De quoi le genre est-il le nom? Le genre, les genres (2)

Je m’aventure là dans un domaine que je connais assez mal, et seulement via le militantisme trans tel que je peux l’observer sur internet. Je voudrais justement évoquer des définitions concurrentes du genre qui co-existent dans la recherche et peuvent s’affronter dans le champ militant.

Ma réflexion sur le sujet est liée à un commentaire reçu sur mon blog. La citation du début vient de mon billet.

« Cela signifie que la féminité comme la masculinité ne sont pas des données de nature mais des constructions sociales: on ne naît ni femme, ni homme, on le devient. »

En tant que transidentitaire, je me sens insulté par ces quelques mots qui renient, de fait, tout ce que je suis…
Depuis ma naissance, mon corps est celui d’un homme et mon éducation a été faite en ce sens ; martelée même, lorsque je laissais s’exprimer mon genre et non mon sexe physique. « Soit fort, tu es un homme », « un homme ça ne pleure pas », ces phrases et d’autres plus humiliantes encore, je les ais par trop entendues et aujourd’hui encore (j’ai la quarantaine) leur souvenir est parfois plus que douloureux. D’autant plus douloureux d’ailleurs que les mêmes personnes ont parfois le culot de ressortir les mêmes phrases depuis le décès de ma femme, il y a trois ans.

Alors oui, affirmer que l’on devient homme/femme et que cela serait dû tant à l’influence sociale qu’à l’influence éducationnelle, est insultant ; aussi insultant que les propos que l’on peut entendre proférer par l’autre camp. […]

Votre blog est bien pourtant, mais cette occultation, par ignorance visiblement, d’une partie pourtant intégrante du problème, sert peut-être la cause des féministes, mais elle désert largement la cause des personnes qui ont, elles, un réel besoin d’une reconnaissance tant sociale que législative ; tant une reconnaissance de leur existence, qu’une reconnaissance de leurs souffrances. Pire, cette occultation sert avant tout la cause des anti-genres de tout bord, car elle réduit la notion de genre à une question sociologique qu’elle n’a jamais été et ne sera jamais qu’aux yeux des ignorants qui ont la chance d’avoir un genre en adéquation avec leur corps, quelque puisse être, par ailleurs, leur envie de briser les carcans sociétals imposés à ce genre.

Je suis tombée des nues en lisant ce commentaire. Dans ma naïveté théoriquement bien armée, je ne comprenais pas les reproches qui m’étaient faits, d’autant que la phrase de mon post, qui cite Beauvoir, constitue la base de la vulgate sur le genre. J’ai tronqué le commentaire car il était très long, mais la personne qui l’écrit exprime une réelle souffrance, et j’étais tout à fait désolée d’y avoir participé, sans vraiment comprendre en quoi. Je me suis rendu compte que nous ne parlions tout simplement pas la même chose, et que la définition du genre que j’utilisais était la source d’un malentendu profond.

Il me semble qu’il y a là plusieurs définitions qui se rencontrent, parfois s’opposent, et sur lesquelles je vais tenter de faire rapidement le point.

Singulier: Le genre

J’utilise une définition assez canonique et largement répandue, bien qu’elle ne fasse pas l’unanimité parmi les chercheuses et chercheurs. Je me situe dans le paradigme constructiviste et emploie généralement le singulier, « le genre », pour désigner un système produisant une bipartition hiérarchisée de l’humanité entre les catégories « homme » et « femme ». Il m’arrive aussi d’utiliser le singulier pour parler de ce que d’autres, dans la lignée du féminisme matérialiste, appellent « classe de sexe »: le genre féminin, le genre masculin. Le manuel Introduction aux études sur le genre a une position intéressante sur le sujet:

Pour nous, le terme de genre désigne un rapport social et un diviseur. Pour qualifier les positions qu’il constitue (être une femme, être un homme), on parlera de « sexes », et non de « genres ». Le genre désigne le système qui produit une bipartition hiérarchisée entre hommes et les femmes [sic], et les sexes renvoient aux groupes et catégories produites pas ce système. Cette règle d’usage permet également d’affirmer la dimension sociale du sexe, rompant avec les visions qui opposent « genre » (social, variable) et « sexe » (biologique, invariant) […]. Autrement dit, Le genre tel qu’il est pensé ici doit être distingué de sons sens grammatical (qui conduit à parler « des genres », au pluriel: le genre féminin, le genre masculin). (Bereni et al. 2012: 10)

Pluriel: le queer, du genre aux genres

Cette mise au point laisse de côté la question de la définition queer du genre, qui cherche à introduire de la subversion dans une catégorie tendant à se figer et à se naturaliser (Akrich 2006). La critique queer, issue du post-modernisme et du post-structuralisme, s’appuie notamment sur les transidentités pour remettre en cause l’idée d’une relation naturelle entre sexe et genre et vise à perturber la dichotomie féminin/masculin en y réintégrant le pluriel. Elle s’oppose ainsi à la critique féministe issue du matérialisme et du marxisme et s’inscrit

dans une logique de résistance micropolitique qui emprunte à des stratégies de resignification, de désidentification, de prolifération, de réappropriation (des genres par exemple mais pas seulement), comme autant de manières d’exploiter des ressources identitaires de manière post-identitaire. (Bourcier 2002)

La critique queer n’est certes pas la seule à remettre en cause le lien sexe/genre (Delphy 2002), qui peut être questionné de multiples manières (Marignier 2014). Mais il me semble que l’effet de cette critique, une queerisation du genre en quelque sorte, se retrouve dans le refus (plus ou moins marqué sur le plan théorique) du singulier. C’est le choix que fait Noémie Marignier, par exemple, qui travaille sur « les variations du développement du sexe et les liens entre sexes, genres et sexualités » (je souligne); c’est le cas encore pour l’association « Genres, Sexualités, Langage ».

Le genre dans la tête

Il me semble (encore une fois, je peux me tromper) que certains discours militants trans* contemporains témoignent d’un double héritage en ce qui concerne la conceptualisation du genre. L’héritage queer est présent, par exemple, dans l’usage souligné du pluriel et la démultiplication des identités (trans*, binary / nonbinary trans, genderqueer, genderfluid, agender, gender neutral…). Mais on y retrouve aussi la tradition psychologisante du genre, qui précède sa théorisation constructiviste (matérialiste/structuraliste/marxiste). Le concept de genre est en effet issu de la recherche en sexologie et psychiatrie, en particulier sur ce que le discours médical nomme la « transsexualité » et les « hermaphrodites ». A l’origine, le concept sert à dissocier radicalement le sexe biologique de ce qu’on appellera bientôt l’identité de genre, l’identité ressentie, vécue, qui peut être en discordance avec le sexe (masculin ou féminin). Je vois par exemple beaucoup circuler cette image et des variantes de ce qui s’apparente à un slogan: gender is here not here

Le genre est dans la tête, pas dans la culotte. Cette idée du « genre dans la tête » entre, selon moi, en conflit avec la définition sociale du genre. C’est un conflit qui me questionne, car je constate l’existence parallèle, dans les champs scientifique et militant, de définitions contradictoires. Peut-être ce conflit perçu est-il seulement dû à mon manque de connaissances dans le domaine, mais j’ai l’impression que certaines stratégies trans (dont je vois tout à fait l’efficacité, mais qui, soulignons-le, ne font pas l’unanimité) ne sont pas conciliables avec la doxa constructiviste.

Bibliographie

Akrich Madeleine, 2006, « Du genre aux genres: vers la dénaturalisation d’une catégorie sociale », dans D. Chabaud–Rychter et D. Gardey (éds), L’engendrement des choses : des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Editions des archives contemporaines, p. 95-100.
Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre, Revillard Anne, 2012, Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, De Boeck Supérieur.
Bourcier Marie-Hélène, 2002, « Queer Move/ments », Mouvements, n°20, p. 37-43.
Delphy Christine, 2001, Penser le genre. L’ennemi Principal. Tome 2, Paris, Syllepse, coll. « Nouvelles Questions Féministes ».
Marignier Noémie, 2014, « Séparer sexe et genre », Corps et mots (carnet de recherche). Consulté le 31 juillet 2014.
Carnet de l’association GSL (Genres, Sexualités, Langage)


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *