Réflexivités à tisser

Comme souvent avec la #Villa, le temps est exigeant et passe très vite. Avant de laisser la place aux locataires de l’année 2013 je jette un dernier un regard sur la trame que nous avions posée sur le métier, de chercheur, d’enseignant, et sur le tissage élaboré en 2012. Dont j’aurais encore aimé dire beaucoup. Surtout ne pas rester sur les doutes et les certitudes, sur du noir & blanc, même si l’évoquer me paraissait important, car partie de l’aventure.

Revenir, pour finir,  sur ce qui était initialement prévu et qui ne trouvera finalement pas toute sa place, est un exercice récurrent chez les habitant.e.s, car les envies et les idées ne manquent pas.  Je m’y prête à mon tour en quelques mots.

Tout ce que je n’aurais pas eu le temps d’écrire et de dire, tout juste de penser

Photographie « Telas » de Emmanuel Delaloy, licence CC BY-NC

Dans l’idée de revenir sur une année de vies croisées dans les Espaces réflexifs, il y avait bien sûr la volonté, partagée ce mois-ci avec Marie-Anne Paveau, Stéphanie Messal et Benoît Kermoal, de témoigner d’une aventure collective, de réflexions dont les échos ont été multiples, d’une expérience d’écriture inhabituelle, parfois déstabilisante, mais le plus souvent particulièrement stimulante, intellectuellement et humainement.

Leurs mots ont exprimé beaucoup ce mois-ci, qui se voulait méta, réflexif, charnière avec une nouvelle année d’incubation numérique.

Ils ont exprimé notamment combien cette métaphore du lieu habité n’est pas anecdotique. Elle nous apporte une forme de convivialité, vient agrémenter avec légèreté les rencontres et le passage de clés d’un habitant à l’autre, donne un côté ludique à l’arrivée et au séjour dans la maison. Mais cela va  aussi plus loin, et induit un respect important et de l’admiration pour ce qui a été construit les mois passés, la créativité d’inventer de nouvelles pièces, la possibilité d’affirmer une spécificité du locataire nouveau, qui vient apporter sa marque, sa pierre, en créant au sein de l’espace collectif, de nouveaux espaces qu’il partage aussitôt.

La particularité de l’invitation à écrire dans un carnet de recherche comme les Espaces réflexifs est multiple : elle s’associe de l’identification d’un lieu préexistant à l’entrée du locataire, défini par un projet collectif de départ, à la matérialité de billets écrits au cours des mois précédents, mais par l’absence d’une « ligne éditoriale » dans laquelle se fondre, ni d’une précision exhaustive sur le fonctionnement de l’espace numérique d’accueil.

La maison, au fil des mois, se métamorphose, et ses métamorphoses nous parlent des habitants.  La maison change mais reste la même, et des pages de son histoire se sédimentent au cours du temps.

Forte de ses fondations, quelles formes prendra-t-elle en 2013 ?

Les échos des billets, les tissages mois après mois

Photographie « Vitamin colours » de ♪♫marion♫♪, licence CC BY-NC-SA

J’aurais notamment aimé parler plus, et donner à voir, l’écho entre les pièces, entre les mois, entre les billets – cette écriture hyperreliée qui fait sens et que nous ouvre un espace collectif comme celui-ci.

Comment les écrits des auteur.e.s de la villa dialoguent-ils entre eux et avec d’autres écrits qui leur sont contemporains ou qui les précèdent ?

Comment les discussions orales ou via d’autres formes de communication (mails, réseaux sociaux), par lesquels un certain nombre des locataires successifs sont en lien, apparaissent-ils dans les billets tels qu’ils sont finalement écrits ?

Mais comment rendre compte, de la façon la plus juste possible, de l’usage de l’hypertexte dans la forme d’écriture numérique que constituent les Espaces réflexifs ? De ces résonances entre l’écriture de billets avec des écrits d’ailleurs ou des conversations ?

Comment en rendre compte, aussi, dans un projet d’ouvrage numérique qui dériverait des Espaces réflexifs ?

Comment et pourrait-on…

  • … faire apparaître le mode de construction d’un réflexion qui s’est donnée à voir en cours d’élaboration ?
  • … faire apparaître les origines de la réflexion, issue de lectures et de discussions ?
  • …. montrer comment une réflexion se transforme, un raisonnement, une pensée se construisent en suivant leur propre fil et/ou en le nouant ponctuellement ou durablement à d’autres ?

Les liens hypertextes sont à mon sens précieux, et y porter attention relève de la valeur que l’on accorde à la citation, à la référence aux sources, précise, pour comprendre l’historicité, le cheminement, les contextes d’une idée et des formes qu’elle prend.

Les liens hypertexte vers d’autres lieux, au cœur des billets

  • vers des billets écrits par les auteurs eux-mêmes, dans leurs carnets personnels – l’écriture dans les Espaces réflexifs comme la continuité d’un mouvement de réflexion et d’écriture non délimité par l’espace du billet ;
  • vers des billets écrits par les auteurs eux-mêmes, dans les Espaces réflexifs : rendre explicite une démarche en construction, rendre visible des liens tels qu’ils apparaissent à l’auteur et qu’il souhaitent les rendre présents au lecteur – vient s’articuler avec la logique de publication brève, et en différents instant, d’une réflexion en fait menée à l’échelle d’un mois. Ces liens reconstruisent du sens pour le lecteur, à titre de rappel, de balisage : « ce billet, dans ma démarche, s’intègre à tel endroit ». Ils permettent de la non-linéarité dans la construction d’une pensée ;
  • vers des billets écrits par d’autres auteurs, dans d’autres carnets : rend présent les échanges dans d’autres lieux, les lectures réciproques, et des discussions initiatrices de réflexions et d’idées (le « food for thought » de Claire Placial), qui ont lieu ailleurs, comme sur Twitter par exemple ;
  • vers des billets écrits par les locataires au cours des mois précédents : les échos entre les billets, les mois. Le témoignage d’une lecture mutuelle, la construction d’une cohérence au fil du projet ;
  • vers des articles de recherche, des ouvrages, des ressources en ligne – si possible disponible dans leur intégralité, dans une démarche d’open access si cohérente avec la pratique du blogging scientifique ;
  • vers d’autres espaces : ouvrir la créativité par l’utilisation des liens hypertextes, donner de la densité au texte linéaire (en plusieurs épaisseurs, différents niveaux de lectures, et la possiblité d’explorer les potentialités d’une écriture multimédia – Martine Sonnet nous a donné ainsi de beaux exemples de textes ouverts sur d’autres espaces, d’un texte à multiples dimensions grâce aux liens hypertextes.

Parenthèse reliée – Les potentialités de l ‘écriture web pour la recherche

  • situer le discours, par rapport à un cadre de référence, d’autres travaux, d’autres pensées, d’autres écrits, le plus précisément possible
  • participer à la circulation des ressources en donnant non seulement la référence mais le lien vers le site ou l’on peut la trouver (de préférence dans sa totalité – et non seulement en résumé – lorsque cette ressources est en open access)
  • faire dialoguer le travail savant avec des formes culturelles multiples qui viennent nourrir le travail de recherche, et nos écritures sur les blogs
  • intégrer le multimédia, de manière visible, comme corpus de la recherche, comme manière de la rendre vivante, incarnée
  • donner accès aux données exhaustives

La perméabilité des espaces, l’ouverture des fenêtres sur

Photographie « Telas » de Emmanuel Delaloy, licence CC BY-NC

J’aurais ainsi aimé parler plus…

… de la perméabilité des espaces : entre les commentaires, les billets, les tweets, les échanges de mails, les discussions, les frontières sont poreuses

… de ces portes d’entrées vers la #Villa, autres tissages surprenants du web, des chemins suivis par les lecteurs, recherches ou liens, pour arriver jusqu’aux Espaces Réflexifs

Extraits décembre 2012 – Recherche dans un moteur de recherche

21 jump street – espaces réflexifs – lampe design neutre – écrire – rose des vents – engagement et distance au travail – la bonne distance – tranparences – que veut dire réflexivité – pouvoir des miroirs – exercices quotidiens pour structurer sa pensée – étranges tourbillons –  science réflexive – faut-il être réflexif – y en a qui feraient mieux de se regarder avant de critiquer – pensée en réseau – je suis pris et compris dans l objet que je prends pour objet  […]

… des billets qui ont vécu une vie longue (ici et ici par exemple) non limitée à la consultation brève qui suit leur publication et qui sont encore très consultés aujourd’hui

Mais je n’en dirai pas plus pour l’instant, je dois vous laisser, il me reste quelques sommaires illustrés à fignoler. Et puis la #Villa va bientôt de nouveau résonner et s’emplir de l’énergie de Stéphanie Messal en janvier et, semblerait-il, de quelques notes de musiques… Très bonne année réflexive à vous tout.e.s !


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/12/2012

    […] lieux de nos rencontres et de nos tissages, selon l’heureuse métaphore d’@Infusoir dans son dernier billet : le groupe des Regards unis vers, celui des Vases communicants que nous avons prolongés par […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *