du corps qui fond et des mots qui en sortent

Collection Gallica

Types de transition. Dégénérescences rachitiques avec absence de la parole et de l’intelligence -Paris : J. B. Baillières-1857

note 49: C’est mon dernier jour dans la #Villa_Reflexive. J’y ai été bien tout au long de ce mois de février, à noter quelques idées, au fur et à mesure des jours. Mais ça passe vite un mois, surtout février. Ça passe vite quand on est bien mais c’est terriblement long quand on est seul. Ce soir, je quitte donc la #Villa_Reflexive. Je laisse cette place où j’ai aimée me réchauffer à la cheminée des mots partagés.

note 50: Le séjour était placé sous la trilogie « corps, sexes et cultures ». Je ne sais pas s’il a tenu ses promesses. Y avait-il des promesses d’ailleurs sous un tel titre? Et s’il y en avait pouvais-je les tenir?

note 51: Tout au long du séjour, mon corps, mon propre corps, mon corps de chair, s’est transformé, sous l’effet d’influences extérieures. Il s’est comme échappé, alors que la #Villa_Reflexive recueillait certains de mes mots. Et le corps s’échappant m’a conduit à produire des mots sur d’autres corps, amputés, affaiblis, dégradés ou au contraire mis en scène, glorifiés. Comme si la fuite de mon corps rendait l’écriture plus urgente.

note 52: Un corps qui fond dans une culture de la minceur c’est valorisé. Mais ça l’est si on fait le travail pour cela: diététique, exercice… S’il fond seul, sans même une petite maladie pour justifier la perte de masse grasse, c’est suspect. Il y a quelque chose qui cloche et du coup, ce qui s’écrit est-il acceptable? Les idées ne sont-elles pas faussées par les émotions qui effacent le corps? Peuvent-elles continuer à se nourrir de la raison alors même que tout le corps se ronge et que chaque idée s’extrait à grand peine d’un corps froissé?

note53: La perte de poids est une réalité culturelle. Entre images et fonctionnalité, le corps est soumis à des normes allant des normes médicales (concentrées dans la formule de l’Indice de Masse Corporelle IMC) à des normes esthétiques et érotiques. Ventre en moins, tu redeviens quelqu’un. La perte de poids chez les sportifs traduit leur affutage. Ils se montrent ainsi plus incisifs, sans surcharge, le corps entier orienté vers la performance. On l’a vu précédemment, chez les hommes, cet image des étalons des stades génère un érotisme sur lequel beaucoup s’accordent. Mais un corps qui fond sans s’affuter, sans avoir d’objectif de performance et sans viser une ligne de corps (je reprends la formule d’Arno qui chante les filles du Bord de mer: « qui voulaient pratiquer le sport pour garder une belle ligne de corps« ), qu’en dire? qu’en faire?

note 54: J’expérimente dans ma chair une formule littéraire: La douleur du coeur fait fondre le corps. Là où la volonté a échoué, la souffrance diffuse et quotidienne, malaxe les tissus et les expurge de toute surcharge. C’est Kafka qui écrit à Max Brod (le 19 juillet 1909): « j’ai ce poids sur l’estomac; comme si mon estomac était un homme et s’apprêtait à pleurer« . Mais les hommes, ça ne pleure pas. A moins que chacun des mots qui sortent lorsque ce poids est là soit comme une larme, à moins que les mots ne puissent surgir que de ce corps en fuite.

note 55: Voici ma dernière note mes ami-e-s de la #Villa_Reflexive. Votre accueil m’a fait chaud au coeur.

« Alors Kien se pétrifia », Elias Canetti, Auto-da-Fé


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mélodie Faury dit :

    Merci à toi Philippe. Et de l’émotion dans ce billet – à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *