« Eduquer féministement, oui mais… quoi, et comment ? » – Octobre 2014 – Par Anne Verjus

Suite des sommaires illustrés, pour reparcourir un an de richesse des écrits partagés, mois par mois, par les locataires généreux de la Villa réflexive.

6 octobre 2014 – “Eduquer féministement, oui… mais quoi et comment ?

Eduquer féministement, oui... mais quoi et comment ?  » Voilà une question difficile, à laquelle il semble bien qu’on se soit peu attelé.e.s. En tout cas ici, dans cet espace réflexif, et même cette année placée sous le signe du « genre ». Mais au-delà qui, parmi nos auteur.e.s féministes a donné des clés, a témoigné de son expérience de mère et d’éducatrice ? Je n’aime pas beaucoup ce mot, « éducatrice », qui pour moi évoque la rigidité et la norme. Mais je ne peux pas ne pas me définir comme cette mère féministe qui a élevé ses enfants selon ses valeurs. Donc, éduquer féministement, c’est ce que j’ai sans doute fait, même si je n’ai pas toujours eu ces mots à la bouche. […] »

10 octobre 2014 – “Eduquer féministement… où l’on voit que le conformisme des unes n’est pas le conformisme des autres

Eduquer féministement... où l'on voit que le conformisme des unes n’est pas le conformisme des autres  » Une éducation féministe, c’est quoi ?Je ne sais s’il faut tout de suite poser une définition. Mais enfin, d’emblée, je dirais qu’éduquer féministement, c’est d’abord ouvrir des portes aux filles. D’emblée donc, je pense aux filles plus qu’au garçon. C’est un tort, mais il faut dire aussi que chronologiquement, Elijah qui aujourd’hui a 14 ans, arrive avec ses questions, avec ses « problématiques » de garçon après ses trois sœurs. Donc, je devrais préciser d’emblée, pour éviter les malentendus : éduquer féministement, c’est ouvrir des portes aux deux genres, aux garçons comme aux filles, en partant du principe que les uns et les autres sont soumis à des normes de genre qui restreignent leur liberté. […] »

16 octobre 2014 – “Eduquer féministement… « les garçons aussi ? »

Eduquer féministement... "les garçons aussi ?" « On dirait, souvent, qu’éduquer féministement ne concerne que les filles. C’est le sens de la remarque du jeune homme rencontré dans l’avion (billet n°2) qui voit bien, spontanément, ce que peut être une éducation féministe pour les filles, mais pas du tout pour les garçons ; sans doute parce qu’éduquer « féministement », ce serait, avant tout, apprendre aux filles et aux femmes à défendre leurs intérêts, à revendiquer « plus de droits » – alors que pour les hommes, cela consisterait à attendre que le travail d’égalité, de rattrapage, se fasse ? Si le féminisme était davantage perçu comme un combat pour l’égalité et la réciprocité, on verrait mieux, spontanément, en quoi il concerne les filles et les garçons, les femmes et les hommes. […] »

19 octobre 2014 – “Eduquer féministement … à une conscience de genre

Eduquer féministement … à une conscience de genre  » Eduquer féministement, éduquer à la liberté c’est finalement ne pas trop éduquer. Eduquer féministement, c’est décrire, montrer les rapports de genre, dénoncer les inégalités et c’est laisser le plus de liberté possible. Des libertés, j’ai déjà parlé dans les deux derniers billets : ouvrir des portes, rendre possible ce qu’autour de nous, les discours, les regards, les discussions tendent à limiter : d’abord, laisser circuler les filles autant que les garçons ; ensuite, laisser les garçons se vêtir selon une palette de couleurs de longueurs et de formes aussi diversifiée que celle des filles. […] »

20 octobre 2014 – “Eduquer féministement… à une conscience de genre (bis)

Eduquer féministement... à une conscience de genre (bis)« C’est Manon, mais ce pourrait être Alice : « Ce que tu postes sur fb, même si on le lit pas, on voit le titre de l’article, le tout début, et si on lit on apprend des trucs même si c’est un peu ardu parfois, et lire les commentaires c’est une sorte de débat d’idées entre hommes et filles qui discutent du sujet sans se foutre sur la gueule c’est vachement intéressant, on voit quels arguments on peut opposer à tels arguments, et Laure et Anaïs – amies proches de Manon –  tu les as en amies, ça leur donne accès à des questions féministes comme ça…ça les sensibilise même si elles ont pas envie d’aller voir plus loin ça leur met quand même le nez dessus. » […] »

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *