“Le regard de l’autre” – Novembre 2012 – Raphaële Bertho

La suite des sommaires illustrés, mois après mois

Appareil photographique en bandoulière, Raphaële Bertho a posé le cadre sur la relation enseignante – étudiant.e.s. Elle l’explore, la questionne, se positionne. Elle a partagé en novembre l’envie d’enseigner, les doutes et les enjeux de cette relation en construction, dynamique et vivante, qui demande d’être prêt, toujours, à réapprendre, des autres et de soi.

1er novembre 2012 – Par où commencer?

« J’ai reçu l’invitation il y a quelques mois, une jolie carte à la présentation sobre et chaleureuse. Je suis à a fois flattée et enthousiaste, avec néanmoins cette pointe de curiosité qui survient souvent dans de tels cas de figure : Pourquoi moi ? Avec une autre question tapie dans son ombre : Qu’attend-t-on de moi ? Et évidemment l’éternelle incertitude : Serai-je à la hauteur ? J’accepte néanmoins,  car je suis persuadée que l’expérience sera passionnante. J’ai envie de parler d’images, d’échanges, de rencontres. Prendre un mois pour parler de cet apprentissage permanent des autres et de soi que constituent la recherche et l’enseignement. […] »

14 novembre 2012 – L’espace de l’atelier

« Début novembre correspond depuis l’année dernière à ma rentrée d’enseignante. Jusqu’à la fin janvier la saison des ateliers audiovisuels bat son plein. Une nouvelles année, de nouveaux groupes d’étudiants, et toujours le même challenge : celui d’installer un espace de travail enrichissant et serein. Comment intéresser une classe ? Comment créer une dynamique ? Comment mettre en place une évaluation adaptée ? Pour ce faire, pas de recette  toutes faites, chacun à sa manière. C’est bien là un domaine où on apprend beaucoup de l’expérience : de l’expérience des situations, mais aussi de l’échange avec les autres, avec les collègues comme avec les étudiants.[…] »

19 novembre 2012 – Points de vue

« L’enseignant est un animal solitaire. S’il travaille sous le regard de ses élèves, c’est souvent à l’abri de celui de ses pairs. On échange, certes, sur les méthodes pédagogiques ou l’organisation du temps de travail. On se raconte les petits imprévus ou mésaventures qui ont marqué les cours, les échanges que l’on a pu avoir, les impressions que nous ont laissés tel ou tel groupe, tel ou tel étudiant. Mais on reste souvent le seul narrateur, libre d’interpréter à sa guise les évènements. L’expérience de se voir « raconté » par un autre que soi-même est du reste toujours étrange, mais jamais inintéressante. L’occasion s’est présentée pour moi il y a quelques année, lorsqu’une amie enseignante m’invite à faire une intervention de quelques heures auprès de ses élèves de terminale autour d’un travail photographique. En effet quelques mois plus tard elle narre ses deux années passées dans un lycée de la banlieue parisienne dans un ouvrage sensible et passionnant « Qui a peur de la banlieue ? ». […] »

21 novembre 2012 – Florilège

« Les florilèges, en matière d’enseignement, reviennent chaque année pour égrainer les fautes drolatiques trouvées sur les copies. Perdu au milieu de centaines de copies, et souvent assommé de fatigue, difficile de résister à l’envie de narrer ces aberrations qui se sont glissées dans les lignes des étudiants stressés (ou tentant le tout pour le tout pour masquer un déficit de connaissance sur le thème). Si certaines sont effectivement mémorables, c’est un autre recueil que je voudrai esquisser ici : celui des épisodes les plus marquants de ma courte expérience d’enseignement. […] »

22 novembre 2012 – Et après?

« En prenant un verre avec une ancienne étudiante hier, j’ai réalisé que mon dernier billet n’était pas complet. J’ai oublié de mentionner l’”après”, ce qui se passe une fois le temps du cours terminé. Le plaisir que l’on a à recroiser nos anciens étudiants, à suivre leur parcours, à les voir évoluer et s’affirmer dans le milieu professionnel. Et le plaisir ultime: celui de devenir leur collègue, de travailler avec eux. […] »

30 novembre 2012 – Avant de partir

« Pour ce dernier billet dans la Villa, la page reste blanche longtemps. Mes notes foisonnent de pistes de réflexions que je souhaiterai soumettre, sur la recherche, la découverte, pour moi récente, de la publication en ligne, les méandres de l’écriture… Mais je viens d’apprendre qu’une amie a été hospitalisée suite à un accident, et le reste s’échappe. Avant d’être une amie, ce fut d’abord un collègue. On s’est rencontré dans les couloirs de l’université, chacune chargée de cours, chaque semaine faisant face aux mêmes étudiants. On a le même âge, presque le même parcours, et au fil des semaines une véritable complicité s’installe : on parle de l’enseignement, puis de la recherche, enfin de nos vies… […] »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *