Le Black Metal à l’assaut des Mathématiques

Spilling your blood
Killing your god
The ripped and torn angels will bleed like a flood
Christ raping black metal !
Marduk

Jeune adolescent en quête d’identité, ma vie fut bouleversée quand je tombais un soir, sur la célèbre émission Tracks sur arte. Je voyais là le tout nouveau clip de Marilyn Manson : Tainted Love, une reprise du groupe Soft Cell. Je me reconnus instantanément dans l’agressivité des guitares, de la voix et surtout des images. Je me suis précipité pour acheter son album « Antichrist Superstar ». Antichrist, une constante dans tout ces groupes de metal, qui n’était qu’un prétexte pour la rebellion d’un jeune adolescent. Après maintes écoutes, je me trouvais las et surtout je ressentais un vide. Ce vide appela ma quête de musiques toujours plus violentes, plus sombres, plus extrêmes ! C’était vraiment comme une drogue, je ressentais le besoin d’un exutoire à toute la frustration sexuelle accumulée dans le corps d’un adolescent. J’en vins à écouter divers groupes de metal de seconde zone.
Mon second éveil fut provoqué par un groupe répondant au doux nom de Marduk, nom du dieu tutélaire de Babylone : tout un programme… Le fracas infernal de la batterie que l’on croirait maniée par un psychopathe névrotique dont le seul but dans la vie serait de taper toujours plus vite et toujours plus fort sur des tambours, la voix démoniaque sortie d’outre-tombe scandant ses pamphlets antichrétiens et les guitares criardes me transcendaient.

Il fallait que la batterie ressemble à une charge primitive, d’orques par exemple, et ne se contente pas seulement d’ornementer une pulsation. Le débit du batteur ne fixe pas nécessairement le tempo du riff, il aménage un fond cataclysmique symbolique de la furie animant le groupe. De telles furies percussives se nomment blastbeat, un mode de jeu où l’on joue le plus vite possible sur la caisse claire, la grosse caisse et les cymbales pour susciter l’impression d’un rouleau compresseur.
Le fracas des cymbales appuie le côté scie électrique de la guitare ; il y a un gouffre entre ces sibilantes étreintes et le paquet morbide des basses. Quelque part là-dedans la voix gronde. (Martin, 2005 : §18)

Et quel enchantement lorsque je découvrais le livret rempli d’images guerrières1 !

La guerre devient une source d’inspiration majeure auprès de la frange la plus extrême du metal : au début des années 1980 dans le thrash metal et le death metal ; au début des années 1990 dans le black metal. Avions, hélicoptères et chars ; armes et matériel militaire sous toutes leurs formes ; scènes de combat ; décorations et attributs vestimentaires… Les références visuelles à l’univers de la guerre investissent non seulement les pochettes de disques, mais les images (photographies, vidéos) que les artistes diffusent et qui les mettent en scène dans un environnement militaire. (Bénard, 2012 : §1)

Au diable tous ces groupes au son trop doux, trop parfait et trop policé ! Place à la véritable émotion et à la vraie musique : celle qui vous prend aux tripes !
En même tant que je découvrais de nouveaux groupes, j’en profitais pour parfaire ma culture sur ce genre venu des forêts de Scandinavie.2 L’antichristianisme, la misanthropie et le nihilisme font partie des valeurs fondamentales de ce style et elles résonnaient en moi. Voilà comment je me suis retrouvé à écouter cette musique inaudible pour beaucoup, cette musique aux rythmes lancinants, aux mélodies brutales et pour la plupart répétitives. Cette musique, je l’écoute toujours : elle est partie intégrante de moi, même si je ne l’écoute plus pour les même raisons qui me l’ont faite découvrir.

Ecouter du Black Metal pour partir à l’assaut des Mathématiques ou pour laisser partir la pensée

Mon travail de mathématicien repose sur deux temps forts.

  1. Le premier est de chercher, de découvrir les solutions à un problème donné, en somme de réfléchir. Cette partie demande beaucoup de concentration, elle exige que l’on se plonge dans nos « grimoires »3 d’algèbre à la recherche de ce théorème qui va débloquer la situation et elle veut que notre âme créatrice ne soit perturbée par quoi que ce soit. Impossible à ce moment d’écouter du Black Metal ! Et puis, quand je prends du plaisir à faire mes maths, je n’ai pas besoin de musique, quelle qu’elle soit.
  2. La deuxième partie est la phase laborieuse. Il faut là faire tous les calculs rébarbatifs, écrire sur son ordinateur et mettre en forme cette démonstration de trois pages, etc. Qu’il en faut du courage pour tout ça ! C’est là que le Black Metal va se révéler une aide précieuse. Ses hymnes conquérantes, ce mur de son qui me sépare du monde extérieur et cette transe froide qu’il provoque vont faire de moi un guerrier viking prêt à abattre cette somme de travail. Plus rien ne peut me déconcentrer, plus rien ne peut m’atteindre, je suis tourné dans un seul but : finir cette article (et aussi ma thèse) ! Certaines chansons sont plus adaptées à ce rôle que d’autres. En général elles sont répétitives et longues, je vais donc m’orienter vers des groupes bien spécifiques (Burzum et darkthrone pour citer les principaux). Il faut aussi que je connaisse bien ces musiques, je serai moins enclin à me laisser distraire de mon travail pour étudier tel ou tel riff.

[…] le grondement d’un chanteur de black doit nous être aussi froid que la transe semble chaude. Le grondement exprime une distanciation hostile et une menace déclarée. En fait, il n’y a pas de transe du tout. Il y a un mur de glace derrière lequel se tient une cérémonie autoproclamée. Ce qui est évacué de la transe se mue en religieux abstrait, […] (Martin, 2005 : §20)

Le Black Metal intervient aussi à un autre moment qui n’est pas nécessairement en rapport avec mon travail de recherche. J’en écoute aussi juste pour le plaisir qu’il me procure. Il arrive au cours de cette écoute oisive que mon esprit s’échappe et part voguer loin, quelque part dans les fjords norvégiens. Il en revient parfois avec des solutions pour mes problèmes en cours. Il faut comprendre ici que je ne peux chercher activement consciemment cette solution en écoutant ma musique, mais que parfois passivement elle m’aide à faire venir les idées que je note au plus vite.

Mag, ma guitare !

Comme je m’étais lancé à corps perdu dans la musique metal (celle pour adolescent à cette époque-là), mes parents ont eu la bonne idée de m’offrir une guitare électrique le jour de mes 13 ans. Alors que je découvrais le Black Metal, il me prenait l’envie de chanter ou à mon tour, de taper plus fort et plus vite sur un tambour. Les problèmes de place (dus à l’encombrement) et de voisinage (dus au bruit puissant) en appartement eurent tôt fait de détruire mes envies de batterie et je vous laisse imaginer le résultat d’une tentative de cri guttural à 14 ans en pleine mue ! Je restais donc fidèle à mon instrument. En plus, il m’apportait la satisfaction de pouvoir rejouer toutes les mélodies que j’aimais.

Pratiquer de la guitare pour décompresser, loin de sa recherche quand il y a saturation de la pensée  scientifique et parfois être surpris par la fulgurance de l’idée.

Ainsi, quand las de m’acharner sur ce lemme que je ne comprends toujours pas ou sur ce calcul qui ne veut pas me donner les résultats escomptés, j’abandonne mon travail en cour et je brandis mon instrument à deux mains, telle une épée divine et je m’exile dans les forêts boréales de Norvège. Oui, je l’avoue, mon répertoire se limite à celui du Black Metal. J’ai malgré tout essayé d’apprendre d’autres styles de musique à la guitare mais aucun ne m’a donné autant de satisfaction que celui-ci. Le seul inconvénient que j’ai pu y trouver a été lors des nombreuses soirées « plage » où une guitare était présente : essayez donc de draguer en jouant « transilvanian hunger » !
Que j’écoute du Black Metal ou que j’en joue à la guitare provoque en moi la même émotion et il se peut qu’à un moment des plus inattendus, l’eureka surgisse entre deux riffs ! Mais cette situation est bien rare car mon instrument musical sert avant tout à vider mon esprit de toute frustration engendrée par cette impossibilité à trouver une quelconque solution à mon problème en cours. La manière dont ce phénomène ce produit est chez moi assez spécifique. Pendant que je fais tout autre chose (de la guitare par exemple), je me remets à réfléchir à mon problème. A ce moment là, j’ai déjà trouvé la solution mais de façon totalement inconsciente. Du coup, je dois reposer le contexte pour faire apparaitre la solution à mon esprit. Mais le travail n’est pas tout à fait fini. La solution est là, toute prête devant moi : reste encore à la rédiger. C’est là que les ennuis commencent ! Et oui, les mathématiques sont l’art de l’exactitude et donc du détail, et c’est ce détail qu’il va falloir régler. Me revoilà dans la même suite logique :

problème => réflexion => ça me gonfle => guitare => solution 

Je n’ai jamais pu comprendre les gens besogneux en mathématiques. Les maths, c’est de l’art ! Nous avons donc avant tout besoin d’être créatifs. Même si le rabâchage d’exercice est essentiel pour acquérir les bases de réflexion et de la rigueur, il n’est pas tout. On peut faire ici le parallèle entre un musicien qui travaille ses gammes : cela ne fait pas pour autant de lui un grand compositeur. Je me souviens de ce professeur russe qui nous enseignait la géométrie différentielle au cours de ma licence 3, Vladimir Kostov. Il nous disait : « la répétition est la mère de la connaissance et la grand-mère de l’abrutissement. »4 Je pense que si je n’avais pas fait de la guitare, j’aurais fait quelque chose de moins stimulant et du coup cela n’aurait pas développé ma créativité. Ceci aurait été beaucoup moins profitable à mes mathématiques car j’exerce ma créativité grâce à mon instrument. De plus, les mathématiques sont liées à la musique : c’est grâce à elles que je comprends la structure d’une musique. Pour autant, je n’en suis pas encore à pouvoir composer mes propres morceaux : j’ai surtout l’impression d’une redite, rien de très innovant. À l’inverse, j’ai beaucoup plus de réussites en mathématiques, j’ai vraiment cette sensation d’innover, de trouver des solutions à des problèmes encore irrésolus. C’est sûrement pour cela que je ne suis toujours pas une star du Black Metal !

Pour en savoir plus sur le Black Metal :

Et aux éditions Camion blanc, vous trouverez de quoi remplir vos longues soirées d’hiver :

Et quelques photos souvenirs de mon long week-end au Motocultor Festival 2012 (avec @misanthropologue).

Pour en savoir plus sur les Vikings et la mythologie Scandinave :

  • Régis Boyer est l’homme qu’il faut consulter en la matière.
  • « Les Vikings », invités Régis Boyer et Jean Renaud. Au détour du monde, émission animée par Sandrine Mercier sur France Inter :
    Partie 1Partie 2Partie 3

  1. La guerre m’a toujours fasciné mais c’est un autre sujet. []
  2. Il est important d’être dans les bois pour faire du black metal. Cf le clip d’Immortal – The call of the wintermoon. []
  3. J’utilise volontairement ce terme car les grimoires sont aussi très importants du l’univers du black metal : cela fait plus… « true dark ». []
  4. Il avait aussi la gentillesse de nous dire avant nos partiels : « Rassurez-vous, l’examen est long et en revanche… difficile ! », avec ce petit accent slave qui vous remplit d’effroi. []

Florian Caullery

Florian Caullery, né à Maubeuge (59) en 1989, fut un élève brillant au parcours exemplaire. Il obtient son brevet des collèges à 11ans et son bac quatre ans plus tard. Son goût prononcé pour les mathématiques et son allergie à la physique le poussent à entreprendre des études de mathématiques et informatique du campus de Valrose à Nice. Ayant obtenu son Master1 avec mention bien, il s’oriente alors vers la cryptographie en s’inscrivant au Master2 recherche : Mathématiques Discrètes et Fondements de l’Informatique (MDFI) à Marseille. Reçu avec mention bien, il obtient un financement de la région PACA pour une thèse sous la direction de François Rodier sur le thème des fonctions booléennes cryptographiquement robustes.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Fenrir dit :

    Je crois que nous avons été nombreux, adolescents, à noyer nos frustrations dans ces débauches sonores trépidantes ! En tout cas, je trouve intéressante l’application que vous avez trouvée à votre pratique musicale : on a l’impression que la musique devient en quelque sorte chez vous un moyen de « potentialiser » votre créativité générale. Au-delà de la description que vous en faites, je me demande quels processus cognitifs entrent en jeu dans votre expérience (peut-être en prise avec des phénomènes attentionnels ?), au-delà de la sorte de « catharsis » que vous décrivez. Ce serait un sujet d’étude intéressant !

    Par contre, sur le plan de la description musicale, dommage d’en rester à des citations de Frederick Martin : je trouve que la musique black metal est beaucoup plus riche que les images brumeuses qu’il en donne ! D’autres travaux beaucoup plus solides sont disponibles depuis, comme ceux de William Hagen ou de Bérenger Hainaut, qui a fait paraître récemment un livre assez complet : http://livre.fnac.com/a10445093/Berenger-Hainaut-Le-style-Black-Metal.
    Il décrypte notamment un peu mieux que Martin la « transe » dont vous parlez.

  2. « de votre témoignage » (erratum)

  3. Bonjour
    Fan de Métal en général, de Black et de Funeral Doom en particulier, je me régale votre témoigne et ne peux que renchérir avec mon spécifique. Etant par ailleurs adepte de philosophies plutôt abstraites et radicales, je ne supporterais pas l’exercice de la pensée 12 h/jour, nerveusement et psychiquement, sans ce « mur du son » d’intensité variable mais certaine qui d’une part me fait voyager, d’autre part m’isole totalement du monde des vivants et même de ma propre psyché ! J’ajoute que cette cette musique est des plus pratiques pour avoir la paix chez soi quand on a une famille ; foutez là à fond, cela découragera quiconque de venir vous déranger pendant vos séances de travail !

  1. 20/01/2013

    […] Le 9 janvier 2012, Florian Caullery, le mathématicien était invité à la Villa Réflexive (connue aussi sous le nom d’Espaces Réflexifs). Il nous a parlé de la place de la musique dans son travail de recherche. Si vous voulez découvrir en quoi le Black Metal peut être véritablement stimulant dans le travail d’un chercheur, n’hésitez pas à lire son article. […]

  2. 28/02/2013

    […] Le Black Metal à l’assaut des Mathématiques […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *