« Qu’importe qui parle, quelqu’un a dit qu’importe qui parle » – Avril 2014 – Par Noémie Marignier

Suite des sommaires illustrés, pour reparcourir un an de richesse des écrits partagés, mois par mois, par les locataires généreux de la Villa réflexive.

1er avril 2014 –  “Discours légitimes

« Il y a un an, lors de mon premier passage dans la villa, Mélodie Faury et Marie-Anne Paveau m’avaient invitée à répondre à la question « pourquoi avoir choisi de faire une thèse sur… ? ». J’avais écrit un texte sur la difficulté à répondre à cette question, et plusieurs personnes m’avaient (gentiment) fait remarquer que je bottais en touche. […] »

8 avril 2014 –  “Ceulles qui savent…

« 

« Il ne s’agit pas ici pour moi de mener une réflexion sur l’ « expérience », ce qu’elle nous apprend, ce qu’elle nous empêche de connaître ou si au contraire elle est forcément nécessaire pour connaître. J’aimerais plutôt revenir ici sur l’argument selon lequel ce sont les principales victimes d’une oppression qui peuvent parler de cette oppression, qu’une minorité est la mieux placée pour parler de cette minorité. […] »

 14 avril 2014 –  “…et ceulles qui ignorent.

100471485_93621d2383_o « Dans le dernier billet j’abordais la question des rapports au savoir ; j’aimerais ici m’intéresser au mode de fonctionnement de l’ignorance (conçue ici comme non-savoir). J’utiliserai pour cela le travail de Kosofsky : l’ignorance est en effet une des notions au centre de son travail, notamment dans Tendencies et Epistémologie du placard. Je resterai très près du texte de Kosofsky, qui me semble injustement peu lue et peu citée dans l’espace militant et universitaire français. […] »

 20 avril 2014 –  “Un point de vue sur les savoirs situés

5445763528_17908b6505_z « Je poursuis ma réflexion sur les savoirs situés, en lien avec le militantisme et avec l’expérience ; je me livrerai ici à une critique plus théorique de l’argumentation que j’ai exhibée comme participant du mécanisme « être donc savoir ». Il s’agit ici de refuser, au moins partiellement, cette perspective. […] »

28 avril 2014 –  “Je suis une femme, blanche, valide, athée…

3275875302_1b39422d45_b « Dans la continuité du dernier billet, je voudrais aborder ici la question des « énonciations de privilèges », c’est à dire le fait d’énoncer, avant d’entamer un discours, les privilèges de sexe-classe-race que l’on possède ou qu’au contraire on ne possède pas, dans un but de se situer par rapport aux diverses oppressions que l’on subit ou l’on fait subir. On peut trouver ici et des exemples de ces énonciations situées. […] »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *