Ce que (l’étude de) la traduction a à dire à la littérature comparée.

Billet initialement publié le 11 août 2013

Mes recherches portent sur l’histoire et la théorie de la traduction ; je les mène au sein de la littérature comparée. On me demande parfois, quand je dis que je fais de la littérature comparée : « et tu compares quoi ? ». Et je suis bien embêtée, parce que je ne peux pas dire que je compare tellement. A la limite, les traductions entre elles, quand je faisais ma thèse sur l’histoire des traductions du Cantique des cantiques. Comparaison des traductions entre elles, et comparaison des traductions et de leurs originaux. Mais là n’était pas le but de l’étude, et la comparaison n’était du reste même pas une méthode, du moins pas une méthode frontale. Le jeu des sept différences n’était pas le but de cette recherche. La réunion dans un même corpus traversé par des portes d’entrées analytiques variées entraînait, certes, la comparaison, la juxtaposition, mais l’objectif était celui d’élaborer les moyens conceptuels et méthodologiques pour une histoire des traductions d’un même texte.

Du reste la littérature comparée pâtit sans doute de son épithète, et du présupposé que c’est la recherche des communautés et des différences au sein d’un corpus qui fonde l’intérêt et la cohérence de la discipline.

Et je me rappelle Jean-Yves Masson disant que la littérature générale et comparée est à la littérature ce que la médecine générale est à la médecine. Pas de spécialisation a priori, ni sur une période donnée – même s’il y a évidemment des spécialistes de telle ou telle époque : la diachronie y reste tout de même fréquente. Pas de spécialisation, a fortiori, sur une ère linguistique donnée.

Dans le fond s’il y a une unité de base à la littérature comparée, ce n’est pas tant dans la comparaison que dans la nécessaire hétérogénéité des objets d’étude, et dans le fait que l’objet n’est pas la littérature française, mais la littérature mondiale.

D’où, et j’en viens au fait, la place capitale et spécifique de la traduction dans la littérature comparée en tant que discipline universitaire. La recherche, mais surtout l’enseignement comparatiste ne pourraient se faire sans l’existence des traductions. Raison pratique. Mais la traduction, et les études de traduction, proposent en outre des portes d’entrées théoriques et réflexives sur l’étude des textes littéraires, et l’historicité des études littéraires. D’où ma conviction – c’est un plaidoyer pro domo, que je vais essayer d’articuler de façon cohérente – que les études de traduction ont leur place dans le champ comparatiste, du moins qu’il n’y a pas que le champ linguistique à pouvoir les accueillir. Au contraire, elles relèvent de ce qui pour moi fait l’intérêt majeur de la discipline : l’articulation d’une perspective historique et théorique, permettant de soulever, notamment, une théorie de la lecture.

* la littérature comparée a besoin des traductions

La littérature comparée ne pourrait exister comme discipline d’enseignement sans les traductions. Si on demande aux étudiants en master et en thèse de se fonder sur les textes dans leur langue originale[1], en revanche les cours de licence, les programmes d’agrégation font recours aux traductions. On ne peut exiger des étudiants qu’ils maîtrisent la totalité des langues du monde.

Cela n’est pas sans poser problème et causer quelque méfiance. Traduttore, traditore : la traduction se voit toujours reprocher de ne pas être l’original, on la soupçonne, a priori et de façon souvent assez indistincte, de trahir, d’infidélité, bref, elle n’a pas la conscience tranquille et sa vertu est sujette à caution. Peut-on se fier, pour l’analyse littéraire, à des textes traduits ? Peut-on étudier des textes poétiques en traduction ?

À ces questions (qui font le cœur de la méfiance des autres littéraires envers la littérature comparée), je répondrai évidemment par l’affirmative, en ajoutant par dessus le marché que ces problèmes, ces interrogations sont à mon sens, davantage que des apories, des leviers théoriques.

Il y a une nécessité pratique fondamentale. Il faut se fier à des textes traduits, étudier des textes poétiques en traduction, parce qu’on n’a pas le choix. Sinon, c’est se priver, priver les étudiants, de l’étude de Shakespeare, d’Homère, de Leopardi, de Goethe, etc. Or la littérature comparée est le lieu d’une ouverture à la littérature mondiale, et la traduction, quels que puissent être par ailleurs les soupçons qui pèsent sur elle, reste le vecteur essentiel pour la lecture des textes étrangers – qu’on aborde du reste Shakespeare ou les sciences humaines, et il est à noter que la traduction est bien moins soupçonnée quand elle touche aux sciences humaines, aux domaines pratiques, qu’à la littérature et a fortiori la poésie.

Peut-on se fier, pour l’analyse littéraire, à des textes traduits ?

Il est évident que l’on ne fera pas la même analyse stylistique d’un texte traduit et d’un texte original. Sauf à recourir à une édition bilingue et à maîtriser suffisamment la langue de départ, on ne peut raisonnablement élaborer de réflexion sur les effets de son du texte français s’il est issu d’une traduction[2]. Il n’en reste pas moins que la traduction, en principe, n’intervient sur le texte que de façon très minime. On déplore perpétuellement la traduction comme travail du renoncement, de la perte, de l’impossible adéquation au texte de départ, et de fait, il n’y a que le Quichotte de Pierre Ménard pour correspondre strictement au texte source. Pour autant, on néglige trop de rappeler ce en quoi la traduction est identique au texte source[3]. Ici, une anecdote. Je faisais passer jadis des colles d’agrégations sur Timon d’Athènes de Shakespeare. Un étudiant fait un exposé et ne fait aucune remarque touchant à la dramaturgie. Je le lui reproche. Il me dit qu’il pensait qu’en littérature comparée, comme la traduction ne permet pas les remarques stylistiques, il faut s’en tenir à un commentaire d’idée. C’est très exagéré. Soit la traduction de Timon d’Athènes :

– le genre littéraire est identique

– la construction en actes et scènes est identique

– la répartition des répliques entre les personnages est identique

– l’action est identique

– si le nombre des mots n’est pas strictement le même, du moins les proportions sont très similaires

– on peut supposer que la tonalité est identique, que le traducteur aura su rendre la nuance qui sépare un passage comique d’un passage élégiaque.

Pour reprendre les catégories de la rhétorique classique, il n’y a guère que sur l’« élocution », sur le choix des mots, que la traduction diffère de l’original : l’invention (choix du sujet), la disposition (organisation du discours), voire l’action (la prononciation du discours, à laquelle on peut songer notamment pour les textes de théâtre) et la mémoire (si l’ont considère que le traducteur doit, refaisant le chemin de l’auteur dans le texte, en rendant compte exhaustivement) sont semblables.

Peut-on étudier des textes poétiques en traduction ?

La possibilité de l’étude des textes poétiques en traduction se pose sans doute avec plus de force que celle des textes romanesques et théâtraux[4]. De fait, les textes écrits dans des formes fixes inconnues de la tradition littéraire de la langue source posent des problèmes spécifiques. Comment traduire le pentamètre iambique, l’hexamètre dactylique ? Il va de soi que l’on ne produira pas en français de pentamètres iambiques en traduisant Shakespeare, ni d’hexamètres dactyliques en traduisant Homère. Quant aux rimes, assonances, etc., la traduction se heurte rapidement au conflit entre traduction la plus exacte possible des mots et la reproduction des effets sonores.

D’où le « mythe » selon Eugene Chen Eoyang, que « seul un poète peut traduire la poésie », et cette conception selon laquelle une traduction n’est traduction que si elle reproduit la musique du texte de départ..

Et de fait la traduction de la poésie entraîne des choix linguistiques et stylistiques majeurs, qui affectent la lecture du texte dans son ensemble. La reconnaissance de la forme du texte de départ est compromise. Nerval traduisait Heine en prose ; on traduit souvent en vers libres ce qui est en vers réguliers et rimés. L’adéquation de la traduction au texte de départ est impossible pour la poésie sans doute davantage que pour le roman.

Quoi qu’il en soit, déclarer impossible l’étude de la poésie en traduction, c’est réduire la poésie à un jeu de contraintes formelles et d’effets sonores. Comme si la poésie n’était pas également contenu, comme si rien ne subsistait du texte de départ dans la traduction qui soit suffisamment tangible pour fonder un discours littéraire.

Ce qui en revanche est évident, c’est la médiation de la traduction. Dans le cas de la poésie plus qu’ailleurs, les choix du traducteur, s’ils ne métamorphosent pas intégralement le(s) sens du texte, engagent une lecture stylistique, générique. Plus qu’ailleurs, on ne peut prendre la traduction pour une copie de l’original. Traduire la poésie est impossible si par « traduire » on entend répliquer à l’identique. Dans le cas d’un corpus comparatiste poétique, il est donc nécessaire plus d’ailleurs de donner la traduction pour ce qu’elle est : non la traduction absolue, mais une traduction parmi plusieurs possibles, voire plusieurs existantes.

* le recours aux traductions, levier d’une théorie de la lecture

Le cas de la poésie étudiée en traduction me semble ainsi particulièrement efficient pour construire une théorie de la lecture, ou du moins pour rendre perceptible le fait qu’une traduction est une lecture.

C’est là, à mon sens, la condition primordiale pour une étude littéraire des textes traduits. Si l’on reste figé sur les inadéquations de la traduction à son original, parce que c’est l’original seul que l’on souhaite lire, alors la traduction est un obstacle à l’étude littéraire. Si au contraire on postule la médiation de la traduction, et le double statut auctoriel du texte étudié, issu de l’écriture de l’œuvre par l’auteur puis de la réécriture exhaustive dans la langue seconde par le traducteur, la lecture en traduction n’est pas une lecture diminuée, mais une lecture augmentée.

Quoi qu’il en soit, il demeure qu’une forme de pacte de lecture spécifique s’applique à la traduction (et il est dommage que les théoriciens de la lecture ne se penchent pas davantage que cela sur la question de la traduction, dans la mesure où d’une part, une bonne part des lectures se fait en traduction, et où d’autre part, les lecteurs sont souvent très conscients de lire une traduction qu’ils mettent en doute si le texte lu ne les satisfait pas). Vous ne lisez pas Shakespeare. Vous ne lisez pas Homère. Vous ne lisez pas la Bible. Vous lisez des traductions de Shakespeare, des traductions d’Homère, des traductions de la Bible, dues à André Markowicz / Frédéric Boyer  / François Victor Hugo / Anne Dacier / Philippe Jaccottet  (le lien provient du blog Skyrock d’une jeune lectrice parfaitement consciente de lire une traduction et non une copie conforme de l’original) / Jean-Louis Backès / Louis Segond / Henri Meschonnic, etc. (Avec dans ces cas, le problème supplémentaire de l’existence des textes originaux, qui sont largement reconstruits, et procèdent d’un travail d’édition qui est, lui, aussi, une importance médiation. Travailler sur les traductions, et traduire, dans la mesure où se pose la question de l’établissement du texte source, rend également cette médiation particulièrement sensible.)

Cette médiation du traducteur procède d’un sujet, est subjective sans être arbitraire. La confrontation de plusieurs traductions rend ce fait particulièrement sensible.

De fait, l’approche des littératures étrangères, au sein de la littérature comparée, par la lecture des traductions s’enrichit considérablement de la confrontation de plusieurs traductions (ce qui n’est malheureusement pas le cas dans la constitution des programmes d’agrégation, mais il est vrai qu’il serait délicat de demander aux candidats de multiplier les achats de livres).

La comparaison de plusieurs traductions d’un même texte rend sensible la variété des choix possibles. Pour la traduction de poésies, on peut notamment constater l’éventail des solutions formelles (prose, vers libres, vers réguliers pour Homère par exemple), et les difficultés de chacune.

Mais également, si chaque traduction tend à proposer une lecture, stylistique du moins, du texte source, la multiplication des lectures que suggère la confrontation des traductions, permet de mettre au jour la richesse des potentialités du texte de départ. Celui-ci s’en trouve enrichi dans la mesure où sa diversité, sa richesse de sens est démontrée par la variété de ses lectures, et suggère la possibilité de nouvelles lectures encore inconnues.

Avec, si ces traductions sont choisies en diachronie, l’intérêt supplémentaire de faire émerger l’historicité relative de ces lectures, et de renforcer la conscience de la nature relative des traductions. La traduction des contes de Hoffmann par Loève-Veimars[5] est caractéristique d’une certaine esthétique romantique ; le traducteur remanie le texte, en accentue l’aspect fantastique, gomme les strates narratives complexes du récit de Hoffmann. Le fait que cette traduction ne soit pas exacte légitime les nouvelles traductions, que l’on préférera si l’on souhaite lire Hoffmann tel qu’il a écrit, mais la traduction de Loève-Veimars nous permet de lire Hoffmann tel qu’il a été lu à son époque en France.

* place des études de traduction dans le champ comparatiste

Je crois que le nécessaire recours de la littérature comparée comme discipline d’enseignement, aux traductions afin de pouvoir aborder la littérature mondiale, légitime la place des études de traduction dans le champ de la discipline. Les études de traductions permettent ainsi ce recul réflexif qui permet au comparatiste d’être conscient des enjeux, des limites mais surtout des possibilités de l’étude littéraire des textes traduits.

Cette approche réflexive enrichit l’enseignement de la littérature comparée. Plusieurs universités ont introduit en cours de licence de lettres modernes les études de traduction, et les comparatistes se chargent de cet enseignement. À Paris Sorbonne, le cours se fait en partant d’une des œuvres au programme de tronc commun, au choix de l’étudiant qui s’inscrit dans une langue qu’il maîtrise. À Nice, où j’enseignerai l’an prochain, le cours s’intitule « lire dans l’original » : indépendant des programmes de littérature comparée, il a pour but d’introduire à la lecture en langue originale, les traductions étant étudiées de façon plus périphériques, en fonction du niveau des étudiants dans la langue envisagée, qu’ils ne maîtrisent pas nécessairement. La confrontation de plusieurs traductions, quand il y en a, est possible. Pour moi le principal intérêt de ces cours, quelle que soit la formule choisie, est de sensibiliser les étudiants d’une part à la façon dont la traduction est un médiateur, fiable la plupart du temps, entre l’original et ses lecteurs étrangers. Et secondairement, de leur montrer comment les théories et les principes de la traduction ont varié dans le temps, comment ce qui va de soi pour eux (tout traduire, ne rien ajouter ni retrancher) n’est pas un absolu. Egalement, en germe est une interrogation sur les représentations que les traducteurs se font de la langue française (et les enseignants, les écrivains, et ceux qui en général ont à faire avec la langue) : le fait de traduire comme si le texte avait été écrit directement en français, qui est ce qu’on entend souvent en cours de version, est lui-aussi relatif.

Par ailleurs, l’analyse des traductions, l’explicitation des choix effectués par les traducteurs, notamment dans le cas de la traduction des textes poétiques, suppose en creux une interrogation de nature stylistique – dans le cas des textes poétiques, sur ce qui fonde la poésie : une forme fixe ? un recours spécifique à la langue, aux images, aux associations d’idées et de sons ? L’analyse de traduction se trouve au plus près de la langue des écrivains, elle oblige, par le biais du texte second, un retour réflexif sur le texte premier, sur ses spécificités, sur ce qui en lui fait obstacle, obscurités sémantiques, constructions elliptiques, qui sont en général les portes d’entrées les plus fascinantes vers une compréhension fine du texte.

C’est pour ces raisons qui relèvent de l’histoire des représentations et de la philosophie du langage, comme de la stylistique, que les études de traduction, par définition interdisciplinaires, trouvent leur place au sein de la littérature comparée, entre autres. Qu’en tout cas elles ne sauraient se réduire à une perspective linguistique. Selon moi la traduction des textes littéraires est une pratique d’ordre littéraire, qui soulève des questions littéraires, plus que linguistiques. Quand on traduit Shakespeare, on ne traduit pas « l’anglais », on traduit un système stylistique, idéologique, poétique, qui est propre à Shakespeare.

Et comparatistes, les études de traduction le sont, quand bien même elles se penchent vers un corpus traduit en une seule langue (les traductions de Shakespeare en français, mettons), dans la mesure où par définition elles supposent une analyse de la rencontre entre deux langues, et plus que deux langues, de sujet, l’auteur et le traducteur. Comparaison qui est une confrontation, un frottement, un jeu de miroir, une réflexion.


[1] L’usage est de citer le texte en langue originale, et d’en proposer une traduction, en citant une traduction déjà publiée ou en retraduisant. Les programmes d’agrégation sont constitués autour d’une thématique spécifique réunissant trois ou quatre œuvres, étudiées, pour les œuvres étrangères, exclusivement en traduction ; l’édition et la traduction au programme sont précisées dans le bulletin officiel. programme poésie turque

[2] Encore que le traducteur puisse avoir spécifiquement travaillé à redonner, à travers un travail sur le son, un équivalent de ce qui se lit dans le texte source. Ainsi Henri Meschonnic travaille-t-il sur les chaînes sonores des premiers versets du Cantique des cantiques : « La prosodie est la matière la plus apparente du chant des chants, et la plus secrète, puisqu’elle disparaît des traductions. pourtant c’est elle qui fait les grains dans chaque grappe de sens, elle est la porteuse profonde du sens, sans elle le poème ne serait pas poème, ce poème. Elle n’est pas décor, mais vision, par le langage. Dès le titre et dans tous les premiers versets commence une chaîne des chin, chir hachirim acher lichlomo, le chant des chants qui est de Salomon, chaîne qui relie le chant à Salomon et à la paix, le chant au baiser, le baiser à boire, le nom à l’onguent, prends-moi à dans le droit… Il faut recréer les chaînes. Leur présence établit une différence fondamentale avec toute version qui ne les cherche pas, même là où la traduction est presque la même, et jusque-là où par fragments elle est tout à fait la même, car les lois de l’ensemble ne sont plus comparables. On ne s’étonnera pas que le français soit fait d’autres échos » (dans Les Cinq rouleaux, trad. de l’hébreu, présenté, commenté et annoté par Henri Meschonnic, Paris, Gallimard, 1970, p. 23.)

[3] Du moins dans la conception actuelle de la traduction, qui suppose de ne pas réécrire, de ne rien ôter, de ne rien ajouter, de conserver au texte son genre littéraire. Dans le cas contraire on parlera d’adaptation. Du reste, historiquement, bien des textes présentés comme des traductions relèveraient, selon les critères actuels, de l’adaptation. Ils n’en sont pas moins intéressants à étudier, partant du principe qu’ils témoignent d’un moment particulier de l’histoire de la traduction, et qu’ils ne sont, encore moins qu’une traduction selon nos critères, des copies conformes du texte source.

[4] Encore que la traduction pour le théâtre, dans la mesure où en principe le texte doit pouvoir être dit, joué, sur une scène, pose des enjeux spécifiques, qui me semble curieusement moins faire l’objet de réflexions et de doutes que la traduction de la poésie.

[5] E. T. A. Hoffmann, Œuvres complètes, traduit de l’allemand par Loève-Veimars, Paris, Renduel, 1830. Le titre est trompeur : ce qui paraît sous le titre de « Contes fantastiques », qui fondera l’opérette d’Offenbach, etc., est une traduction tronquée des Serapionsbrüder, long récit comportant une multitude de récits enchâssés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *