« Déranger le genre » – Mai 2014 – Par Jean-Raphaël Bourge

Suite des sommaires illustrés, pour reparcourir un an de richesse des écrits partagés, mois par mois, par les locataires généreux de la Villa réflexive.

6 mai 2014 –  “Savoir se taire

Les cornets acoustiques de Maelzel « L’imagerie d’Épinal de l’enseignant-chercheur se plait à l’imaginer la plupart de son temps silencieux et solitaire, plongé dans ses lectures ou absorbé dans ses travaux d’écriture. Mais en réalité, un enseignant-chercheur, ça n’est pas silencieux, au contraire, ça parle tout le temps. Quand on est enseignant-chercheur (ou qu’on espère le devenir), on parle en effet à tout va. On ne parle pas (forcément) pour ne rien dire, mais on parle beaucoup. […] »

13 mai 2014 –  “« Et tout ça pour finir docteur es partouze ? »”

ton sexe est politique « Le choix du thème de recherche et la définition du sujet sont des phases essentielles dans l’élaboration de son projet de thèse. C’est un moment fort, car il s’agit alors de déterminer ce qui va nous accompagner pendant plusieurs années. Il faut bien évidemment s’assurer du choix d’un sujet dont on aura plaisir à travailler, mais qui va également déterminer les personnes et les milieux que l’on va côtoyer. […] »

14 mai 2014 –  “Intermède barbu

Conchita Wurst« La participation et la victoire de l’artiste autrichienne Conchita Wurst à l’édition 2014 du concours de chanson de l’Eurovision ont provoqué une multitude de réactions. Non seulement sa victoire est saluée comme un pied de nez face à la charge haineuse qui a accompagné sa candidature, en Russie notamment, mais elle provoque plus largement un vrai trouble dans le genre[1].  Je profite donc de cet espace, sous-titré ce mois-ci « déranger le genre » et doté d’une bannière prémonitoire, pour revenir sur cette barbe qui vient déranger le genre. […] »

31 mai 2014 –  “Faut-il aimer le porno pour l’étudier ?

Massimo and Pierce« Suivant d’autres pays comme les Etats-Unis, la pornographie émerge ces dernières années comme champ d’étude en France. Les sciences humaines s’emparent de ce sujet « vulgaire », notamment à travers les études de genre. Ce nouveau champ d’étude, comptant parmi les cultural studies, offre un terrain de recherche riche, varié et relativement vierge,  ce qui donne l’occasion à différents chercheurs[1] de confronter leurs points de vue, parfois irréconciliables. Pour preuve, on peine à trouver une définition commune de base à la pornographie. […] »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *