des hommes, des femmes, des corps amputés et appareillés

note 20: femme-prothese-lean_inHier, sur Facebook a circulé, parmi mes amies de divers réseaux féministes, une page présentant quarante-quatre photos visant à changer les représentations communes sur les femmes (44 Stock Photos That Hope To Change The Way We Look At Women). Ces 44 photos sont-elles-mêmes extraites d’un travail plus ambitieux présentant 2500 images issues de la bibliothèque Lean in pour changer les représentations stéréotypées des femmes. Parmi elles, plusieurs m’ont interpellé bien sûr, compte tenu de mes travaux et recherche. Celle de la femme qui fait son squat, en flexion complète avec la barre d’haltérophilie sur les épaules, la femme au bras tatoué tenant un enfant sur les genoux, la jeune hockeyeuse et l’autre petite au ballon de basket et tutu, les trois joueuses de base-ball… Il y aurait déjà pas mal de choses à dire et mes collègues spécialistes des représentations des femmes dans le sport sauront les exploiter. Mais c’est une autre photo qui a déclenché le désir d’écrire un billet ce matin, celle de cette femme, assise sur un canapé, porteuse d’une prothèse de jambe, souriante, détendue. Bref, une femme qui ne se trouve pas dans la posture de compassion habituellement associée aux personnes handicapées. Sans discours larmoyant non plus du style « la pauvre, une si belle femme.. » La prothèse est là, mais elle est seconde. Elle constitue juste l’indice d’une différence sur laquelle il est possible de glisser. La prothèse est pourtant visible, non cachée par un pantalon ou une robe. Et c’est ce qui conduit à réfléchir sur le sens de la prothèse, c’est-à-dire sur le sens de l’intégrité physique, de l’invalidité et de l’amputation pour les femmes… et pour les hommes

060908_cap_sur_lile_au_tres

long john silver dans l’île au Trésor

note 21: Le handicapé appareillé est méchant et cela bien avant le mouvement de revendication des « Handicapés méchants » des années 1970. L’histoire des prothèses s’inscrit dans une reconstruction du corps, sa réparation, accélérée au XVIè siècle par les progrès impulsés par Ambroise Paré « le chirurgien des champs de bataille » en matière d’amputation. Jusqu’au dernier quart du vingtième siècle (bien que cette date mérite d’être ajustée), il s’agissait alors de faire de la prothèse un outil capable de compenser une altération. Or, cet outil marque celui ou celle qui le porte comme invalide, d’où les stratégies actuelles d’effacement des prothèses (dentaires, auditives, mammaires, de l’oeil…). Celles-ci doivent ou bien ne pas se voir ou bien se fondre dans le corps, s’y nicher sans s’y montrer ou le moins possible. La prothèse est cet outil qui tente de reproduire non seulement la fonction, la forme mais aussi la motricité humaine (voir ce qui se fait du côté des prothèses intelligentes). Il n’en est pas de même des prothèses de membres. Une jambe, un bras ou une main en moins, génèrent des stigmates immédiatement visibles, même si là encore, les progrès tendent vers l’invisibilité, la « révélation » du caractère modifié du corps provenant d’une certaine raideur. La littérature a vulgarisé la figure des méchants appareillés, de Long John Silver portant une jambe de bois dans L’Île aux trésors de Robert Louis Stevenson (1883) au fourbe Capitaine Crochet dans Peter Pan de J.-M. Barrie  (1902), popularisé par les studios Disney dans les Aventures de Peter Pan (1953). La prothèse se conçoit non seulement comme réparation de fonctions défaillantes, mais aussi comme ouverture à l’autonomie (ce que j’aimerais discuter avec Myriam Winance), ce qui se traduit par exemple par la possibilité de se déplacer en échappant à l’usage du fauteuil, en conservant ainsi une allure plus humaine liée à la position debout, malgré le boitement et malgré la moindre vitesse par rapport au fauteuil. note 22: Il existe un traitement social et médiatique différencié de la prothèse selon le sexe. L’atteinte à l’intégrité physique n’a pas la même valeur selon que l’on est un homme ou une femme. Certes, dans la pornographie, la niche « Amputee » touche autant les hommes que les femmes et la prothèses y fait fonction d’attestation du handicap, parfois mise en scène à côté des couples se livrant à des actes sexuels. Mais, sinon, en dehors de cet usage pornographique des corps endommagés, le rapport à l’amputation et à la prothèse me semble infléchi par le sexe des personnes amputées (je dis bien « me semble » car dans la #Villa_Reflexive, il est possible de se laisser aller aux hypothèses que d’autres sauront s’approprier).Visuel-Lyon2013 En disant cela, je suis déjà dans l’auto-questionnement, notamment en pensant à l’image des Championnats handisport d’athlétisme qui se sont tenus à Lyon et qui mettent en tête de file Marie-Amélie Le Fur, championne paralympique du 100m aux Jeux paralympiques de Londres, en appui sur sa prothèse, sourire éclatant et bras levé. L’analyse de la mise en scène de cette jeune championne reste à faire. Elle s’inscrit dans un marketing du handicap qui, à l’instar de l’affiche du meeting d’athlétisme paralympique de Paris-Saint-Denis, transforme les athlètes amputés et appareillés en « Super-héros »: « Le 4 juin, les super-héros sont de retour… à Charléty! », avec encore Marie-Amélie Le Fur en première ligne. Quoiqu’il en soit, travailler sur les prothèses semble difficile sans tenir compte des différences de jugements et de représentations entre les hommes et les femmes amputés.  Pour ce travail qui reste à faire, je livre deux courtes notes. L’une consacrée à Aimee Mullins, l’autre à Oscar Pistorius, sans doute les deux plus célèbres amputés au monde… mais pour des raisons bien différentes.

Capture d'écran 2014-02-16 17.25.16

note 22: Sur Aimee Mullins. Aimee Mullins a été membre de l’équipe d’athlétisme handisport américaine. Quelques belles photos d’elles sont disponibles, notamment une que j’ai utilisée ici sur mon blog, extraite de l’ouvrage 100 000 ans de beauté (publié par L’Oréal pour son centenaire chez Gallimard, 2009). Egérie de l’Oréal, Aimee Mullins est surtout présentée comme une belle femme, à la plastique parfaite et à l’intelligence hors du commun. Ce qui est valorisé chez elle, ce n’est ni sa motricité ni ses performances sportives, mais sa beauté et la manière dont elle joue de ses prothèses (dont elle possède une collection exceptionnelle) pour s’exposer comme une femme multiple.

aimee_mullins-montage-liot

Aimee Mullins la Femme-multiple

note 23: Comme Aimee Mullins, Oscar Pistorius a été l’égérie d’un parfumeur, Thierry Mugler. Comme elle, il a été l’icône de nombreuses marques, au moins jusqu’à la fatale nuit de la Saint-Valentin où il a mis fin aux jours de sa compagne en 2013 (voir ici le remarquable récit de cette nuit réalisé sur l’Equipe explore). Sa plastique a sans doute joué, Pistorius possédait – au-dessus des genoux – un corps travaillé qui le classait indéniablement dans la catégorie des étalons des stades. Néanmoins, contrairement à Aimee Mullins, ce n’est pas sa plastique qui était mise en avant, mais ses performances, au point d’être considéré comme la chose la plus rapide sans jambe. J’emprunte cette formule au titre de l’article d’Anne Marcellini, Michel Vidal, Sylvain Ferez et Eric de Léséleuc pour montrer comment se neutralise le sexe. Pistorius échapperait à la condition humaine pour devenir une « chose », un hybride de chair et de fibre de carbone. Ce qui compte, ce sont ces performances, notamment lorsqu’il en est venu à taquiner les valides dans leurs compétitions au lieu de se cantonner aux championnats handisports. C’est cette confrontation d’une homme altéré aux étalons du stade qui a généré une des controverses les plus médiatiques de ces dernières années (cette controverse est étudiée par Julie Cornaton à l’Université de Lausanne et a donné lieu à un doctorat réalisé par Damien Issanchou à l’Université Montpellier 1)

note 24: Une esthétique rapportée à la performance pour Pistorius, une esthétique rapportée à l’érotisme pour Mullins


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *