Terrains communicants : de Youtube à l’Avenue Bourguiba

Billet initialement publié le 26 octobre 2013

Par Ulrike Lune Riboni

Doctorante à l’Université Paris VIII, je travaille sur l’usage de la vidéo numérique dans les soulèvements populaires qui ont secoué le monde arabe à partir de la fin de l’année 2010. La première partie de mon travail s’attache aux images en elles-mêmes c’est-à-dire ce qui est filmé, comment cela est filmé, et sur le contexte premier de diffusion de ces images. Mon travail a donc commencé sur internet. Et les ennuis aussi…

UN TERRAIN MOUVANT

. Recherche textuelle pour contenus visuels

Internet n’est pas un fond d’archive. C’est un espace caractérisé par le flux et la circulation. Le moteur de recherche Google est le principal outil de déplacement dans ce flux, qui définit une hiérarchisation selon la récurrence textuelle – le résultat d’une recherche réunit des contenus selon les mots qu’il contiennent ou qui y sont associés – et la popularité, c’est à dire le nombre de citations et de visualisations d’un contenu. Si l’accès à ce contenu ne paraît donc pas orienté par les choix d’un bibliothécaire, il n’en est parfois que moins accessible. En effet, les recherche textuelles, par mots clefs, fournissent des résultats bien peu satisfaisants quand il s’agit de vidéo. L’indexation repose sur trois ressources textuelles : le titre de la vidéo, la description et, le cas échéant, les tags associés. Les descripteurs sont bien minces et rarement pertinents quant au contenu. Les réseaux sociaux eux-mêmes, principaux supports de diffusion de ces vidéos, n’offrent pas d’outils adéquats à la recherche. En effet, il est impossible de faire une recherche par thème ou par date sur Facebook. Sur Youtube, la recherche s’effectue par mots clés, et ceux-ci étant définis par les utilisateurs, les résultats restent souvent aléatoires. Comme pour Facebook, il n’est pas possible de mener une recherche par date, mais le site permet cependant une mesure du nombre de visualisations ainsi que leur localisation géographique. Pour les mots clés « Iran protest » le site propose donc 11 000 vidéos, 32 000 pour « Tunisia protest », 123 000 pour « Egypt protest ». Il est probable que l’échelle soit effectivement de l’ordre de dizaines de milliers, mais ces chiffres ne peuvent être considérés que de manière indicative et non absolue.

“video wall“ source : http://paulocanela8.wix.com/vjalexlopes#!realism

“video wall“ source : http://paulocanela8.wix.com/vjalexlopes#!realism

. Circulation

Par ailleurs, ces résultats doivent être observés en considérant un autre phénomène, celui de la « propagation virale ». En effet, la mise en ligne s’avère souvent n’être que le point de départ du processus de diffusion. Une vidéo peut circuler en étant relayée au moyen d’un lien hypertexte renvoyant à la page du site qui l’héberge, on parlera alors de vidéo « embed ». Elle peut être également copiée et mise en ligne à nouveau des dizaines, parfois des centaines de fois, dans sa version originale, qualité et durée originelle se perdant au gré des copies. Parfois elle est remise en ligne sous-titrée, parfois sonorisée ou remontée… L’image se fait « rumorale1 », de chaîne Youtube en blogs en pages Facebook. Le terme channel  désignant les comptes Youtube s’apparente dès lors plus à la chaîne humaine qu’à la chaîne de télévision…

. Échelle

Enfin, l’échelle de la recherche complique encore la tâche. Lev Manovich décrit ainsi les problèmes de visualisation et donc d’appréhension des « collections » en ligne constituées de dizaines de milliers d’éléments : « Si l’on considère la taille des collections contemporaines de médias, il est tout simplement impossible de visualiser leur contenus avant même de commencer à formuler des questions et hypothèses, voire de sélectionner des échantillons destinés à une analyse plus pointue. (…) L’impossibilité de visualiser une collection dans son ensemble nous empêche de comparer des séries d’images ou de vidéos, de dégager des tendances d’évolution sur une durée, ou d’appréhender une partie de la collection au regard de l’ensemble. » 2

. Pérennité

Dans ce fourmillement d’images déraisonnées, qui parfois disparaissent comme elles sont apparues, le travail du chercheur se fait délicat. C’est un terrain mouvant et inconstant qui pose également la question de l’archivage et de la mémoire. Ainsi, parce qu’internet n’est pas un fond d’archive, la pérennité des images n’est pas assurée. Les images circulent, les contenus sont mis à jour de secondes en secondes et disparaissent régulièrement et sans préavis. Bien peu d’études quantifient cette « perte » mais l’urgence de la conservation de ce patrimoine de productions humaines est désormais reconnu. Ainsi les initiatives d’archivage de l’internet par des institutions nationales se multiplient (Bibliothèque du Congrès Américain aux États-Unis, Bibliothèque Nationale de France et Institut National de l’Audiovisuel, en France). Concernant la vidéo, une analyse statistique de sites ayant catalogué des vidéos des mobilisations arabes, réalisée par le laboratoire « Web Science and Digital Librairies Research Group » de l’Université américaine de Old Dominion, évalue la disparition de ces contenus à 10% tout juste un an après leur mise en ligne3.

Capture d’écran de vidéos n’étant plus accessibles

Capture d’écran de vidéos n’étant plus accessibles

ALLERS ET RETOURS

Le travail de recherche nécessite donc au préalable de constituer une archive et d’établir un système d’indexation adapté. Le champ de recherche à été circonscrit à deux pays : la Tunisie et l’Egypte sur une durée longue, à partir de décembre 2010 jusqu’à aujourd’hui. J’ai ainsi commencé par établir un corpus de plusieurs centaines de vidéos, archivées et indexées selon des critères établis progressivement, au fur et à mesure des questions soulevées. Le choix du logiciel pour établir cet archivage a été long et fastidieux. Après plusieurs essais infructueux sur des logiciels de gestion de collections audiovisuelles (films ou DVD), je suis revenue à mon premier support : un fichier Excel. L’avantage est de pouvoir obtenir une visualisation rapide des vidéos par utilisateur, date, ou mots clefs. Le désavantage est de ne pouvoir bénéficier d’un aperçu visuel des vidéos, ni de lien direct au fichier stocké sur l’ordinateur.

L’ambition de l’exhaustivité -illusoire- a été vite abandonnée et l’établissement de statistiques également, au profit d’une analyse par récurrences pour tenter d’établir des tendances dans les pratiques et d’identifier des motifs dans les contenus.

Captures d’écran de deux versions d’une même vidéo. Lieu présumé : Iran, juin 2009. Source vidéo de droite : « 2009 IranRevolution », 2009 Iranian Revolution - Demonstrator Shot in the arm June 15, 17/06/09, Youtube, https://www.youtube.com/watch?v=l59_EBdcIeA, (consulté le 10/12/2010).

Captures d’écran de deux versions d’une même vidéo. Lieu présumé : Iran, juin 2009. Source vidéo de droite : « 2009 IranRevolution », 2009 Iranian Revolution – Demonstrator
Shot in the arm June 15, 17/06/09, Youtube,
https://www.youtube.com/watch?v=l59_EBdcIeA, (consulté le 10/12/2010).

L’analyse de la circulation est limitée sans pisteur automatisé, mais il est possible de comparer des versions en s’appuyant sur la date de mise en ligne, le nombre de visualisation et la qualité de l’image (voir exemple ci-dessus) pour tenter de définir si ce n’est pas la vidéo originale, tout du moins l’un des premiers upload.

Les mots clefs de recherche ont été affinés après une observation prolongé des habitudes  des utilisateurs quant au choix des descripteurs. Si les résultats obtenus restent peu satisfaisants, le saut qualitatif a surtout été permis par l’accès direct aux comptes Facebook d’un certain nombre de Tunisiens offert par le travail de terrain effectué sur place (le terrain en Egypte reste à faire). De même, c’est auprès des Tunisiens que j’ai pu découvrir des vidéos remarquables que je n’aurais jamais été en mesure de débusquer seule. Enfin, c’est en abordant la masse de vidéos en ligne au prisme des sélections et collections personnelles réalisées par les acteurs/auteurs qu’une autre cartographie a pu se matérialiser. Et c’est bien sûr leur parole qui leur a donné tout leur sens.

C’est donc en quittant internet que j’ai pu y retourner…

  1. FROISSART Pascal, « Les images rumorales, une nouvelle imagerie populaire sur internet »,  Médiamorphoses n°5, 2002, pp. 27-35. []
  2. MANOVICH Lev, « Comment visualiser un million d’images », MCD / Musiques et Cultures digitales n°68, septembre-octobre-novembre 2012, pp. 26-29. []
  3. Salah Eldeen Hany, « 2012-02-11: Losing My Revolution: A year after the Egyptian Revolution, 10% of the social media documentation is gone. », Web Science and Digital Libraries Research Group, 11 février 2012, <http://ws-dl.blogspot.fr/2012/02/2012-02-11-losing-my-revolution-year.html>, consulté le 1 décembre 2013. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *