Faire de la recherche sur la recherche : la réflexivité dans l’enquête – (Le Marec et Faury)

Ce billet est constitué à partir d’extraits d’un article co-écrit avec Joëlle Le Marec, intitulé “Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs“. Il a été rédigé pour les actes du Colloque international “Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ?” – décembre 2010 (Publication des actes prévue début 2012). La version préprint de cet article est disponible en ligne sur HAL-SHS.

Extraits

Le thème de la réflexivité est souvent associé à l’exigence de scientificité qui consiste à pouvoir rendre compte précisément des conditions de production des savoirs en faisant retour sur les rapports singuliers du chercheur à ses objets et aux relations construites dans l’enquête.

La littérature anthropologique notamment, abonde en réflexions rétrospectives sur la posture de recherche, inspirées par l’exigence de maîtrise de la distance des chercheurs à leurs objets et leurs terrains. La réflexivité dans l’enquête peut cependant être envisagée autrement, comme une condition commune à n’importe quel type de communication sociale entre des personnes exploitant une certaine proximité culturelle. […] L’enquête en sciences sociales s’appuie sur des pratiques de communications sociales culturellement élaborées et partagées par une population large, qui comprend tous ceux pour qui elle fait sens et qui seraient susceptibles d’y contribuer ou de s’en rendre témoins un jour ou l’autre. […]

Dans ce texte, nous n’allons pas discuter de la réflexivité dans l’enquête comme d’un supplément que le chercheur averti et scrupuleux cultiverait pour développer les capacités interprétatives et grâce à cela accroître la pertinence des résultats produits. Plus encore, nous ne la traiterons pas même comme d’une compétence ou d’une condition qui incarne tout spécialement l’exigence de la scientificité dans les sciences sociales. Nous prenons un chemin presque inverse : la réflexivité étant une dimension constitutive de n’importe quelle situation de communication, nous chercherons à développer une réflexion sur l’enquête comme situation de partage culturel où s’éprouvent des effets de reconnaissance réflexive de ce qui est demandé ou exprimé par les uns et les autres, enquêteurs et enquêtés.

Nous présentons ici le cas d’une recherche menée auprès de chercheurs, en sciences de la nature et portant sur les pratiques de communication dans les pratiques de recherche et plus largement sur le discours des chercheurs sur leurs rapports à la recherche, à partir d’entretiens. La réflexivité s’y éprouve sur plusieurs plans, mais nous détaillerons plus particulièrement ce qui concerne la réflexivité en tant que reconnaissance partagée du sens de ce qui se joue pour les uns et les autres.
Dans le cas d’une telle enquête, menée auprès d’individus avec qui les enquêteurs ont une proximité culturelle forte, le travail consiste tout autant à gérer le rapport d’altérité, qu’à explorer la proximité et tout ce qu’elle rend possible.
C’est pourquoi la réflexivité est éprouvée sur plusieurs plans simultanés dans l’entretien (dans la réflexion individuelle au cours de l’échange, dans la communication entre proches culturels, et dans la réflexion dialoguée entre pairs) et c’est cette caractéristique que nous exploitons.

Photographie : Mait Jüriado, certains droits réservés (creative commons)

Pour citer ce billet :

Faury, Mélodie (24 février 2012) “Faire de la recherche sur la recherche : la réflexivité dans l’enquête – (Le Marec et Faury)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/981


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *