Doit-on être ému-e pour faire de l’histoire des émotions?

Billet initialement publié le 10 juillet 2013

Se préoccuper d’un champ historiographique que l’on ne connaît pas vraiment passe par la constitution d’une bibliographie raisonnée et par des lectures nombreuses. C’est une opération longue, parfois déroutante mais aussi exaltante. C’est ce que je fais en ce moment en silence à la #Villa réflexive. Commencer à s’approprier des thématiques, des problématiques, découvrir des auteur-e-s, tenter aussi parfois de comprendre et de poser une réflexion personnelle, cela prend du temps. Ce travail souterrain et peu visible en terme d’écriture nécessite un certain aménagement du temps de travail pour ce carnet collectif de recherche. C’est en effet davantage dans la seconde partie du mois de juillet que je pourrai ensuite publier une série de billets sur la thématique choisie. Il faut laisser un peu de temps.

Pourtant aujourd’hui je voudrais aborder un aspect de la réflexion en cours. Le titre du billet formule ce qui me préoccupe : doit-on être ému-e pour faire de l’histoire des émotions ? Étudier en historien-ne les émotions m’oblige à poser cette question et à en mesurer les enjeux. Comme de nombreuses questions qui touchent à l’intime, le champ historiographique des émotions nécessite une implication du chercheur, il paraît en effet improbable de pouvoir s’exclure de sa recherche, de faire taire le for intérieur du chercheur lorsqu’on aborde de tels objets de l’histoire du sensible. Pourtant, il peut être intéressant, dans une perspective réflexive, de s’arrêter plus longuement sur un tel aspect.

Marie-Anne Paveau a ainsi formulé mieux que je ne pourrais le faire le rôle de l’émotion scientifique dans la genèse et la construction de ce projet collectif. Ce sont d’ailleurs ses réflexions roboratives qui m’ont incité à aborder ce thème de l’histoire des émotions durant ce mois de juillet. Comme point de départ ici, je voudrais m’interroger : de quand date ma dernière véritable émotion dans mon travail de recherche en cours ?

L’émotion des archives

Arlette Farge a aussi brillamment exposé le rôle de l’émotion dans la fréquentation des archives.[1] Je crois que si on fait ce long travail de consultation, de prise de notes, de découvertes parfois à l’aveugle des événements du passé, c’est parce qu’il y a une part importante d’émotion à la lecture des ces archives. Se profile sous nos yeux, à travers des vieux papiers ou de vieux souvenirs, l’incarnation du vivant qu’il faut ensuite transcrire en connaissance historique en respectant tout un outillage scientifique.

Ma dernière émotion aux archives fut le fruit d’un hasard. Je voulais consulter un type de dossiers qui m’apporte beaucoup dans la connaissance biographique des militants socialistes qui sont l’objet de ma recherche à savoir les dossiers individuels des personnels de l’éducation. Il faut pour pouvoir les consulter que ces instituteurs ou ces professeurs soient nés il y a plus de 100 ans ; ces dossiers sont souvent très riches, entre rapports d’inspection, enquêtes policières et administratives et comptes rendus de surveillance diverses et variées.

Donc je voulais consulter ce carton d’archives  et je me suis trompé de cote : au lieu de pouvoir disposer de dossiers d’instituteurs – j’avais au préalable repéré des noms qui m’intéressaient – j’ai demandé par erreur des dossiers d’institutrices suite à une mauvaise lecture des répertoires. Même si la SFIO dispose de militantes, celles-ci sont peu nombreuses et en dépouillant les liasses de documents, je me suis dit que ce ne serait que du temps perdu une fois le carton d’archives sur ma table. Mais j’ai aussi appris à découvrir de nombreuses informations par hasard, aussi par acquit de conscience, mais surtout parce qu’il me fallait attendre une demi-heure avant la prochaine levée des documents, j’ai survolé les dossiers.

Le hasard et l’émotion

Je me suis assez vite arrêté sur un nom connu : l’institutrice Baco. Jean Baco est en effet un des dirigeants de la fédération socialiste du Morbihan avant la Première Guerre mondiale et durant l’entre-deux-guerres. C’est pourquoi j’ai lu plus attentivement le dossier de sa femme. Jean Baco, alors retraité de la marine, et Élisa se sont mariés en juin 1938. Pour le leader socialiste, c’est un remariage après un premier divorce, Élisa, elle était célibataire âgée de 43 ans à l’époque. Dans la biographie du Maitron de Jean Baco, on ne trouve rien sur sa seconde femme. Plus tard, lorsque j’ai voulu savoir si on pouvait trouver d’autres informations sur Madame Baco, je n’ai non plus rien trouvé. Mais cela n’a rien d’exceptionnel, tant les itinéraires que je croise sont souvent à l’image d’une poignée de sable qui passe entre les doigts : à la fin il ne reste que quelques grains coincés dans les doigts, comme il ne reste souvent que quelques bribes de renseignements des vies que je rencontre dans mon travail de recherche. Il faut faire avec.

Le dossier commençait par la fin, et c’est en remontant au fil des années que l’émotion est venue. Pourtant, je n’ai remonté ces années qu’avec réticence et inattention, cette institutrice dans les premières années d’exercice ne semblait pas avoir d’activité syndicale et politique. Et puis je suis tombé sur un rapport d’un inspecteur primaire de Pontivy destiné à l’inspecteur d’académie datant de 1922 . L’institutrice avait obtenu un congé pour grippe peu de semaines avant :

«  Or, écrit l’inspecteur, une version circule depuis quelques semaines dans Pontivy, mais qui comme toujours dans pareil cas, n’est parvenu jusqu’à moi que lundi dernier, mettant le congé (…) au compte non point d’une grippe mais d’un accouchement »[2].

À partir de là on peut lire dans le dossier une histoire à plusieurs voix : les autorités scolaires craignent un scandale, tout comme le sous-préfet. On peut surtout lire l’expression de la domination masculine, le mépris affiché pour cette institutrice qui a accouché clandestinement et a ensuite dû abandonner son enfant, et enfin la volonté de faire taire les rumeurs. La lecture de tels rapports fut éprouvante, surtout lorsque l’inspecteur relate ce qui ressemble davantage à un interrogatoire. Et puis on trouve aussi la voix de l’institutrice qui se défend, qui contre-attaque, qui fait face ; elle ne baisse pas les bras, affronte ce monde masculin et dominateur:

« Je ne veux pas méconnaître les règles de la discipline. J’accepte la vérité et la franchise mais je proteste contre la calomnie et crois devoir m’élever contre une sanction imméritée quand des accusations sont faussement portés »[3]

C’est tout  un système de valeurs qui se révèle ici, le sort difficile des institutrices face à une administration purement masculine, le scandale pour l’époque des mères célibataires, le rôle des rumeurs dans une petite ville provinciale étouffée par le moralisme triomphant.

Alors oui à la lecture de ce dossier, l’émotion m’a saisi. Comme quelques heures plus tard lorsque je lisais les démarches de la famille pour retrouver la trace d’un autre instituteur Joseph Rollo, porté disparu en Allemagne à la fin de la guerre. Comme lorsque je relis actuellement des témoignages de militants socialistes durant la Première Guerre mondiale. Les émotions sont à ce moment un peu comme des fantômes du passé. Toujours présentes, mais évasives, entêtantes et presque étouffantes aussi parfois. Prenant sans doute trop souvent la place des émotions du réel, du présent. Je ne sais pas encore si pour faire de l’histoire des émotions, il faut être ému-e. Mais pour avancer dans ma recherche en cours, il faut faire avec.

"Ici on respire" annotation sur une carte postale de 1910 "La colonie socialiste-Le Grand Air"

« Ici on respire » annotation sur une carte postale de 1910 « La colonie socialiste-Le Grand Air »

Dans une semaine, le prochain billet fera le compte-rendu d’un parcours de lectures liées au champ disciplinaire de l’histoire des émotions. Et ensuite l’exploration continuera.


[1] Arlette Farge, Le goût des archives, Paris,  Le Seuil, 1989.

[2] Archives Départementales du Morbihan, série W :  Inspection académique,dossiers des institutrices.

[3] Idem.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *