« Les (mauvais) genres de la traduction » – Septembre 2014 – Par Claire Placial

Suite des sommaires illustrés, pour reparcourir un an de richesse des écrits partagés, mois par mois, par les locataires généreux de la Villa réflexive.

1er septembre 2014 – “Liminaire – Les (mauvais) genres de la traduction

« Retour aux espaces réflexifs pour la troisième année consécutive –déjà, avant même de commencer la série 2014, un bilan réflexif. Pourquoi j’aime écrire ici ? Parce que dans cette auberge espagnole qu’est le carnet collectif, la compagnie est bonne. La compagnie est bonne parce qu’elle est stimulante. J’ai beaucoup appris, lu, cogité, grâce aux échanges sur Hypothèses et sur twitter avec Marie-Anne Paveau, avec Mélodie Faury, avec AC Husson, avec Stéphanie Khoury à qui je succède. Tenter de croiser la réflexion sur le genre et celle sur la traduction, pour répondre au fil conducteur de l’année 2014, sera pour moi une exploration de territoires dont je subodore qu’ils sont très féconds, et qu’ils s’insèrent de façon sans doute assez organique dans la pensée politique de la traduction que je me trouve construire depuis que j’ai ouvert mon carnet – de ce point de vue, l’ouverture du carnet aura vraiment été le tremplin vers de nouveaux espaces de réflexion, qui étaient sans doute latents. […] »

3 septembre 2014 – “Du sexe, ou du genre, de Moby Dick

« Quel est le sexe de Moby Dick ? Voilà la question qui a animé la réception de la traduction du roman de Melville par Philippe Jaworsky à sa parution en 2006. Puisqu’en effet, Moby Dick, qui est en anglais a whale ou a sperm whale, était en français chez Giono et Armel Guerne une baleine, là où dans la traduction de Jaworsky c’est un cachalot. La construction symbolique du roman peut tenir à des détails comme celui-ci. Pour autant, la visibilité donnée par les chroniqueurs à cet aspect (du reste souvent grossièrement) de la traduction de Jaworsky tend à masquer l’ampleur des enjeux de cette traduction nouvelle. […] »

8 septembre 2014 – “« Luna, la déesse » et « Dame belette » – traduction et trouble dans le genre

« « En lithuanien, on dit ‘la soleil’. Je pense que ça pourrait être l’occasion d’un post très édifiant de votre part ». C’était la remarque d’un lecteur, sur le site de Pierre Assouline, lorsque ce dernier avait consacré un billet à la nouvelle traduction de Moby Dick, traduisant « [sperm] whale » par « cachalot » – suite à quoi la question s’était posée : Moby Dick, changeant de genre, avait-il changé de sexe ? […] »

27 septembre 2014 – “Sîmorgh – « En persan, il n’y a pas de genre »

« Leili Anvar a donné récemment une nouvelle traduction, particulièrement remarquée, du chef d’œuvre de la mystique soufie, Le Cantique des oiseaux, du poète persan ‘Attâr. Le Cantique des oiseaux narre la quête de trente oiseaux à la recherche de la Simorgh. Qu’est-ce que la Simorgh ? […] »

28 septembre 2014 – “Tentative de pensée queer de la traduction

« Les traductologues, parfois, pensent la traduction avec les mots du sexe. Dans les deux sens du terme : le sexe qui sépare les vivants en mâles et femelles ; le sexe comme activité sexuelle. Singulièrement (ou pas), la traduction est fréquemment considérée (métaphoriquement du moins) activité femelle. La prolifération des métaphores autour de la question de la « fidélité » des traductions tend à assimiler la traduction au mariage (hétérosexuel) ; et dans ce couple de la traduction à l’original, la traduction est la femme. […] »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *