Comment peut-on faire du genre? Emotions militantes (2)

Dans le deuxième billet de cette série consacrée aux difficultés liées à mon apprentissage de la recherche sur le genre et le féminisme, je voudrais m’attarder sur un exemple d’écriture universitaire. J’ai rendu récemment un article sur « l’affaire Orelsan » comme lieu d’observation d’une éthique langagière féministe. J’y fais retour sur la polémique lancée en 2009 par des blogueuses féministes au sujet de certaines chansons du rappeur, en particulier « Sale pute » et « Saint-Valentin »; mon but est de mettre en évidence, à travers ces discours de condamnation de la violence sexiste, les principes de ce que j’appelle l’éthique langagière féministe. Pour cela, je prends pour corpus les billets de blog desdites féministes, mais aussi les réactions à ces condamnations et les prises de position en faveur du rappeur (au nom de la liberté de l’expression artistique notamment).

Orelsan

L’objectif de l’article n’est en aucun cas de déterminer si les chansons d’Orelsan sont « bonnes » ou « mauvaises », que ce soit sur le plan esthétique ou sur le plan moral, mais de m’attacher aux discours qui constituent l’événement discursif qu’on appelle rétrospectivement « affaire Orelsan » dans la perspective d’une analyse morale du discours telle que la propose Marie-Anne Paveau. Il m’a semblé pourtant immédiatement évident que la dimension morale des discours étudiés opérait une sorte de contamination dans l’analyse, et qu’il me serait difficile de m’en tenir à cette posture de recherche – je ne veux pas dire neutre, mais tendant à la désubjectivation. Les chansons concernées sont dénoncées par les blogueuses féministes que j’étudie en raison de leur caractère extrêmement violent et, jugent-elles, sexiste. Extraits:

« J’déteste les petites putes genre Paris Hilton
Les meufs qui sucent des queues de la taille de celle de Lexington
T’es juste bonne à te faire péter le rectum
Même si tu disais des trucs intelligents t’aurais l’air conne
J’te déteste j’veux que tu crèves lentement
J’veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l’enfant
Les histoires d’amour ça commence bien ça fini mal
Avant je t’aimais maintenant j’rêve de te voir imprimée de mes empreintes digitales
Tu es juste une putain d’avaleuse de sabre, une sale catin
Un sale tapin tout ces mots doux c’était que du baratin (…)
Le seul liquide que je t’ai donné c’est mon sperme
Si j’te casse un bras, considère qu’on s’est quitté en bons termes (…)
J’étais trop fidèle (sale pute)
J’ai les nerfs en pelote (sale pute)
J’vais te mettre en cloque (sale pute)
Et t’avorter à l’Opinel »
(On l’aura compris, il s’agit de la chanson « Sale pute »)

« J’adore les p’tites coquines avec des couettes et des fossettes
J’te rends misérable, tes copines vont t’appeler « Cosette »
J’ai des positions inconnues pour que tu goûtes au vrai bonheur
Parce que j’me branle sur Canal +, et j’ai jamais eu l’décodeur
Dès le lendemain matin, elles en redemandent, se mettent a trépigner
Mais ferme ta gueule, ou tu vas t’faire Marie-Trintigner
J’te l’dis gentiment : j’suis pas là pour faire de sentiments
J’suis là pour te mettre vingt-et-un centimètres
Tu seras ma petite chienne et je serai ton gentil maître »
(« Saint-Valentin »)

Dans tout le travail menant à la rédaction de l’article, je me suis retrouvée dans une oscillation constante entre, d’une part, les réactions et émotions spontanément suscitées en moi par le matériel auquel je me confrontais, et d’autre part la mise en place d’une interprétation fondée sur des outils d’analyse rigoureux. Les chansons concernées provoquent en moi une grande colère, du dégoût, de l’abattement parfois. Si j’écrivais sur ces chansons en tant que blogueuse féministe, ma prise de position serait clairement du côté de la condamnation – je ne parle évidemment pas de condamnation juridique, mais de condamnation morale, personnelle, fondée sur mon ressenti en tant que femme et ma connaissance des outils d’analyse féministes militants. Cependant l’angle choisi pour l’article rend ces émotions, non pas invalides, mais hors-propos. Le but était de déterminer les fondements 1) du discours moral tenu par les blogueuses féministes et 2) de leur analyse de la violence verbale à l’oeuvre dans les chansons d’Orelsan, tout en ne perdant jamais de vue que le rappeur a été poursuivi en justice à cause de ces chansons.

La conclusion à laquelle je suis peu à peu arrivée s’est donc trouvée non pas en opposition, mais étrangère à ma réaction première, même si cette réaction épidermique et mon sentiment personnel restaient fondamentalement les mêmes et refaisaient régulièrement surface. Du point de vue non seulement de l’analyse du discours, mais aussi des théories féministes sur lesquelles je m’appuie dans mon interprétation, je considère que la réaction des blogueuses pose problème. Pour faire court (et éviter de dévoiler le contenu d’un article non publié…) cette réaction témoigne d’une conception du sujet et de la responsabilité qui n’est pas forcément adaptée à l’objet de la polémique, et surtout d’une conception du pouvoir qui contredit paradoxalement les théories féministes. Orelsan est en effet considéré comme responsable en tant qu’individu de la perpétuation du système de genre et de la violence qui lui est inhérente; cette idée va à l’encontre des analyses féministes du pouvoir, qui s’éloignent du sujet pour se concentrer sur le système et ses mécanismes de perpétuation.

Il existe un courant relativement nouveau et très dynamique, au sein des sciences humaines, de réévaluation des émotions; ce courant questionne parfois les émotions du chercheur ou de la chercheuse. Cette question, pour moi, en croise deux autres: celle de l’engagement et du positionnement dans la recherche, mais aussi celle, à laquelle je reviens toujours, de l’éthique. J’envisagerai cet entremêlement dans un prochain billet.

Liste des liens

Marianne Doury, « Positionnement descriptif, positionnement normatif, positionnement militant », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 11 | 2013.
Marie-Anne Paveau, « [Parution] Langage et morale. Une éthique des vertus discursives », La pensée du discours (carnet de recherche), 11/06/2013.
Marie-Anne Paveau, « “Désir épistémologique et émotion scientifique”, M.-A. Paveau pour La pensée du discours, Vases communicants de janvier 2012 », Infuse ! Nos rapports aux sciences (carnet de recherche), 06/01/2012.
Marie-Anne Paveau, « Les émotions du.de la chercheur.se » (Storify), Journée d’étude, Paris XIII, 28/03/2014.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Masse dit :

    Bonjour Connaissez-vous cet article ? M. SINGLETON De l’anthropologie appliquée à l’anthropologue impliqué RSA 2008 Varia
    Cordialement

    • achusson dit :

      Non, je ne connais pas, merci pour la référence. Ce type de réflexion a largement été mené en anthropologie et en sociologie, mais presque pas en sciences du langage, ce que je trouve assez dommage. Le renouvellement du paradigme structuraliste se fait notamment par la réévaluation des émotions (comme objet de recherche et comme affectant le chercheur ou la chercheuse), c’est un domaine passionnant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *