de diverses manières.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.