le corps, le sexe et la culture pour entrer dans la danse

Bonjour aux habitants et aux visiteurs de la #Villa_Réflexive et merci aux propriétaires de m’y accueillir pour ce mois de février 2014.

J’ai apporté quelques notes. Ça change des fleurs ou du pinard qu’on offre à ses hôtes, un bouquet à madame, une bouteille à monsieur.
Ces notes, sont des notes maison.
J’ai apporté des notes sur le corps, sur le sexe, sur la culture…
On peut grignoter, se partager, picorer… C’est vous qui verrez.

jean_luc_verna4note 1: Jean-Luc Verna shooté par  Yann Lévy, en bandeau de la Villa durant tout le mois de février 2014, c’est un choix que j’ai fait pour illustrer la réflexion que je vais mener autour des thèmes de corps, de sexe et de culture. Jean-Luc Verna, l’artiste au corps ouvragé, le pédé qui refuse d’être gay, ce bel homme bien planté si féminin, tatoué comme un punk décadent d’une cité post-apocalyptique, offre un frontispice précieux à la #Villa_Réflexive. Parce qu’en terme de réflexivité, il se pose là. Il polit son corps, travaille à le déformer pour le conformer à son regard intérieur. C’est un corps travaillant aussi, un corps qui tord le regard. C’est un corps réactif, au sens chimique du terme, qui produit des réactions, comme tous les corps performatifs. Cette image de J-L Verna ne s’est pas imposée. Elle s’est posée. D’autres auraient pu surgir.

 

note 2: J’entre dans la #Villa_Réflexive sur la pointe des pieds, un peu timide, avec pour consigne de venir y parler de genre.
Quelle drôle d’idée en ces temps où le mot fait pousser des cris, s’arrondir les yeux, se plisser les fronts, se serrer les poings. Au moment de prendre le clavier, un SMS me parvient de Chambéry où la projection du film Nos seins, nos armes de Caroline Fourest et Nadia El Fani a été pertubée.
La violence s’invite au cinéma. Elle a quitté les écrans où Clint Eastwood légitimait naguère une justice virile pour gagner les spectateurs qui viennent là comme on va au stade de foot. Ce soir, le cinéma de l’Espace Malraux de Chambéry a connu la passion partisane qui justifie par ailleurs les bastons entre supporters de football. La passion vient de seins exhibés de femmes que certains voudraient cacher. Couvrez les seins. Cachez les femmes. Encore des corps réactifs, encore des réactions. Des corps encore et toujours qui enfreignent certaines règles culturelles et qui pourtant disent la culture.

Capture d'écran 2014-02-01 23.39.26 Capture d'écran 2014-02-01 22.18.17

note 3: La guerre civile est déclenchée par le sexe, autour du sexe, depuis le sexe. L’Espace Malraux de Chambéry a servi ce soir de point de fixation, relayé par Le Figaro. Aujourd’hui les rues ont résonné de cris contre la loi espagnole visant à restreindre le droit à l’avortement. Demain, les rues s’empliront d’autres cris qui s’élèveront cette fois contre la libéralisation de l’avortement. L’usage et la liberté d’usage du corps sont au centre d’une guerre pour des valeurs que tous et toutes ne partagent pas.
Nous sommes entrés dans une guerre civile des moeurs où tout le monde ne mobilise pas les mêmes armes.

note 4: le sexe est au centre donc. On parlera donc de sexe, pas de genre, pour que les choses soient claires. Ce qui se joue là, c’est la différence des sexes telle qu’elle s’observe dès la naissance et telle qu’elle construit les identités, les idéaux, les perspectives.
Le sexe comme barrière et comme horizon.

Une question dès lors: comment les cultures s’approprient les différences de la chair pour en faire quelque chose d’humain, fait de significations et de valeurs partagées/combattues…? Comment ce sexe, cette sexuation des corps (passons sur les différences et les fluctuations, renvoyons pour cela à Fausto-Sterling, en français à la Découverte) disent-il le monde? Et comment le sexe – comme pratique devenue d’autant plus ludique que la contraception permet de s’affranchir des grossesses – engendre-t-il des comportements et des jugements asymétriques, selon ce que l’on est et ce que l’on fait?
Ce que l’on fait, avec qui on le fait, pour quoi on le fait… les cultures contrôlent les corps parce qu’ils ont un sexe. Et les techniques du sexe sont bien plus que des techniques de reproduction ou de plaisir (ou les deux). Elles sont des techniques de classification et de hiérarchisation morales.

« Techniques de la reproduction. – Rien n’est plus technique que les positions sexuelles. Très peu d’auteurs ont eu le courage de parler de cette question. Il faut être reconnaissant à M. Krauss d’avoir publié sa grande collection d’Anthropophyteia. Considérons par exemple la technique de la position sexuelle qui consiste en ceci:
la femme a les jambes suspendues par les genoux aux coudes de l’homme. C’est une technique spécifique de tout le Pacifique, depuis l’Australie jusqu’au fond du Pérou, en passant par le détroit de Behring – pour ainsi dire très rare ailleurs.

Il y a toutes les techniques des actes sexuels normaux et anormaux. Attouchements par sexe, mélange des souffles, baisers, etc.
Ici les techniques et la morale sexuelles sont en étroits rapports.
 »
(Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, « Les techniques du corps », 1934, extrait)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *