Intermède barbu

Conchita Wurst

Conchita Wurst

 

La participation et la victoire de l’artiste autrichienne Conchita Wurst à l’édition 2014 du concours de chanson de l’Eurovision ont provoqué une multitude de réactions. Non seulement sa victoire est saluée comme un pied de nez face à la charge haineuse qui a accompagné sa candidature, en Russie notamment, mais elle provoque plus largement un vrai trouble dans le genre[1].  Je profite donc de cet espace, sous-titré ce mois-ci « déranger le genre » et doté d’une bannière prémonitoire, pour revenir sur cette barbe qui vient déranger le genre.

Le genre, entendu comme un régime politique des identités de sexe qui organise nos sociétés autours d’une division binaire masculin-féminin, est un solide vecteur de stéréotypes sexué et d’identités de genre. Fondamentalement hétérosexuel, le genre organise les humains en deux groupes distincts : les hommes et les femmes. Cette matrice hétérosexuelle possède une puissante force d’injonction sociale afin que chacun-e se conforme à son genre assigné. Toutefois, bon nombre d’individus sont rétifs à cette identification binaire hétérosexuelle et en prennent le contre-pied. Une multitude d’identités de genre viennent déranger le genre (mais peuvent parfois aussi le conforter). Ainsi, on peut refuser d’être « homme » (hétérosexuel) ou « femme » (hétérosexuelle) et se (re)définir comme bisexuel-le, lesbienne, gay, transgenre ou encore transexuel-le. D’autres bousculent encore plus cette binarité et transgressent encore plus allègrement l’ordre du genre en brouillant les codes sociaux de genre et en refusant de se définir dans une catégorie figée. Ainsi des personnes désignées comme intersexes refusent l’assignation médicale mutilatrice, d’autres individu-e-s revendiquent des identités mouvantes oscillant entre le masculin et le féminin, d’autres encore s’accaparent et mélangent à dessein les stigmates du genre. Toutes, tous et tou-te-s, par leur performance de genre viennent troubler et déranger l’entreprise du genre.

Anna Jones, "Femme à Barbe" du cirque Barnum

Anna Jones, « Femme à Barbe » du cirque Barnum

Conchita Wurst en arborant des robes fourreau pailletées et un maquillage très sophistiqué,  atours ultra-féminins s’il en est, avec une barbe, symbole traditionnel de la masculinité par excellence, se joue des codes et des catégories de genre. On ne sait où la classer, y compris dans les catégories dissidentes habituelles. Les titres des journaux sont particulièrement significatifs à cet égard. Le moins qu’on puisse dire, c’est que journalistes et éditorialistes se trouvèrent fort dépourvus une fois Conchita venue. On a donc pu constater à travers les titres affichés dans la presse la difficulté de vouloir ranger Conchita Wurst dans des catégories genrées. Les uns la voient comme UN travesti barbu  : « Un travesti barbu au succès fulgurant » (BFM TV), « L’Autriche remporte l’Eurovision grâce à son travesti barbu » (France 24), « un travesti à barbe au succès fou » (Direct Matin). Les autres la pensent au féminin et convoque la figure de la femme à barbe[2] : « Une chanteuse… au poil » (Le Parisien), « Femme à barbe qui hérisse le poil des conservateurs » (France 24), « La candidate à barbe qui fait causer » (Ouest France), « La femme à barbe qui agite l’Eurovision » (Le Point). D’autres encore sont dans une plus grande confusion, Conchita Wurst étant présentée comme un « candidat transsexuel (sic) autrichien » (Metronews) ou comme « L’Autrichien femme-homme gagne l’Eurovision 2014 » (Tekiano.com). On y voit aussi un symbole de tolérance, cette tolérance à propos de laquelle Paul Claudel pensait qu’il y avait des maisons pour ça : « Une victoire de la tolérance » (Le Nouvel Obs), « Héraut barbu de la tolérance… » (L’Essentiel – Luxembourg). D’autres encore se mouillent moins (mais la somme tout de même de s’expliquer) : « Qui es-tu Conchita Wurst ? » (Marie-Claire). Tandis que pour certains,  l’inquiétude est clairement formulée : « La marge est-elle en train de devenir la norme ? » (Le Figaro). Est-ce un homme, une femme, un travesti, un transsexuel ? Doit-on en parler au féminin ou au masculin ? D’ailleurs, peu ne s’inquiètent de savoir comment Conchita Wurst se définit elle-même. Dana International, candidate israélienne victorieuse à ce concours en 1998 et que l’on compare beaucoup à Conchita Wurst, ne posait pas tant de problème alors, on avait une case à lui attribuer, celle de transsexuelle. Et finalement, cela semblait plus confortable aux tenant d’un genre bien assigné : les progressistes disaient « elle » et les conservateurs se plaisaient au contraire à dire « lui ». Tout était en ordre, si l’on peut dire.

Azis

Azis

Avec sa barbe et ses faux-cils, Conchita Wurst s’inscrit dans un phénomène politico-artistique de genderfucking, né dans les années 1950-1960, qui est également incarné aujourd’hui par des personnes comme l’artiste-performeur russe Pavel Petel, véritable bête noire des conservateurs russes, ou comme le chanteur bulgare, rom et musulman Azis[3]. Ces derniers, comme Conchita Wurst, sont des hommes cis-genre qui conjuguent ensemble maquillage, talons aiguille et barbe, à cette différence près pour Pavel Petel qu’il affiche un corps bodybuildé répondant aux stéréotypes masculins. Ainsi re-signifiée, leur barbe devient non plus un symbole de virilité –comme peut l’utiliser le collectif féministe La Barbe[4]–  mais plutôt un outil didactique de subversion  des genres. En effet, on ne reproche pas tant à Conchita Wurst d’être un homme cis-genre qui changerait de genre, que la confusion qu’elle sème dans le genre avec sa barbe et ses robesSon refus de choisir entre le féminin et le masculin, d’obtempérer aux injonctions sociales, risque bien de défaire le genre[5], au moins symboliquement. La barbe de Conchita Wurst, c’est la barbe en trop.

 

Pavel Petel

Pavel Petel


[1] Judith Butler, Trouble dans genre ; Pour un féminisme de la subversion, préface d’Eric Fassin, traduction de Cynthia Kraus, Paris, La Découverte, 2005.

[2] La femme à barbe était une des attractions phare des foires et cirques humains du XIXe et du début du XXe siècles. Symptôme d’une pathologie hormonale nommée hypertrichose, cette barbe « monstrueuse » était un phénomène médical sur lequel se focalisèrent également les médecins d’alors, friands de taxonomie genrée.

[3] Azis (Азис) est un chanteur bulgare populaire en Europe de l’Est. Il a lui aussi été candidat à l’Eurovision, en 2006, il représentait la Bulgarie. Il a fait l’objet d’une campagne de dénigrement très violente en Russie, Azis y répondit par une chanson : Hop.

[4] Le collectif féministe La Barbe Groupe d’Action Féministe se fixe comme objectif de rendre effective l’égale représentation des hommes et des femmes au sein des organismes dits décisionnaires (politiques, économiques, médiatiques…). Pour se faire, les membres du groupe organisent des actions militantes où elles perturbent des assemblées trustées par les hommes, en arborant une fausse barbe sensée incarner l’hégémonie masculine. On déplorera l’utilisation sur leur site internet d’images de femmes à barbe, alors phénomènes de foire (au sens premier du terme), sans aucune mention du sort sordide réservé à ces femmes atteintes d’hypertrichose, ni même de leur nom (on y reconnaît notamment : Anna Jones, Delina Rossa, Clofullia et Clémentine Delait).

[5] Judith Butler, Défaire le genre, traduction de Maxime Cervulle, Paris, Editions Amsterdam, 2006.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *