Rompre avec les discours de l’évidence – Exemple de la figure de l’expert dans une chronique télévisuelle

Certains « experts » nous font repasser de la sphère au cercle… 

Cf le billet introductif de mes intentions du mois de mai dans les Espaces réflexifs :

« Comprendre qu’il existe cette façon de voir parmi d’autres, et que si je l’adopte, c’est un choix, celui d’une perspective parmi une diversité. Une conception qui permet d’éviter d’aplanir ce que l’on voit et de passer du cercle à la sphère, en constatant et en prenant en compte la partie nécessairement cachée, hors-cadre, hors vision que le choix d’un point de vue induit. »

Pour mes enseignements, je cherche souvent des exemples de discours à analyser avec les étudiants pour comprendre le registre normatif, celui des implicites, des évidences, le registre des valeurs (axiologique), le registre du savoir expert qui s’impose comme forme d’autorité basée sur la confiance attribuée non pas au discours lui-même mais au locuteur, c’est-à-dire à celui qui parle (interviennent alors des critères de classe sociale, de genre, de métier, de rapport au savoir, etc.).

Et voilà que la télévision m’offre un exemple sur un plateau. Il n’est pas si important de savoir de qui il s’agit, quand, dans quelle émission. Je choisis de décontextualiser ce discours pour lui donner une valeur d’exemple type.

Je vais donc y chercher les évidences, pointer des ressorts utilisés couramment qui me paraissent pouvoir être des accroches de l’attention particulièrement intéressantes pour la construction d’un esprit critique (Ci-dessous).

Le travail que j’ai effectué pendant ma thèse m’a rendue plus sensible à la mobilisation des registres du « devoir », « pouvoir », « falloir » (au nom de quoi ? De quels arguments ? De quelles normes ? De quelles valeurs ?), dans les discours de mes corpus (écrit ou oraux), mais également en retour, dans les discours du quotidien (proches, télévision, radio, travail) mais également dans mes propres discours. En effet, entendre la mobilisation des évidences les autres incite en quelque sorte à s’efforcer de l’entendre chez soi et oblige, autant que possible, à expliciter pour soi et les autres ce qui nous paraît de prime abord « évident », c’est-à-dire à s’entendre parler, à s’entendre dire. Y compris dans mon propre discours d’enseignante. De quoi me mettre en difficulté ? Peut-être, mais surtout de quoi donner de la matière à la discussion, de quoi ne pas se satisfaire du discours d’autorité qui se fonde sur des éléments qu’il n’explicite pas.

Dans le cadre de mes enseignements en Licence, Master ou Doctorat, je trouve ainsi qu’amener les étudiants dans cette dynamique de questionnement induit des relations particulièrement intéressantes avec eux. Se mettre en danger, en position de ne pas avoir une position de « sachant », d’experts. L’enseignant n’est pas (seulement) détenteur d’un savoir à transmettre, mais accompagne aussi la construction d’un rapport au savoir et à ceux ou aux moyens qui peuvent transmettre des connaissances. La connaissance partagée est toujours contextualisée, est le résultat d’un processus, d’une construction, et est médiée par des individus, porteurs de valeurs, d’intérêts, etc.

cours_normes_ENS

Extrait d’un cours de Master 1 Biosciences, ENS de Lyon, 2012

cours_normes_Sciences po

Extrait d’un cours de Licence, Sciences Po, 2012

De ces expériences d’enseignement, je constate qu’un certain nombre d’étudiants résistent à ce mode de relation, car étant justement à la recherche d’une parole de vérité qui leur viendrait de l’enseignant-sachant, de l’enseignant-expert et auquel ils attribueront d’autant plus de légitimité que l’autorité du détenteur de la parole ou de la forme du discours aura été posée. Et parfois peu importe le fond. Une forme de confiance nécessaire à la relation enseignant-étudiant, qui ne met pas les étudiants, à mon sens, dans une position d’acteur de leur apprentissage et de la construction de leur esprit critique face aux discours. En tant qu’enseignant.es.s, si l’on souhaite former à l’esprit critique, s’est-on d’abord demandé si l’on est prêt à ce que celui-ci s’exerce vis-à-vis de soi-même ?

« La notion d’ethos vient de la Rhétorique d’Aristote (1378a), qui entendait par là l’image que donne implicitement de lui un orateur à travers sa manière de parler : en adoptant les intonations, les gestes, l’allure gnéérale d’un homme honnête, par exemepl, on ne dit pas explicitement que l’on est honnête, mais on le montre à travers son énonciation. […] Il faut néanmoins garder à l’esprit que l’éthos est une construction faite par le destinataire à partir des indications données par l’énonciation. Il arrive donc souvent que le destinataire ne construise pas l’éthos visé par le locuteur : on peut vouloir projeter l’image d’un homme sérieux, et être perçu comme ennuyeux. »

Les termes clés de l’analyse de discours, D. Mainguenau, 1996, Paris : Éditions du Seuil [deuxième édition 2009].

« En rhétorique  – L’éthos fait partie, avec le « logos » et le « pathos » de la trilogie aristotélicienne des moyens de preuve (Rhétorique I : 1356a). Il acquiert chez Aristote un double sens : d’un côté, il désigne les vertus morales qui rendent l’orateur crédible, à asvoir la prudence, la vertu et la bienveillance (Rhétorique II : 1978a) ; d’un autre côté, il comporte une dimension sociale dans la mesure où l’orateur convainc en s’exprimant de façon appropriée à son caractère et à son type social (Eggs 1999 : 32). Dans les deux cas, il s’agit de l’image de soi que l’orateur produit dans son discours, et non de sa personne réelle. »

Dictionnaire d’analyse du discours, P. Charaudeau et D. Maingueneau, 2002. Paris : Éditions du Seuil

Exemple d’un discours d’expert, composant avec le « vrai », « le faux, « la vérité » et « la réalité ».

Je n’aborde pas la question du contenu, de sa pertinence, du thème spécifique, mais bien celle de la rhétorique employée.

Chroniqueur 1 : « On va passer avec vous, Chroniqueur 2, à un autre sujet (…). Derrière l’affrontement entre le PS, la gauche française, et l’Allemagne, est-ce que l’on n’assiste pas, au fond, à un match entre, d’un côté l’austérité, de l’autre côté la croissance ? »

Le Chroniqueur 1 introduit le sujet, et indique que nous allons aller dans « le fond » (pour une fois lorsque l’on parle de ce sujet ?) avec l’intervention du Chroniqueur 2.

Chroniqueur 2 : « Alors en fait c’est ce que l’on voudrait nous faire croire. La réponse est non, bien évidemment, tout cela est faux (brandit une pancarte avec inscrit « FAUX » dessus), complètement faux. »

FauxCette phrase en elle-même est passionnante. Elle use de ressorts particulièrement intéressants pour l’installation de l’autorité de celui qui parle, et qui se positionne d’emblée comme celui qui tranchera le « vrai » du « faux », face à tous ceux qui voudraient nous faire croire le contraire (qui sont-ils ? Se sont-ils alliés entre eux pour nous faire croire n’importe quoi ?).

Notez l’utilisation donc du pronom indéfini, du registre de la vérité et de l’évidence. Le Chroniqueur 2 n’hésite pas à user d’adverbe pour insister et appuyer son propos (« évidemment » – cette fameuse évidence, « complètement »), ainsi que la répétition (« tout cela est faux, complètement faux »).

Dès cette entrée en matière, mes antennes aux discours d’autorité basés sur celui qui parle, et non sur le discours lui-même, se dressent.

Extrait d'un cours de Master 1, ENS de Lyon, 2010. A partir de : La communication scientifique – Logiques et méthodes. Bertrand Labasse, 2001.

Extrait d’un cours de Master 1, ENS de Lyon, 2010. A partir de : La communication scientifique – Logiques et méthodes. Bertrand Labasse, 2001.

Chroniqueur 2 : « C’est-à-dire que l’on va expliquer en deux mots et on va sortir un peu de l’affrontement France / Allemagne, pour essayer de comprendre la différence entre cette notion de croissance et cette notion d’austérité.

Le Chroniqueur 2 est donc bien là pour nous expliquer, c’est lui-même qui le dit. En soi, cela m’intéresse de comprendre (et on d’être convaincue par un discours qui se pense convaincant selon un principe d’autorité basé sur le locuteur), allons-y (même si le rapport entre les deux et le fait que la question d’expliciter une différence entre les deux se pose n’est pas une « évidence » chez moi, mais passons). Explique-t-il pour que nous comprenions ou pour démontrer qu’il est porteur d’une explication, et convaincre qu’il faut le croire sur parole (ce qui ne revient pas à comprendre donc).

Chroniqueur 2 : « On voudrait nous faire croire qu’il y a d’un côté, on va dire les méchants, le gang des « croissance killers » (projection d’un graphisme mettant en scène cette idée, utilisant une photographie d’A.Merckel), comme je les ai appelés, le gang d’Angela Merckel, les tueurs de croissance, qui, avec des impôts et taxes, l’austérité et la rigueur voudraient flinguer à tout va tout ce qui bougent en Europe. Et puis de l’autre côté, il y aurait les gentils. Alors les gentils, c’est les « autorité destroyers » (projection d’un graphisme mettant en scène cette idée, utilisant une photographie de F. Hollande), c’est à dire les destructeurs d’austérité, j’ai essayé de faire un peu comme un groupe de pop, avec François Hollande, qui prônerait la relance, et la croissance. Alors ça, c’est complètement faux. C’est une vision qui est une vision caricaturale de la situation. »

Retour du « complètement faux ». Vision qu’il vient lui-même de construire pour l’attribuer à ceux qui « voudraient nous faire croire », et pour la discréditer ensuite.

Chroniqueur 2 : « La vérité, elle est simple. »

Alors je ne peux résister à vous montrer par l’image que le Chroniqueur 2 détient, au sens propre, la vérité, entre ses mains. Et celle-ci est « simple » (évidente, triviale, etc.)

La_Vérité

Chroniqueur 2 : « La vérité c’est que la rigueur et la croissance peuvent être combinées. On va l’expliquer là. Absolument, la rigueur et la croissance peuvent être combinées, on le voit en ce moment, par exemple en Italie, et vous verrez que l’Italie est le modèle de la combinaison des deux. Pourquoi le modèle de la rigueur ? C’est quoi l’austérité ? L’austérité n’est pas ce que l’on imagine en France. L’austérité c’est d’abord la réduction des dépenses publiques. C’est ça l’austérité. C’est ça l’élément principal. »

Répétition, affirmation au présent, posture de définition / définitive.

Chroniqueur 1 : « C’est souvent aussi la réduction des prestations sociales. »

Émission d’un complément par le chroniqueur 1 face à la définition fermée du Chroniqueur 2. Formulé comme une objection face au discours définitif.

Chroniqueur 2 : « ça fait partie du jeu. L’Allemagne, l’Allemagne… »

Chroniqueur 1 : (interrompt le Chroniqueur 1) « oui, mais ce sont quand même deux façons de voir qui… »

Essaye d’intégrer d’autres perspectives («deux façons de voir») au discours du chroniqueur 1, qui continue sans s’arrêter.

Chroniqueur 2 : « … l’Allemagne dit quelque chose de très simple : « on ne peut pas dépenser plus d’argent qu’on en gagne ». Tous les ménages le savent, donc on doit réduire les dépenses publiques. Ça c’est le premier élément. »

Le Chroniqueur 2 développe son « argumentation », sur « le premier élément » qu’il souhaite « démontrer ». Il fait de nouveau appel à la « simplicité », à l’évidence, à un argument d’autorité (et de démagogie) : « tous les ménages le savent ».  Qui lui sert de fondement logique suffisant puisqu’il c’est sur cette base qu’il conclue avec un « donc » et un « on doit » (normatif). Je ne suis pas plus convaincue que je ne comprends grand chose à cette « argumentation ». Je comprends surtout qu’on cherche à me faire adhérer à un discours sans que je puisse envisager de voir les choses autrement puisque c’est « simple » et « évident ».

Chroniqueur 2 : « On doit rester compétitif. Le combat de la rigueur et de l’austérité, c’est la compétitivité. On doit éviter au maximum la hausse des impôts.

Registre du devoir présenté comme une obligation. Répétition des formules définitives du type « Le …. c’est…. ».

Chroniqueur 2 : « Et ce qui se passe en ce moment c’est qu’en Allemagne on baisse des impôts contrairement à l’idée qu’on a. »

Parfois « ce que tout le monde pense » est un argument appuyant ses propos, parfois c’est l’inverse : jeu rhétorique.

Chroniqueur 2 : « En Italie, on arrête les hausses d’impôts. Au Portugal, on baisse les impôts, pourquoi ? Parce qu’on a d’abord réduit les dépenses publiques, donc c’est ça l’élément essentiel.

Le Chroniqueur 2 est visiblement invité dans l’émission en tant qu’expert et endosse totalement cette posture, qui s’exprime dans son discours.

Posture explicative, détenteurs de réponses et de définition de ce qui est le principal, l’essentiel : « pourquoi ? Parce que », « donc c’est ça l’élément essentiel ».

Chroniqueur 2 : « Et ensuite un élément essentiel du succès de l’austérité, c’est le consensus social. Alors on voit que de l’autre côté, on a un modèle qui est le modèle français, sur lequel on voudrait nous faire croire que c’est le bon modèle de croissance. Si c’était le bon modèle, on aurait réussi. »

Voici venir l’un des derniers éléments qui nous manquait. Nous avions le « vrai », le « faux », ce que l’on « doit » faire ou croire, ou ne pas croire, le registre de la simplicité / évidence / trivialité. Voici le registre des valeurs implicites : le « bon », le « mauvais ».

Au nom de quoi ? Sur la base de quels critères ? De quelle échelle de valeur ? Le discours qui nous est proposé n’explicite pas ces arguments et continue de baser son autorité sur la foi en celui qui parle (« croire sur parole »).

Chroniqueur 2 : « Alors c’est quoi ? C’est ce que les américains appellent le « tax and spend », c’est-à-dire que l’on ne fait que augmenter les impôts et avec ça on augmente les dépenses publiques. On augmente les impôts, on augmente les dépenses publiques. Ça, ça tue… »

Chroniqueur 1 : (tente une nouvelle objection) « Le gouvernement s’en défend pourtant… »

Chroniqueur 2 : « le gouvernement s’en défend mais tous les gens qui sont autour de la table et tous les français qui nous regardent savent qu’on a augmenté les impôts et que le pouvoir d’achat a baissé. C’est une réalité.

Même principe que plus haut avec une fonction supplémentaire : susciter l’adhésion générale face à l’objection du chroniqueur 1. Le Chroniqueur 2 démontre ainsi ce qui relève de la « réalité » (après le « faux, complètement faux », le « vrai », l’évident…)

Chroniqueur 2 : « Donc ça, ça tue complètement la croissance. Et on a donc un modèle social qu’on essaye de garder. Qui est idéal. Qu’on aimerait garder, mais on n’a pas les moyens de le garder. Et ensuite par rapport à un modèle « austérité à l’allemande », mais pas seulement à l’allemande parce que l’Angleterre fait la même chose, l’Italie fait la même chose, l’Espagne fait la même chose, le Portugal fait la même chose. En face de ce consensus social, on a encore des relents de lutte des classes marxiste qui fait qu’aujourd’hui on arrive pas à avoir ce modèle là

« Idéal » est utilisé au sens de non réaliste, et non de porteur de valeurs spécifiques.

La force argumentative de « si tout les autres font et pas nous, c’est la faute à… ».

Chroniqueur 1 : « Et pour vous si on arrive pas à avoir de la croissance c’est à cause de ce modèle-là ? »

Chroniqueur 2 : « La croissance c’est très simple. La croissance ça n’a rien à voir avec l’austérité. Ce qui tue la croissance,  c’est quoi ? C’est le manque de confiance. Quand on a un gouvernement aussi impopulaire on a un manque de confiance, ça tue la croissance.

On a un gaspillage. Le gaspillage ce qu’on vit tous les jours, il n’y a qu’à lire les rapports de la Cour des Comptes, on sait que les dépenses publiques sont lamentables.

Les efforts qui sont mal répartis. C’est-à-dire qu’on demande des efforts à des gens qui qui devraient avoir du pouvoir d’achat et qu’on devrait aider et puis on laisse d’autres personnes, comme les fonctionnaires malheureusement, comme certaines personnes qui sont des personnes extrêmement protégées. Ça se sont des efforts mal répartis.

Et ensuite le déni de réalité. Le français aujourd’hui augmente son épargne, réduit ses dépenses, pourquoi ? Parce qu’il n’a pas confiance dans ce qu’on lui dit. Quand on lui dit : « la crise est dernière nous », comme dit François Hollande, les gens se disent, « ce gars est fou, il n’a rien compris, donc je mets de l’argent de côté, donc je ne consomme pas ». Et ça, c’est un cercle vicieux, un cercle vicieux de la déflation. »

La chute de la chronique à présent. Qui suscite des réactions très intéressantes, de la part de chroniqueurs qui ne sont pas intervenus jusque-là.

Chroniqueur 3 : « il y a beaucoup de choses juste dans ce que dit Chroniqueur 2, mais ce qui m’interpelle si vous voulez au fond, c’est que l’on a pas le droit de débattre, on n’a pas le droit d’apporter des solutions alternatives. Il y aurait d’un côté la vérité, comme il l’a dit d’ailleurs »

Chroniqueur 4 : « une parole d’expertise… »

Chroniqueur 3 : « voilà, une parole d’expertise qui s’imposerait. Et il dit par exemple « on ne peut pas gagner plus que ce que l’on gagne, c’est ce que savent toutes les ménagères ». Mais heureusement que l’on est pas commandés par des ménagères… sinon on investirait jamais… »

Chroniqueur 2 : « ce serait une bonne nouvelle si on était commandé par des ménagères au lieu d’être commandés par des technocrates incompétents »

Chroniqueur 3 : « non mais d’accord, on peut ne pas être commandés par des technocrates, mais si on veut investir pour l’avenir, il faut aussi dépenser parfois… »

Chroniqueur 4 : « …la recherche, l’éducation… »

Chroniqueur 2 : « mais on n’investit pas pour l’avenir, les dépenses publiques aujourd’hui sont des dépenses inutiles et improductives… »

Chroniqueur 3 : « … pas toutes, pas toutes… »

Chroniqueur 2 : « … il ne faut pas laisser croire qu’aujourd’hui l’argent dépensé est de l’argent investi pour l’avenir, c’est faux. Ce qu’il faut retenir en résumé, ce qu’il faut dire juste en un mot, c’est qu’il ne faut pas opposer austérité et croissance. il y a un modèle anglais, un modèle allemand, il réussit. On ne peut pas permettre à des cancres et nous sommes des cancres, d’aller discuter avec le premier de la classe. Faisons d’abord nos devoirs à la maison. »

Chroniqueur 1 : « Rendez-vous est pris pour le débat (…) »

Pour citer ce billet

Faury, Mélodie (3 mai 2013) “Rompre avec les discours de l’évidence – Exemple de la figure de l’expert dans une chronique télévisuelle”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/4698


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 16/05/2013

    […] Rompre avec les discours de l’évidence – Exemple de la figure de l’expert dans une chronique … […]

  2. 27/02/2015

    […] Mélodie (3 mai 2013) “Rompre avec les discours de l’évidence – Exemple de la figure de l’expert dans une chronique …”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *