Eduquer féministement… où l’on voit que le conformisme des unes n’est pas le conformisme des autres

Billet n°2

Une éducation féministe, c’est quoi ?

Je ne sais s’il faut tout de suite poser une définition. Mais enfin, d’emblée, je dirais qu’éduquer féministement, c’est d’abord ouvrir des portes aux filles. D’emblée donc, je pense aux filles plus qu’au garçon. C’est un tort, mais il faut dire aussi que chronologiquement, Elijah qui aujourd’hui a 14 ans, arrive avec ses questions, avec ses « problématiques » de garçon après ses trois sœurs. Donc, je devrais préciser d’emblée, pour éviter les malentendus : éduquer féministement, c’est ouvrir des portes aux deux genres, aux garçons comme aux filles, en partant du principe que les uns et les autres sont soumis à des normes de genre qui restreignent leur liberté. La différence étant que le plus souvent, les filles peuvent voir dans la disparition des normes de genre une extension de leurs libertés, tandis que les garçons vont dans la plupart des cas y voir plutôt une transgression qu’ils n’appellent pas forcément de leurs vœux. Par exemple, une fille apprend tôt à éviter l’espace public le soir, les quartiers ou les transports en commun jugés « à risque ». Autre exemple, un garçon apprend tôt à éviter de s’habiller de manière « féminine », en évitant certaines couleurs mais surtout, évidemment, de porter des vêtements « de fille » (robe, jupe, certains chapeaux, et les chaussures, qui sont tellement genrées…). Chacun évite quelque chose et objectivement, chacun vit donc une limitation de ses libertés. Il y a bien d’autres exemples, j’espère pouvoir avoir le temps d’y revenir. Sur ce cas, à savoir la limitation des libertés selon le genre, la comparaison s’arrête là. Toutes les femmes voudraient pouvoir circuler en sécurité dans l’espace public ; tandis que peu d’hommes aspirent à s’habiller autrement qu’ils sont éduqués à le faire. On peut plaindre ces derniers d’être conformistes et certains peuvent regretter de ne pas avoir la palette des femmes pour se vêtir. Mais le problème est que le conformisme des unes n’est pas le conformisme des autres : les femmes ne tirent aucun bénéfice social, professionnel à limiter leur circulation, tandis que les hommes ont de vrais bénéfices sociaux, professionnels à porter les vêtements qui signalent leur virilité. Si éduquer féministement c’est ouvrir des portes, mais qu’il y a un décalage entre les aspirations des unes et les aspirations des autres, comment fait-on pour éduquer filles et garçons ? D’emblée, il semble plus simple d’ouvrir une porte à celle qui y verra un vrai bénéfice, que d’ouvrir une porte à celui qui ne verra pas si facilement l’intérêt qu’il pourrait avoir à la franchir. On verra une autre fois ce qu’est éduquer à « laisser la porte ouverte » à l’autre, aussi. Pour l’instant, je me contente de l’éducation « pour soi ». Et bien sûr, cette question  de l’habillement pour les garçons n’épuise pas la question, c’est simplement une manière d’entrer dans le sujet.

L’éducation que j’ai donnée aux enfants a surtout consisté à « ne pas » : ne pas les effrayer, ne pas les restreindre sur leur manière de s’habiller, ne pas leur rendre cet espace a priori dangereux, ne pas les culpabiliser… Sur la base de ma propre expérience, et sur la base de ce que je sais de la circulation des femmes dans l’espace public : on sait bien que c’est massivement dans l’espace privé que les femmes sont agressées. Donc, pas de paranoïa sur l’espace public. C’est en un mot les rendre (puis les laisser) libres de circuler et de s’habiller. Mais, la question qui vient immédiatement est la suivante : est-ce que je ne les mets pas en danger en leur permettant de sortir et se vêtir comme bon leur semble dans l’espace public ?

Gena Rowlands Gloria 1980

Image extraite du site http://the1980movieproject.wordpress.com/

Il me revient cet épisode, il y a quelques années, Alice[1]… partie à pieds de la maison, un matin, pour se rendre je crois au village voisin (on vit dans une zone péri urbaine, composée d’une alternance de lotissements et d’espaces agricoles), vêtue d’une petite robe, elle avait quinze ans, une voiture s’est arrêtée et l’homme, au volant, lui a demandé si elle souhaitait qu’il l’emmène quelque part. Devant son refus, il n’a pas insisté. Longtemps après, j’ai repensé à cet épisode : et s’il avait insisté et l’avait suffisamment intimidée pour l’emmener ? Est-ce son innocence qui l’a préservée ? Que voulait-il, pourquoi n’a-t-il pas été plus loin ? A la suite de cet incident, j’ai parlé avec Alice, je me souviens… je lui ai dit que sa manière de s’habiller n’était pas en cause, qu’elle pouvait s’habiller comme bon lui semblait, que s’habiller de manière « sexy » ne voulait jamais dire qu’elle « cherchait » quoi que ce soit ; mais qu’il fallait qu’elle prenne conscience que tout le monde autour d’elle n’avait pas cette manière de voir, que des personnes pouvaient penser que ses vêtements étaient « un signe », justement, qui leur était adressé. Depuis, on ne peut pas dire qu’Alice s’habille de manière différente, au contraire. Je la vois, maintenant qu’elle a vingt ans, partir avec un short très court, des talons de 8 cm, cheveux au vent, elle prend le train pour Lyon et je ne peux m’empêcher de me demander, dans ces cas là, si je ne l’ai pas rendue trop « libre ». Mais non. Elle est libre.

Parfois, je lui confie mon inquiétude… « tu es sûre que c’est prudent de prendre le train habillée comme ça ? ». « Mais oui maman, ne t’inquiète pas. » Et je me dis, pour me rassurer : que peut-il lui arriver dans un train où il n’existe plus de compartiments fermés, où il y a toujours du monde, en plein jour de surcroît ? Si quelqu’un se rapproche, n’a-t-elle pas les moyens de le mettre à distance, si elle le souhaite ? Et si on l’insulte ? Alice a l’avantage, de ce point de vue, d’appartenir à une génération qui a moins froid aux yeux que nous, je crois (enfin, que moi au même âge, disons) : elle sait remettre à sa place. Le fait d’avoir été scolarisée dans un lycée de zone péri urbaine, où la violence verbale fait partie du quotidien, l’a armée. Cela ne l’a pas protégée, elle n’a pas évité, si j’en crois ce qu’elle m’a parfois rapporté, les remarques, les jugements. Mais la voici du coup moins paralysée par la violence verbale des autres, aussi. Capable d’insulter quelqu’un qui l’insulte, de hurler s’il le faut, de se montrer violente et agressive. Jusqu’à quel point ? Alice ne pratique pas le karaté, contrairement à sa petite sœur Lilia – qui pour le coup a une musculature et une stature plus intimidantes. Elle ne pèse pas lourd et face à une brute, ses hurlements et son agressivité pourraient n’être d’aucun secours. Elle a, de plus, une bombe lacrymo au fond du sac, que je lui ai achetée à l’époque où, étudiante, elle s’est installée dans un quartier où parfois, en rentrant le soir, elle a eu peur. Donc, entre mon discours visant à ne pas leur faire peur et mes actes, il y a un décalage : je me questionne tout le temps sur la portée de ce discours, et par moments j’ai des accès d’inquiétude. Mais ils ne durent pas et, si j’ai tendance à la mettre en garde, ce n’est jamais sur le mode de l’interdiction, de la diabolisation ou de l’intimidation. Je lui fais confiance, je ne la crois pas à l’abri, mais suffisamment armée aujourd’hui pour éviter les situations qui pourraient la mettre en danger.

Maintenant, qu’en dit-elle ? J’ai passé une heure avec Manon d’abord, Alice ensuite, depuis que j’ai commencé l’écriture de ces billets. Je n’ai pas, pour le moment, la parole de Lilia et Elijah. Je vais donc me contenter de rapporter les mots des deux aînées, et surtout de Alice qui a, plus que Manon, été confrontée à cette question.

Le kilt, un début ou une fantaisie

Ce qui semble certain, c’est qu’elles ont un sentiment partagé d’être libres ; alors, cela ne veut pas dire grand-chose. Au moment où j’écris ce billet, un homme d’une vingtaine d’années assis à côté de moi, dans l’avion, me demande ce que je fais, je lui explique rapidement « j’écris un texte sur ce qu’est une éducation féministe », et il rit : « mais, une éducation féministe, ce serait quoi pour un garçon ? » Incroyable que, d’emblée, il pose les choses en ces termes. Je lui ai raconté ce que j’écrivais pour ce soir, et il m’a regardée, interloqué : « mais, moi, je m’habille comme je veux ! » On a parlé un peu, il lui a fallu un petit moment pour réaliser qu’il était limité, quoi qu’il en dise. Il m’a dit qu’il portait des fois un kilt, mais en reconnaissant que c’était surtout pour s’amuser, dans des moments festifs… puis après un instant de réflexion : « quand même, c’est confortable, surtout quand on porte rien dessous ». Donc, on peut se sentir, se dire libre et ne pas l’être. Ce qui est important, je crois, c’est d’être capable de comparer ; Manon, par exemple, dit qu’elle se sent plus libre que les autres : « On me laisse m’habiller comme je veux, je peux faire ce que je veux et j’ai pas moins de privilèges qu’Elijah », puis elle me parle d’une amie que son père reprend à chaque fois qu’elle manifeste le désir de s’habiller « un peu court » : « Si j’étais traitée comme ça je serais offusquée. J’ai cet esprit plus libre que les autres, dans le sens où j’ai moins… enfin je m’en rends pas vraiment compte mais je me prive pas de choses que je veux faire en me disant mes parents vont pas vouloir. » Cet esprit de liberté n’a pas d’effets seulement sur elle ; il en a sur la manière dont elle regarde les autres. Inversement, cette amie sans cesse reprise par son père porte, à son tour, des jugements sévères sur les filles qui ne s’habillent pas de manière « convenable » : « Anaïs[2] m’a trop choquée l’autre jour, y’avait une fille habillée, elle se la pétait vachement, Anaïs a fait « avec une tenue comme ça si elle se fait violer elle va pas se plaindre », j’ai dit « t’es folle toi, bien sûr qu’elle va se plaindre », elle a dit « vu les chiens qu’il y a à Villefontaine elle le fait pour les attirer, si elle prend ce risque elle ira pas se plaindre après, on l’aura prévenue ».

Pour Alice aussi, existe ce sentiment de liberté (même si, j’y reviendrai une autre fois, il s’accompagne parfois d’une lucidité qu’elle trouve pesante). Je lui ai demandé de revenir sur l’épisode de la « petite robe » :

–       « Moi j’étais totalement amusée par la situation, un peu flattée, je me rendais pas compte du danger que j’avais pu courir et ta réaction à toi m’avait fait un peu redescendre en mode « houla mais merde », et …oui on avait parlé du fait que c’était hyper dangereux, que j’aurais pu me faire …qu’il y avait un vrai danger s’ils avaient été plus de deux et que… voilà je l’avais pas forcément vu moi.

–       Est-ce que du coup ça a modifié ta manière de t’habiller dans l’espace public ?

–       Heu… je sais pas, je crois pas je me suis jamais empêchée de porter des trucs courts. Dans ma manière de m’habiller ça m’a rendue plus méfiante mais ça m’a pas… j’ai continué à mettre des choses jolies des talons et des robes. Alors parfois j’évite de mettre un short court avec des talons parce que je sais les réactions que je vais rencontrer, mais… mais ouais, ça m’a juste rendue plus méfiante, sur mes gardes quand je sors dans des tenues qui peuvent attirer l’attention ou …  »

En continuant la conversation, qui porte sur les remarques qui lui sont faites, constamment, elle reconnaît qu’au fond, elle n’a jamais eu peur mais que c’est « hyper pénible et tellement tout le temps en fait… » Je reviendrai peut-être sur ce point, qui est un autre sujet, c’est-à-dire sur la manière dont les femmes se sentent lorsqu’on leur fait des remarques sur leur aspect.

Je n’ai bien sûr traité qu’une partie du sujet de la liberté de circuler des filles. Je pourrais ajouter qu’elles ont eu dès 13 ans la possibilité de se rendre seules à Lyon et de s’y perdre un peu, de jour, pour connaître la ville ; qu’à partir du moment où elle a été étudiante, Alice ne s’est pas demandé s’il était dangereux ou pas d’aller boire un pot le soir dans les quartiers de centre ville, alors que la plupart de ses amies, même celles qui avaient toujours vécu à Lyon, se restreignaient. Je reviendrai aussi, parce que ce billet est suffisamment long, sur sa deuxième partie : si éduquer féministement c’est ouvrir des portes, et si les filles se sont emparées de cette liberté de sortir et de se vêtir, qu’en est-il d’Elijah ?


[1] Finalement, contrairement à ce que j’annonçais dans le premier billet, j’ai décidé de modifier les prénoms des enfants, afin que nul ne puisse un jour reprendre leurs propos en les citant nommément.

[2] J’ai aussi changé les prénoms des ami.e.s cité.e.s dans les entretiens.


Anne Verjus

Anne Verjus est politiste, chercheure au CNRS, membre du laboratoire Triangle à Lyon. Elle a publié plusieurs livres et articles sur la citoyenneté des femmes et sur la famille à l’époque de la Révolution et de l’Empire. Elle travaille actuellement sur les discours profanes et savants du mariage entre 1780 et 1848 en France, en Angleterre et aux Etats-Unis.

Anne Verjus et Denise Davidson, Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

Anne Verjus, Le Bon Mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Anne Verjus, Le Cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *