En lecture, aperçu n°3 : lire-connectée

9 décembre 2013
Par

J’ai reçu une liseuse à Noël, cadeau que j’avais suggéré, car je trouvais formidable l’idée de transporter une bibliothèque dans mon sac. Depuis deux mois, j’ai pourtant toutes les peines du monde à lui faire une place dans ma vie de lectrice. J’ai essayé de l’intégrer à mon travail, notamment à la lecture d’articles universitaires. J’ai pris conscience de la pesanteur de mes habitudes et de mes postures de travail numérique : assise, dos droit, les yeux fixés sur le fichier .pdf, la main sur le trackpad (surligner) ou le stylo (annoter, commenter). Pour utiliser la liseuse, je devais donc la poser face à moi, à plat, ma tête penchée sur l’appareil, ou alors quitter le bureau et trouver une autre organisation. Impossible. Deux semaines durant, j’ai testé des configurations, avant de revenir au point de départ. Je préfère lire sur l’ordinateur, car c’est la position que mon corps préfère, ou plutôt celle qu’il considère désormais comme « position de travail ». Cette expérience m’a une fois de plus convaincue de l’influence de nos rituels dans nos recherches. Dès que je quitte mon « schéma », il me semble que mon cerveau s’éteint.

J’ai donc abandonné la liseuse. Mon manque de souplesse me désole, d’autant que je lis-connectée : l’outil me semblait parfait. Je lis-connectée : Twitter et ses habitants m’accompagnent, toujours dans un petit coin de l’écran ; les intérêts et réflexions des uns et des autres créent un réseau autour du texte. Je suis au cœur d’une constellation de lecteurs numériques. Alors, ne pas trouver de place à ce petit objet me frustre. D’objet trouvé, il est en passe de devenir objet oublié de mon travail de recherche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Mois après mois, 2013, 02. Février 2013. C. Muller, Mois après mois, 2013, 12. Décembre 2013. RétroVilla2013

4 commentaires pour “ En lecture, aperçu n°3 : lire-connectée ”

  1. Eric Verdeil le 25/02/2013 à 19:58

    en dehors de l’ipad et de qqs appareils qui étaient au format A4 et qui ne sont plus vendus (ss doute justement à cause de l’ipad), effectivement les appareils ne sont pas adaptés. Kindle, Cybook, sony, kobo, même combat. Mais il reste les romans et poésie du domaine public, et bientôt les epub de OEBooks!

  2. everdeil le 25/02/2013 à 19:06

    mon principal problème pour lire académique avec une liseuse : c’est le PDF, son format généralement A4 bien trop large pour être visualisé de manière commode sur l’écran d’une liseuse. Et c’est vrai que les modalités de commentaire ne sont pas géniales non plus. De quel appareil s’agit il?

    • Caroline Muller le 25/02/2013 à 19:12

      C’est un problème central: c’est un Kindle, et je commence à penser que je me suis trompée d’outil… cela dit, j’ai manipulé d’autres tablettes, et je ne me sentais pas beaucoup plus à l’aide.

    • Jonathan Chibois le 07/01/2014 à 14:08

      Je fais exactement le même constat après quelques semaines de tentatives sur mon Powerbook. Le PDF (format académique standard sans aucun doute) est un calvaire à lire. Pas impossible, mais il faut passer beaucoup de temps pour chaque document pour régler les marges et le zoom de façon à ne pas avoir de texte hors cadre. Au final, ça se termine souvent par un affichage de A4 sur A5, autant dire qu’il faut avoir de bon yeux (et du coup aussi des doigts très fins pour le surlignage). Remarquez, pour un EPUB trop volumineux (2 Mo, 600 pages), je m’arrache les cheveux aussi. La puissance du processeur n’est pas adaptée, il faut attendre parfois 20s pour obtenir le résultat d’un zoom…
      Bref, je crois que moi que c’est la liseurse qui ne sait pas faire preuve de souplesse. La liseuse académique n’existe pas encore… (merci pour ce retour d’expérience, je suis heureux de me sentir moins seul !).

Laisser un commentaire

sabonner-à-ce-carnet1

Sur Twitter

index

RétroVilla 2013 – De bien bonnes infusions


Carnets de recherche