Qu’est-ce que la réflexivité ?

Ce billet est né d’une discussion avec Julie Henry, lors de la préparation d’une séance que nous proposons en février dans le cadre du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant », sur le thème «  »La valeur de la recherche repose-t-elle sur sa neutralité à l’égard des valeurs ? »

« C’est vrai que la réflexivité est une notion plastique, mais il y a quand même des choses qu’elle n’est pas : simple reflet spéculaire, psychanalyse, récit de soi ; c’est autre chose, ça travaille, ça agit, ça “fait” (ce que me semblent dire toutes ces mains qui sortent de tes tableaux…) – toutes ces catégories emmêlées sont passionnantes à démêler », Marie-Anne Paveau en commentaire du billet du 1er février 2012.

Photographie : an untrained eye, certains droits réservés (creative commons)

 

Ce projet de carnet est né d’un intérêt a priori partagé pour les questions de réflexivité par les auteurs-invités et les responsables de la rédaction d’un mois à l’autre. Mais de quoi parlons-nous exactement les uns et les autres ?

Nous venons de disciplines différentes, nos acceptions de réflexivité sont vraisemblablement différentes elles aussi. Que signifie dès lors le fait que nous nous retrouvions dans l’envie de partager nos conceptions de la réflexivité, sans être certains pour autant de définir ce terme de la même manière ? Se retrouve-t-on autour de quelque chose qui existerait (positivement), de la même façon pour chacun d’entre nous ou autour d’un manque partagé (en négatif donc) dans nos pratiques de recherche ? La raison est-elle à chercher encore ailleurs ?

Quel(s) sens prend la réflexivité concrètement dans nos agirs ? Nous arriverons peut-être à définir ce qu’elle n’est pas, mais tout l’enjeu sera de mettre à l’épreuve la possibilité de l’envisager de manière(s) commune(s).

Ma propre définition de la réflexivité, je la dessine en février, à partir de différentes perspectives (invités, lectures, écritures).

Au détour d’un échange, la voilà qui se formule, de manière un peu improvisée et non définitive.

Réflexivité

Prendre conscience de la perspective depuis laquelle on parle, avec quels présupposés (postulats, hypothèses), quels a priori, suivant quelles valeurs implicites, selon quelles normes (notamment de communication) intégrées, qu’il s’agit d’interroger, dont il s’agit de prendre conscience.

Si je la partage (en même temps qu’elle prend forme) dans ces Espaces réflexifs, c’est que j’espère que nous pourrions construire une forme d’inter-subjectivité1 au sujet de la réflexivité, dans cet espace de croisement des regards que me paraît constituer ce carnet collectif.

Références

Jurdant, Baudouin (2006). « Parler la science ? », Alliage n°59.

Jurdant, Baudouin (23 mars 2009) “ Communication scientifique et réflexivité”. ENS de Lyon [conférence].

Le Marec, Joëlle (2010) « Enquête et savoirs du contact dans les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle », in Les Etudes de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, p.95-119.

Le Marec, Joëlle (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches : 165. (p.14)

Durrive, B., Faury, M. et Henry, J., Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autrePublication prévue : début 2012.

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheursPublication prévue : début 2012.

Billets de février

Pour citer ce billet :
Faury, Mélodie (12 février 2012) “ Qu’est-ce que la réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/703

  1. Le Marec, Joëlle (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches : 165. (p.14) []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Jean-Philippe dit :

    A la lecture de ce carnet, de vos écrits croisés, il semblerait qu’il y a autant de réponses à cette question que d’individus. Pourtant il se dégage un fond commun, (une intersubjectivité ?) Qu’un travail collectif permettra certainement de matérialiser dans une définition qui aura l’assentiment de tous, mais j’ai bien peur que le résultat ne soit décevant, ce sera une définition figée, sans vie. Ce qui lui manquera c’est un contexte dans lequel se déployer, « une forme de vie ».
    La question qui me vient à l’esprit en vous lisant c’est : En quoi cette posture réflexive diffère de la posture philosophique ?
    N’est-ce pas tout simplement une manière d’ « entrer en dissidence » ?

  2. Marie-Anne Paveau dit :

    c’est difficile pour moi de commenter en ce moment car je suis en pleine préparation de ma série de billets et je lis donc beaucoup de choses, je prévois d’en dire aussi bien sûr, et je proposerai une petite synthèse sur les différentes conceptions et typologies existantes
    mais plusieurs choses me viennent en lisant ta définition :
    – « prendre conscience » je suis pleinement d’accord, il y a même pour moi un acte ou même un geste cognitif, actif, au sens où ce n’est pas seulement se rendre compte mais entrer dans un processus de conscience
    – j’aime bien l’énumération : présupposés (des préalables plutôt conscients), a priori (des représentations plutôt inconscientes ? vers l’idéologie ?), valeurs (des préférences et objets de désir dans le champ éthique), normes surtout communicationnelles (des formats de parole qui sont aussi des formats de pensée)
    – j’ajouterais : des « points de vue » au sens plein que la « standpoint epistemology » féministe donne au terme : un angle qui est une torsion de la réalité (étant entendu que je ne postule pas de saisie transparente de la réalité) mais aussi des « méthodes » (de constitution/sélection des objets et des corpus, de sélection des positions théoriques, mais aussi des interlocuteurs)
    démêlons l’emmêlé, mais pas trop finalement, la réalité réflexive est aussi un peu emmêlée, un peu beaucoup même !

  3. Stéphanie Messal dit :

    Merci pour cette définition « Mélodique ». :^)

    Je reprends avec toi cette notion de partage, car qui dit réflexivité dit tendre à l’objectivité. Exercice bien difficile qu’en restant centré sur son moi… La subjectivité est partout ! Je ne dis pas que je ne l’aime pas, bien au contraire, et nous ne devons pas faire fi de sa présence. Après tout, elle nous façonne et nous donne notre couleur unique. Pour tendre au mieux vers l’objectivité, le regard extérieur, celui de l’autre sur notre propre façon de faire est des plus utile. Une autre voix va nous raconter ce que l’on est et nous donner vie sous un autre jour. Je fais souvent appel à mes amis, parents, relations en fonction d’une situation donnée pour avoir un autre avis en plus du mien. Il arrive que l’on me donne d’autres éléments complètement inattendus qui m’ouvrent d’autres pistes ou qui me donnent une réponse si limpide et si claire que je me demande alors comment ne pas y avoir pensé plus tôt. A être trop penché sur le guidon, on en oublie de regarder la route et de contempler le paysage environnant : changeant (tant dans l’espace que le temps).
    Je vois la réflexivité comme un moment analytique. Une véritable distanciation de soi. L’exercice n’est pas toujours évident. Mais je me pose face à la situation et je la décline sous tous les angles possibles et inimaginables posant à chaque fois le pour et le contre, les causes et les conséquences, avec des pourquoi, des comment, des hypothèses… et si je n’en trouve pas assez, je contacte l’autre. L’autre et son regard neuf, loin de mon moi !
    Des regards qui se croisent mais des regards qui en disent long… Nos yeux sont bavards, paraît-il. Alors continuons cette conversation oculaire, entre-coupée de battements de cils et, loin d’être muettes, laissons nos scripto-voix (pensée pour Marie-Anne) colorer les murs de la Villa Réflexive.

  1. 30/03/2012

    […] suis de plus en plus convaincue que le fait de réussir à prendre conscience de la perspective située depuis laquelle l’on parle ne peut pas se faire en restant en permanence dans ses propres certitudes, paradigmes, boîtes […]

  2. 20/07/2012

    […] Qu’est-ce que la réflexivité ? […]

  3. 02/05/2013

    […] réflexivité  comme un mouvement donc, qui fait quelque chose : ne serait-ce que par commencer à donner du volume, du relief, des dimensions à une […]

  4. 09/08/2015

    […] – réfléxivité; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *