Humanistes. Les frontières de notre métier

Billet initialement publié le 20 juin 2013

Enseignants-chercheurs (y comprises les enseignantes-chercheuses, bien sûr) en Sciences Humanines et Sociales, je me demande quelle est notre place dans le monde de la recherche. Les marges, le seuil… Quelles sont les frontières de notre métier ?  Où est le seuil qui limite le travail et le plaisir ? L’activité intellectuelle est-elle pour nous un devoir ou une passion ? Je me pose des questions sur mon travail comme humaniste encore aujourd’hui…

Ces derniers mois il y a eu sur Hypothèses un éclatement de textes sur les marges, les décentrements, les pas-de-côté (une métaphore déjà fixée à la #villa), l’interdisciplinarité… Quelqu’un pourrait se demander si tout ça fait partie de notre travail ou si ces « décentrements » nous éloignent beaucoup de notre but principal, même s’ils contribuent, sans doute, à notre enrichissement personnel. Jusqu’où on peut se laisser aller par la dimension réflexive de la recherche et le partage des expériences éloignées de notre discipline ou de nos lignes de recherche ?

Et en réalité, à quoi consiste la spécifité de notre métier? Quel est le fait qui distingue un chercheur en sciences humaines? Où finit la passion et commence la profession ? Pourquoi dans les humanités cette frontière est si nebuleuese ? Je pense que la raison c’est que les humanistes –numériques ou non, peu importe–, nous apprécions les relations entre la science et la partie humaine de la recherche. Nous sommes intéressés par l’homme et tout ce qui l’entoure, donc nous sommes sensibles aux questionnements des collègues d’autres disciplines: des linguistes, des anthropologues, des historiens, des traducteurs… Qui d’entre nous est capable d’ignorer complètement les autres sciences «humaines», ceux qui ne sont pas au centre de notre travail de recherche ? Mais la limite n’est pas située là où finissent les « Humanités », puisque nous sommes intéressés aussi au fait de la recherche en soi, à la meta-recherche, à la réflexivité en somme. L’activité intellectuelle constitue donc un but et un instrument, outre un objet de plaisir. Et comme tous les plaisirs, il faut la partager avec les collègues, le plus souvent devenu.e.s ami.e.s.

Penser, réflechir, donc partager, ce sont à la fois travail et passion pour nous. Et c’est pour ça que j’ai réussi à trouver, même dans la folie du mois de juin, le temps précieux pour écrire ces lignes, et au fond pour être avec vous, ici, au jardin, à l’ombre des murs de notre #Villa, dans le dernier jour du printemps (le jour le plus long de l’année ?)1

Je vous laisse une référence, la série de billets « Qu’est-ce que chercher ? » sur le carnet Lieux de savoir, et quelques extraits de la conférence de Christian Jacob qui m’ont vraiment touché. L’idée de « sociabilités savantes » m’intrigue : un enjeu pour y réflechir…

La recherche ne se réduit pas au face-à-face d’un chercheur avec son objet ou sujet. Il faut laisser une place aux décentrements, à l’inattendu, à la pensée et au savoir des autres qui peuvent ouvrir de nouvelles perspectives sur son propre travail. L’interdisciplinarité, le comparatisme, les chantiers de recherche transversaux jouent un rôle essentiel dans l’enrichissement de nos univers intellectuels personnels.

 … la recherche est un cheminement intellectuel, mais aussi un parcours de vie et un espace de partage…

Dans ma pratique de la recherche, je trouve que le plus gratifiant est de partager des hypothèses de travail, avec les auditeurs de mon séminaire, avec mes étudiants et mes collègues… […] Il n’est pas de chercheur en dehors d’un atelier,  en dehors d’une communauté de compagnons et d’apprentis… L’éthique d’un chercheur est d’accompagner, d’aider, de guider, non de rester dans une tour d’ivoire défensive…

Billets: Christian Jacob: Qu’est-ce que chercher (1)Qu’est-ce que chercher ? (2) Les heuristiquesQu’est-ce que chercher ? (3) L’instrumentation de la recherche et Qu’est-ce que chercher ? (4) Les sociabilités savantes.

 

Isolement. Elena Azofra pour Espaces Réflexifs

« Isolement ». Photo Elena Azofra pour Espaces Réflexifs

N.B. : Ces billets réfletent la conférence de Christian Jacob au sein du colloque Conditions de recherche et Digital Humanities : quelles perspectives pour les jeunes chercheurs ? #dhiha5  (10–11 juin 2013 à l’IHA Paris). Il a été organisé par Mareike König (IHA), Georgis Chatzoudis (Gerda-Henkel-Stiftung), en coopération avec  Pierre Mounier (Cleo), et avait pour but « d’examiner dans une perspective internationale les conséquences des changements numériques actuels pour les sciences humaines et sociales ». On peut trouver plus d’information dans http://dhiha.hypotheses.org/. Très intéressant pour des jeunes chercheurs… et pas si jeunes !

  1. Merci, Stephanie, d’avoir partagé ce matin le lien à ce joli billet ; bonne lecture pour commencer le jour, qu’il soit le plus long ou non… []

Elena Azofra

Profesora de Lengua española (Historia de la lengua y Morfología) en la Facultad de Filología de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), en Madrid, España.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *