De quoi le genre est-il le nom? Le genre, les femmes et le reste (3)

Je finis cette série et mon mois dans la Villa avec ce qui peut sembler comme une simple question de dénomination, mais recouvre en fait des enjeux centraux pour le champ d’études concerné: parler du genre, n’est-ce pas finalement un autre moyen de parler des femmes? Les deux dénominations sont-elles interchangeables?

La question s’est posée quand le concept de genre a commencé à être utilisé en France. Il existait jusque-là, et il existe toujours, des recherches sur les femmes, le plus souvent menées par des féministes (Lagrave 1990); ces recherches seraient certainement aujourd’hui subsumées sous l’étiquette « études de genre ». Les universitaires féministes s’interrogent alors: n’est-ce pas là un nouveau moyen de faire passer les femmes au second plan (Fougeyrollas-Schwebel et al. 2003)?

L’exemple du Centre d’études féminines et d’études de genre de Paris 8 est particulièrement intéressant: fondé en 1974 par Hélène Cixous au Centre universitaire expérimental de Vincennes, il se nomme à l’origine Centre d’études féminines. Comme l’explique son site internet,

Contemporain des tout premiers programmes universitaires consacrés à l’étude des questions féminines ou féministes (Women’s Studies), qui virent le jour aux États-Unis au début des années mille neuf cent soixante-dix, il reste à ce jour en France l’un des rares centres de recherche universitaire habilité à délivrer des diplômes dans ce domaine de recherches.

Paris 8

Le Centre est pionnier à de nombreux égards et joue un rôle important dans l’émergence d’un nouvel objet d’étude. Il a maintenant intégré dans son nom le concept de genre, sans pour autant renoncer aux « études féminines ». L’Institut Emilie du Châtelet, créé en 2006, a quant à lui pour objectif « le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre« . Il « attribue des allocations doctorales et postdoctorales à de jeunes chercheur-e-s, soutient financièrement des manifestations scientifiques, organise des conférences et des assises ouvertes au public, ainsi que des séminaires et des colloques scientifiques ». On trouve, parmi les formations diplômantes existant en France, un Master « Histoire des femmes et du genre » (Lyon II), mais la plupart font uniquement mention du genre (cf. Rennes et Lagrave 2010 pour un historique des études de genre en France).

IEC

Certaines institutions choisissent donc de faire cohabiter le genre et les femmes. La redondance n’est qu’apparente: s’il est impossible de mener des recherches sur le genre sans parler des femmes, il est en revanche possible de dissocier étude des femmes et étude du genre, même si cette position est aujourd’hui minoritaire. Tout comme le genre n’est pas un autre mot pour désigner le sexe, genre et femmes ne sont pas interchangeables, même si la majorité des recherches sur le genre se concentrent sur ce groupe.

Force est pourtant de constater que cette distinction ne va pas toujours de soi: le discours sur le genre est, souvent, un discours sur les femmes, ou sur les rapports entre hommes et femmes. Il me semble qu’il y a là une simplification du concept qui amoindrit sa portée à la fois théorique et politique; peut-être faut-il aussi y voir, du fait de l’institutionnalisation des études de genre, une forme d’automatisme un peu réducteur dans le recours systématique au concept.

Bibliographie
Fougeyrollas-Schwebel Dominique, Planté Christine, Riot-Sarcey Michèle et Zaidman Claude, 2003, Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme / RING ».
Lagrave Rose-Marie, 1990, « Recherches féministes ou recherches sur les femmes ? », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 83, Masculin/féminin-1, p. 27-39.
Lagrave Rose-Marie et Rennes Juliette, 2010 « Les études de genre en France, année zéro ? Sciences Po, le MLF et la mémoire des luttes féministes », Mouvements.
Site du Centre d’Etudes féminines et d’Etudes de Genre (Paris 8)
Site de l’Institut Emilie du Châtelet


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *