« Attention, Gender » – Juillet 2014 – Par Anne-Charlotte Husson

Suite des sommaires illustrés, pour reparcourir un an de richesse des écrits partagés, mois par mois, par les locataires généreux de la Villa réflexive.

1er juillet 2014 – “Réflexions sur le genre par gros temps

consultation ABCD« Il y a quelques jours, Farida Belghoul et le groupe d’extrême-droite auquel elle est liée, Egalité et Réconciliation (fondé par Alain Soral), criaient victoire. Faisons un peu marche arrière : Farida Belghoul est une ancienne militante anti-raciste reconvertie dans l’anti-pédagogisme et le soralisme. Depuis janvier, elle est à la tête d’un mouvement baptisé « Journée de retrait », qui, pour protester contre les ABCD de l’égalité, incite les parents à retirer leurs enfants de l’école une journée par mois. […] »

9 juillet 2014 – “Le genre et le « réel »

« Un reproche persistant fait aux études de genre dans le cadre du discours anti-genre est qu’il serait coupé du réel, et/ou reposerait sur la négation de la réalité. Quelques exemples, que j’explique ensuite (on appréciera la subtilité de l’auteur du premier). Qu’est-ce que ce « réel » qu’on oppose au « Gender »? Si l’on en croit les anti-genre, c’est l’expérience commune de la différence des sexes, qui trouverait son point d’orgue dans la reproduction. « Nier la réalité », ce serait nier à la fois l’expérience quotidienne et les données fournies par les sciences naturelles. […] »

16 juillet 2014 – “Comment peut-on faire du genre? Conjuguer au pluriel (1)

« J’aimerais réfléchir, dans cette série de billets, sur certaines des difficultés que je rencontre dans mon apprentissage de la recherche en études de genre. Ces difficultés sont liées, essentiellement, au rapport entre genre et féminisme, études de genre et militantisme, mais aussi à ce que signifie, fondamentalement, de  prendre pour objet d’étude une catégorie sociale comme le genre. Toutes ces questions s’imposent à moi (comme à beaucoup de monde!) de manière récurrente et me questionnent dans mon rapport à la recherche et à l’écriture. […] »

18 juillet 2014 – “Comment peut-on faire du genre? Emotions militantes (2)

Orelsan « Dans le deuxième billet de cette série consacrée aux difficultés liées à mon apprentissage de la recherche sur le genre et le féminisme, je voudrais m’attarder sur un exemple d’écriture universitaire. J’ai rendu récemment un article sur « l’affaire Orelsan » comme lieu d’observation d’une éthique langagière féministe. J’y fais retour sur la polémique lancée en 2009 par des blogueuses féministes au sujet de certaines chansons du rappeur, en particulier « Sale pute » et « Saint-Valentin »; mon but est de mettre en évidence, à travers ces discours de condamnation de la violence sexiste, les principes de ce que j’appelle l’éthique langagière féministe. […] »

24 juillet 2014 – “Comment peut-on faire du genre? Recherche et militantisme, un enjeu éthique (3)

wordle gender studies « En tant que blogueuse sur les questions de genre écrivant explicitement d’un point de vue militant, je suis régulièrement prise à parti au sujet de ce que d’aucuns considèrent comme allant de soi, et d’autres comme un pur scandale: ma prétention à faire de la recherche en études de genre tout en restant militante féministe, ainsi que l’aspect militant, en soi, des études de genre. […] »

30 juillet 2014 – “De quoi le genre est-il le nom? Nommer, définir, contrôler (1)

« Ce titre n’est pas seulement un clin d’oeil à un cliché de la titraille journalistique: il s’agit, il me semble, d’une vraie question épistémologique qui fait particulièrement sens dans le contexte de la controverse actuelle. Elle m’évoque au moins trois réflexions, que j’aborderai dans trois billets différents pour plus de clarté […] »

31 juillet 2014 – “De quoi le genre est-il le nom? Le genre, les genres (2)

gender is here not here« Je m’aventure là dans un domaine que je connais assez mal, et seulement via le militantisme trans tel que je peux l’observer sur internet. Je voudrais justement évoquer des définitions concurrentes du genre qui co-existent dans la recherche et peuvent s’affronter dans le champ militant. […] »

31 juillet 2014 – “De quoi le genre est-il le nom? Le genre, les femmes et le reste (3)

Paris 8« Je finis cette série et mon mois dans la Villa avec ce qui peut sembler comme une simple question de dénomination, mais recouvre en fait des enjeux centraux pour le champ d’études concerné: parler du genre, n’est-ce pas finalement un autre moyen de parler des femmes? Les deux dénominations sont-elles interchangeables? […] »

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *