Perception d’un malaise par l’allié

C’est bien beau de faire un travail empathique pour comprendre l’autre, le souci, c’est que l’on a tendance à nier facilement ses problèmes, à lui dire des choses qui n’aident pas à les résoudre, ou tout simplement à croire qu’il suffit qu’il s’endurcisse et ne fasse pas attention.

XKCD Comic http://xkcd.com/1216/
Source, XKCD  : <http://xkcd.com/1216/>.

Le travail empathique n’est pas évident. Pire, au lieu d’utiliser ses difficultés pour comprendre celles des autres, on peut les utiliser pour les justifier (« moi aussi je suis passé par là, c’est normal »…). En général quand quelqu’un me dit que je ne peux « pas comprendre » un problème, c’est souvent que je mets les pieds dans le plat, d’un souci, d’une oppression dont je n’ai pas conscience et que je ne subis pas. J’avais beaucoup tendance à rejeter ce type de plainte facilement (« arrête de psychoter, c’est de la paranoïa », « tu ne crois pas que c’est toi le sexiste/raciste en fait ? »), je cherche de plus en plus à vérifier mes privilèges et réfléchir à ce qu’on m’a dit. Je vais chercher à illustrer ici pourquoi, à partir d’exemples légers, qui restent les histoires qui m’en ont fait prendre conscience.

J’imagine que vous avez déjà été mal reçu dans un magasin. Un.e vendeu.r.se pas sympa, du dédain pour ce que vous achetez. Peut-être qu’il y a des magasins où vous n’allez pas ou bien où ça vous ennuie d’aller parce que vous y trouvez que les gens horribles ? Est-ce que ça vous est déjà arrivé qu’un.e ami.e vous dise que non, non, non, ils sont très gentils en fait ? Ha ! Qu’est-ce qu’il se passe ? Pourquoi cette différence ? Qui a tort ?

Il y a une dizaine d’année, je rentre chez un caviste avec ma mère en Alsace. Nous sommes accueillis par une vendeuse qui est très polie et attentionnée avec ma mère, répond précisément à toutes ses questions et m’ignore totalement. Elle n’a réagit à rien de ce que j’ai pu lui dire ou lui demander, même pas mon « bonjour », pas mon « au revoir ». Nous sortons du magasin, ma mère est ravie et se met à dire le plus grand bien de la vendeuse. Gniiii ? Je proteste, ma mère sursaute et se met à rire « ho, tu es juste jaloux parce que c’était une jolie fille et qu’elle n’a pas fait attention à toi ». Je suis estomaqué, on en reste là. La même scène, deux ressentis différents. Non seulement ma mère prétend ne pas avoir vu que l’autre était infecte avec moi, mais en plus, elle l’a nié quand j’ai essayé de lui dire.

Quelques années plus tard, j’achète un déjeuner dans une boulangerie de Paris avec un pote. Il y a toujours une grosse queue le midi. Mon tour arrive, tout se passe bien. À lui. Il se met à poser des questions sur les ingrédients. On lui répond très sèchement, sur un ton pressant. Je ne me rappelle plus bien ce qu’il choisit, juste que ce n’est pas une formule sandwich comme moi. On me donne un sac alors que je paye. Il paye après moi, et demande s’il peut avoir un sac aussi, on lui répond sèchement « ha non, on ne va pas vous donner un sac pour ce que vous avez pris » et il se retrouve emmerdé à trimballer les deux trucs qu’il a acheté (et pas tellement moins cher qu’une formule). Nous sortons, il est furieux. J’ai bien vu que les gens étaient infectes avec lui, j’ai nié en disant que non, ils étaient très gentils. Alors quoi ? Je trouvais qu’il était chiant à poser ses questions alors qu’il y avait une queue, qu’il était chiant de prendre autant de temps pour choisir, qu’il ne choisissait pas un truc calibré dans ce que propose la boulangerie. Bref, au lieu de le soutenir, dans le magasin, ou même à l’extérieur, je validais le recadrage odieux de la vendeuse tout en étant trop lâche pour le lui dire directement1.

Si vous arrivez toujours à me suivre, Imaginez maintenant que vous avez une bonne expérience avec des gens dans un lieu, dans le cadre d’une activité. Si un.e de vos ami.e a une mauvais expérience dans le même contexte, il y a de bonnes chances pour que vous ne vous en rendiez pas compte, ou que vous vous en rendiez compte, mais trouviez ça normal. Mettons qu’il s’agisse de quelque chose qui soit lié à son genre, à sa sexualité supposée, à son origine ethnique supposée, à sa religion supposée… et vous pouvez alors avoir une idée de comment on est complice d’une discrimination. On participe à un système qui juge que la place de quelqu’un est de faire ci ou çà de telle ou telle manière, et on le signifie indirectement, inconsciemment ou non.

Je trouve qu’il est assez dur d’être à l’écoute d’un.e ami.e qui subit une injustice que l’on ne subit pas soi-même. Ça doit être du coup encore plus dur d’être à l’écoute d’un.e ami.e qui subit un système oppressif quand on est soi-même favorisé par ce système ou que l’on participe à ce système. La bonne démarche est sans doute de ne pas douter du ressenti de son ami.e, d’essayer de comprendre, de se remettre en question. Si l’on peut voir de l’aigreur, de l’agressivité chez des militant.e.s qui combattent tel ou tel type d’oppression, cela peut-être tout simplement de la fatigue de ne pas être écouté.e.s ou cru.e.s.

  1. Je regrette maintenant de ne pas l’avoir soutenu et boycotté ce lieu. []

Nicolas Legrand

Slacktiviste anti-oppression. Informaticien pour bibliothécaires à la BULAC. J'ai trois diplômes universitaires qui n'existent plus. Un jour, j'ai voulu faire des humanités numériques, mais ça a l'air d'être trop de travail. Je préfère jouer de la clarinette.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *