Penser avec | « Plaidoyer pour des organisations réflexives » – G. Herreros

9782749216324FS-small144Je souhaite aujourd’hui partager avec vous une lecture, marquante, celle de l’ouvrage de Gilles Herreros :

« La violence ordinaire dans les organisations – Plaidoyer pour des organisations réflexives », dont un compte-rendu de lecture figure sur le site Lectures.

Ce partage de lecture s’inscrit dans ma démarche du « penser avec », les écrits et les recherches effectuées par un auteur, un chercheur, et également dans celle du « penser à partir » de l’expérience vécue, car les situations décrites viennent croiser des situations éprouvées, directement ou au contact de collègues concernés, dans le milieu de la recherche (voir le chapitre « Le fondateur, les héritiers et… « le sauveur » »), ou plus largement dans celui du travail à l’université (stress, usure mental, harcèlement, burn out, etc.).

L’expérience vécue du travail vivant, pour reprendre un terme de C. Dejours (voir le storify sur « Lectures & écoutes – « Souffrance au travail », Christophe Dejours »), et la lecture de G. Herreros, notamment, amènent en effet à constater que les organisations, les institutions, dans lesquelles nous travaillons (en tant que chercheurs, enseignants, médiateurs culturels, médiateurs scientifiques, etc.) ne sont pas attentive (et c’est un euphémisme) à la mise en œuvre et à la protection d’espaces de réflexivité qui épargneraient pourtant à un certain nombre de ses acteurs certaines souffrances ou violences (voir ce que G. Herreros entend par « violence », ci-dessous), notamment face à des stratégies de management « brutales ».


Souffrance au travail par Christophe Dejours par bressetv

« Laisser la parole à ceux qui vivent les situations décrites »

Notez que l’ouvrage s’ouvre sur une citation d’Etienne de La Boétie : « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », qui donne une ampleur politique  au travail mené par G. Herreros. C’est à partir de récits d’acteurs et de l’analyse de situations vécues, qu’il en vient à expliciter son « plaidoyer pour des organisations réflexives ». Je ne vous en donnerai ici que quelques extraits, en espérant avant tout vous donnez envie de le lire.

Extraits de « La violence ordinaire dans les organisations – Plaidoyer pour des organisations réflexives », par Gilles Herreros (2012). 195 pages.

p.160

« (…) au travers de simples témoignages livrés, la violence ordinaire dans les organisations apparaît dans la pluralité de ses formes, depuis l’intimidation physique volontaire jusqu’à la dévastation innocente, et, ce faisant, elle surgit comme un démenti de cette réalité institutionnelle qui entend la nier, l’évacuer. Cette contradiction entre ce qui est vécu comme « épreuve existentielle » et « ce qui est de ce qui est » par les institutions et leur porte-parole, peuvent se développer une critique locale, puis une métacritique globale à propos de cette violence. »

p. 163

« Les pratiques managériales ne sont pas ce que les discours managériaux en disent, les organisations modernes n’ont aucun rapport avec ces univers performants et bienveillants que les institutions dépeignent ; ces affirmations ne sont pas de simples assertions idéologiques, mais bel et bien des constats exprimés par ceux qui en ont l’expérience quotidienne et ordinaire ; pour peu que l’on veuille bien se donner de la peine de les écouter, et encore une fois, de les prendre au sérieux ».

p. 169-170

« La banalité de chacune des situations mises en récit, leur dimension tant parcellaire que partiale, leur relief ordinaire, donnent à voir une critique des organisations qui, de proche en proche, finit par ouvrir sur une métacritique de la façon dont celles-ci sont gérées. (…) Accepter que la violence dans les organisations soit considérée comme une règle du jeu évidente et indépassable, c’est acquiescer qu’elle prévale partout. (…) Je plaide en faveur d’un scénario où d’autres formes d’organisations puissent être envisagées, où les lieux de travail soient aussi des lieux de réflexion, où l’analyse du pâtir engendré par l’agir ne soit pas une hérésie, où le subjectif des uns et des autres ne soit pas relégué au rand de pertes et profits.

p.170

« L’idée n’est pas tant de nourrir la chimère selon laquelle les rapports sociaux au travail, qui sont aussi des rapports de pouvoir, pourraient être totalement vidés de toute forme de violence ; plus simplement, il convient de souligner qu’il est possible et nécessaire de résister à la réalité de la réalité qu’entend afficher l’institution. Parler, élaborer, perlaborer, relève d’un exercice critique qui peut incarner cette résistance à la facticité du réel promu par l’institution managériale. »

p.171

« Tout au long de ce texte, la notion d’organisation réflexive a été évoquée en termes de structure qui aurait vocation à rendre possibles l’analyse des pratiques et de leurs effets, l’examen de l’activité des salariés dans sa dimension concrète, bref, à provoquer la réflexion sur le pâtir toujour concomitant de toute forme d’agir. (…) En revenant sur la notion de réflexivité, il est possible de dresser une sorte d’inventaire des caractéristiques de ce que pourrait être une organisation réflexive. »

p. 174-175

« Les organisations sont le plus souvent dans des modes de fonctionnement qui les immunisent contre la réflexion en cours d’action (…). [L’organisation réflexive] substituée la critique, et ce que cela suppose de résistance, à la docilité, la cécité, l’acceptation, la soumission. Au sein d’une telle organisation, entendue comme espace de controverse généralisée sur l’agir, son contenu comme ses effets, la violence, quels qu’en soient les visages, ne peut plus être infligée en toute tranquillité par ceux qui la manient – avec conscience, ou le plus souvent en toute inconscience. L’organisation réflexive est réflexive parce qu’elle autorise et facilite la réflexion de chacun, et surtout son expression, sur les pratiques de tous et que, en retour, cela vient forcément affecter lesdites pratiques. »

p.176-177

« Je propose ici quelques contours possibles de cette figure idéale-typique. L’organisation réflexive autorise la prise de parole critique et la comprend comme une forme de fidélité à l’organisation. (…) Cette discussion généralisée autour du contenu du travail, mêlant les praticiens comme ceux qui sont en amont (…) et en aval de leur activité (…) suppose, pour pouvoir exister, des temps et des espaces dédiés. En d’autres termes, il convient d’institutionnaliser la controverse, même si cela doit l’être a minima. En effet, pour que la critique s’exerce, il lui faut une scène, mais pour qu’elle garde sa force, il faut éviter de la ritualiser, de l’enfermer dans des conventions dont les formes trop rigides pourraient la pétrifier. (…) De cette controverse généralisée, rendue possible par le « devoir de critique », rien de spécifique ne devrait être attendu en matière de suggestions de transformations, de qualité, d’efficacité… Sa seule fonction serait de permettre constamment une vigilance et une résistance à l’endroit de toutes les formes de pâtir qu’engendre l’agir dans l’organisation. »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/07/2015

    […] Sur un sujet que j’associe, je vous invite à la lecture du livre de G. Herreros : “Plaidoyer pour des organisations réfl… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *