“ça s’appelle créer des liens” – Octobre 2012 – Delphine Regnard & invité.e.s

La suite des sommaires illustrés, mois après mois

L’idée des liens à tisser, à créer, Delphine Regnard l’a portée avec elle en arrivant en octobre. Invitant la lecture, l’écriture et l’enseignement au cœur de ses réflexions, invitant des collègues, des ami.e.s à se questionner avec elle, Delphine a posé de manière franche et directe la question du sens, d’un métier, du geste, du mouvement, dans cet espace numérique et ailleurs.

1er octobre 2012 – Des plans sur la comète…ou la comète en plan ?

« “Alors voilà, tu vas vraiment faire cela ? Écrire…” Il me semble me souvenir que c’est ainsi que commence Enfance de Nathalie Sarraute. Je ne peux pas vérifier car je viens juste de poser les cartons dans cette villa et le livre est dans l’un d’entre eux. Je suis assise dans l’entrée, n’ai pas osé encore aller plus loin. Je sais que j’ai à respecter l’ordonnancement de ce carnet, bien répertorier mes articles. L’urgence est d’abord de ne pas abîmer ce que j’y trouve. Je n’ai pas osé aller plus loin que l’entrée car les précédents locataires ont laissé des trésors. Mélodie m’a accompagnée jusqu’ici, a réservé elle-même les billets de train (heureusement, il y a un billet retour !), est venue me chercher à la gare, et passera tout à l’heure pour m’aider à faire le tour de la villa. Ce qui compte, c’est le geste, m’a-t-elle dit. Benoît, lui, m’a appris comme le chemin est important. Alors, cheminons et gesticulons. […] »

11 octobre 2012 – Parce que lire c’est élire, mais enseigner ?

« L’un des aspects les plus intéressants du métier de professeur de lettres, et peut-être même le plus intéressant, est la « liberté pédagogique » de choisir les textes étudiés en classe au sein des objets d’étude imposés par les programmes. Or s’intéresser à cela, c’est aussi s’intéresser aux motivations qui ont fait que l’on a choisi d’exercer ce métier, qui font qu’on continue à l’exercer de la même façon ou qu’au contraire on a pris (enfin) un virage (salutaire). Je m’explique. […] »

15 octobre 2012 – Donner à lire…mais quelles oeuvres ?

« A la suite du premier billet dans lequel j’évoquais les choix révélateurs de soi que l’on fait dans l’élection des textes dignes d’être étudiés en classe, j’aimerais ici aborder un sujet qui intéresse surtout le professeur de collège, plus que de lycée, mais finalement tout professeur ayant à donner à lire. Il s’agit de ce que l’on appelle la « littérature de jeunesse ». Je ne sais pas de quand date cette expression, si elle vient des éditeurs trouvant là un bon créneau (et de fait, il l’est car de qualité pour ce qui est des collections de l’École des Loisirs notamment) ou d’Instructions Officielles visant à catégoriser les livres. Surtout (j’ajoute cette ligne après écriture de la suite), je crois que je ne ferai que poser des questions (peut-être éculées) mais que j’aurai bien du mal à avancer quelque idée de réponse. […] »

25 octobre 2012 – Écrire-web est-il neutre ?

« Les premiers mots du premier billet ici étaient empruntés à Nathalie Sarraute. Je me demandais si vraiment j’allais faire ça, publier ici, sur Hypothèses parmi ces chercheurs que j’admire. À présent, le mois a passé, je ne publie qu’un troisième billet de mon cru. Pas eu le temps bien sûr. Mais en réalité, je n’ai pas osé. Écrire ici fut une réelle souffrance. Comme si je revivais des échecs scolaires, cette com-préhension de n’être que toute petite face à mes maîtres. Si la part personnelle de cette histoire ne regarde que moi, il me semble cependant utile de partager mes scrupules, ces petits cailloux dans les chaussures qui ont blessé mes pieds et m’ont empêchée de me hisser. J’ai pourtant été remarquablement encouragée par Mélodie dont je ne cesserai de chanter les louanges tant j’apprécie ses qualités humaines. Cependant, le geste qu’il fallait faire, je ne l’ai pas accompli, ou mal, à mes yeux. […] »

Invité.e.s d’octobre

13 octobre 2012 – terrasse mitoyenne

« J’ai demandé à quelques personnes de mon entourage de participer à la Villa. Pour cela, je leur ai posé à tout.te.s la même question : « quel livre a changé votre vie ? ». Car pour moi, il est évident qu’il y a, un jour, la rencontre d’un livre qui joue comme déclencheur. Mais Amélie Charcosset n’est pas tout à fait de mon avis. Le hasard a joué un beau rôle dans notre rencontre, elle fait partie des personnes qu’on se réjouit d’avoir eu la chance de croiser dans sa vie pour la rencontrer, rencontrer la beauté de son écriture (elle a un magnifique blog Les mains dans les p’Och, je cause avec elle sur Twitter @meliemeliie, elle vient de publier Nous sommes tous des faiseurs de ciel). Elle voyage beaucoup, Amélie, pour rencontrer des tas de gens à qui elle apprend le français mais surtout la joie d’écrire, grâce aux ateliers d’écriture qu’elle anime. Merci beaucoup Amélie. […] »

22 octobre 2012 – Marcel a tout compris.

« Aujourd’hui je donne la parole à Elsa, professeure de lettres classiques dans un lycée de la banlieue parisienne, à qui j’ai posé la même question qu’à Amélie : quel livre a changé ta vie ? Voici sa réponse. Merci à elle, à son enthousiasme communicatif. […] »

25 octobre 2012 – Ah, ça s’étudie ?

« Aujourd’hui je donne la parole à Coraline Soulier, que j’ai connue de façon très particulière. Elle est professeure de lettres classiques dans le Nord et a bien voulu répondre à la même question : “Quel livre a changé ta vie ?” Son billet pose nombre de questions fort intéresantes. […] »

28 octobre 2012 – Acheter un livre dans un supermarché

« Pour finir, un cadeau : le texte de Benoît Kermoal que vous connaissez bien pour l’avoir lu en juillet et le lire sur son carnet Enklask.  Voici sa réponse à la question : “Quel livre a changé ta vie ?” […] »

 


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *