“Langue et transparences” – Septembre 2012 – Elena Azofra & Aboubekeur Zineddine

La suite des sommaires illustrés, mois après mois

 Dialogue des mots, des langues et des voix. Elena Azofra a fait résonner l’espagnol, portant ses réflexions de linguistes, dans les Espaces Réflexifs. Elle a été rejoint par Aboubekeur Zineddine, qui spontanément et avec envie, s’est proposé de traduire, en même temps qu’elle les écrivait, les billets transparents de la locataire de septembre. La #Villa s’est ainsi agrandie, ouvrant la chambre d’amis et une expérience de traductions à quatre mains.

1er septembre 2012 – Nouveautés à la Villa : Langue et transparences

« Septembre, mois de (r)entrée… Rentrée pour presque tous, entrée (à la Villa) pour moi et pour MorFlog. Nouvelle occupante aux Espaces Réflexifs. Me voici arrivée à la Villa, heureuse d’occuper cet espace partagé, mais intimidée par la présence des locataires précédents, toujours très forte et soutenue par les liens permanents qui restent ici. Je remercie Mélodie et Marie-Anne de m’avoir invitée, et  Claire du passage des clés. Je me réjouis de participer de cette expérience si enrichissante et d’être présente ici, à la Villa des échos, des reflets, des miroirs, des fantômes… Nouvelle occupante et nouveau regard sur la réflexivité, celui d’une diachroniste: je suis linguiste, je travaille avec la langue […] »

9 septembre 2012 – El sentido de la transparencia

« He preparado mi estancia en la Villa en el lugar y el momento perfecto: vacaciones, mar, descanso… He pasado mucho tiempo pensando cómo me gustaría empezar a escribir, qué ecos quería que dejaran estas primeras palabras. Y, sin embargo, todavía no sé muy bien cómo orientar esta serie de reflexiones que van a estar marcadas por el hilo conductor “Lengua y transparencias”. Quizá lo mejor sea explicar cuáles son los nexos que permiten hacer esta asociación, cuál es el sentido de la transparencia que quiero explorar.[…] »

16 septembre 2012 – Diacronía y transparencia al borde del mar

« Vuelvo a la Villa después de unos días de “paseo virtual” por el IX Congreso Internacional de Historia de la lengua en Cádiz. No he podido estar allí, en la reunión que cada tres años convoca a los interesados en la evolución histórica del español, pero sí he podido intercambiar impresiones con algunos congresistas que estaban a la vez en Cádiz y en Twitter. ¡Es impresionante el poder que tiene el microblogging para conectar gracias a mensajes tan breves! A través del hashtag #cihlecadiz, he podido participar de alguna manera en la actividad del congreso, indicando diariamente las sesiones a las que tenía previsto asistir y el motivo por el que me parecían interesantes, y leyendo las noticias que llegaban en directo desde las cuentas de otros congresistas. […] »

19 septembre 2012 – Rideaux pour la chambre d´amis

 » Transparences pour la chambre d’amis de la Villa. Il faut tout ranger pour que mon invité puisse occuper son espace. Et la métaphore des rideaux me semble particulièrment « lumineuse », parce qu’il vient nous aider faire les textes transparents aux lecteurs français : il va traduire, gratis et amore, les textes de la série « Langues et transparences ». […] »

26 septembre 2012 – Reconstrucción y transparencia: el lingüista teje sus hilos

« Una de las principales dificultades que se plantean en cualquier estudio lingüístico descriptivo es la elección del corpus de trabajo, que debe ser completo, representativo para el aspecto que queremos investigar y, sobre todo, fiel a la realidad que estamos estudiando. Un lingüista, como he dicho en otras ocasiones, trata de hacer la lengua lo más transparente posible a los demás, explicando algún aspecto o fenómeno relacionado con ella y sus variedades. El lingüista teje sus hilos, como las arañas, y crea una red analítica que permite ver más allá, permite conocer en profundidad el instrumento que usamos diariamente en nuestra comunicación con el resto de los seres humanos. […] »

30 septembre 2012 – Une vieille question transparente : langue et genre

« Une vieille question qui m’interesse depuis longtemps, celle du rapport entre le genre feminin et le sexisme linguistique, est venue interrompre la redaction du dernier billet que j’avais prévu pour nos Espaces Réflexifs. Et dans ce cas, je crois, il ne faut pas justifier le lien avec la transparence de la langue… Au mois de mars, j’ai publié à mon carnet MorFlog une série sur « Genre grammatical et sexisme linguistique », à la suite d’un rapport publié par la Real Academia Española (RAE) et signé par Ignacio Bosque ; au mois de septembre, quelques échanges sur Twitter ont attiré mon interêt sur la polemique en français. (( Quitté le texte que j’étais en train d’écrire, j’ai  commencé à « mettre en transparence » mes pensées directement, en français et sur le cadre de WordPress. […] »

30 septembre 2012 – Séjour transparent à la Villa

« 30 septembre. Mon séjour à la Villa va finir. Je suis arrivée ici au moment de la rentrée, chargée de pensées transparentes et de jolies images, beaucoup d’entre elles offertes par ma fille Elena, désireuse de voir mes textes si « lumineux » que possible. L’image du bandeau, une de mes préférées, va rester avec moi : demain, elle sera placée au bandeau de MorFlog. L’eau de cette cascade1 sera un joli souvenir des journées passées pas seulement à la Villa, mais encore avant, en aménageant la maison. […] »

Traductions

20 septembre 2012 – Diachronie et transparence au bord de la mer

« Je reviens à la Villa après quelques jours de «visite virtuelle» de la IXème Conférence internationale d’histoire de la langue à Cadix. Je n’ai pas pu me rendre à cette manifestation qui réunit tous les trois ans, tous ceux qui s’intéressent à l’évolution historique de l’espagnol, mais j’ai pu échanger avec certains participants de la Conférence, qui étaient à la fois à Cadix et sur Twitter. La capacité du micro-blogging à nous connecter par le biais de messages si courts est impressionnante! Grâce au hashtag #cihlecadiz, j’ai pu participer en quelque sorte à l’activité de la Conférence en indiquant quotidiennement les séances auxquelles j’avais prévu d’assister et pour quelles raisons je les trouvais intéressantes, en lisant les nouvelles en provenance directe des comptes des autres participants. […] »

23 septembre 2012 – Le sens de la transparence

« J’ai préparé mon séjour à la Villa au moment et à l’endroit parfait : vacances, mer, repos… J’ai beaucoup réfléchi à la manière de laquelle je voudrais commencer à écrire, à quels échos je voulais que ces premiers mots répercutent. Cependant, je ne sais toujours pas encore comment orienter cette série de réflexions qui seront marquées par le fil conducteur « Langue et transparences ». Le mieux serait peut-être d’expliquer quels sont les liens qui permettent de faire une telle association et quel est le sens de la transparence que je veux explorer. […] »

31 décembre 2012 – Reconstruction et transparence : le linguiste tisse sa toile

« Une des difficultés majeures qui se pose à n’importe quelle étude linguistique descriptive est la sélection du corpus de travail. Ce dernier doit être complet, représentatif de la problématique que l’on veut étudier et surtout fidèle à la réalité que l’on étudie. Comme je l’ai dit dans d’autres occasions, la tâche du linguiste est de rendre la langue la plus transparente possible aux yeux des autres, en expliquant un aspect ou un phénomène particulier en lien avec la langue elle-même ou bien avec ses variantes. Le linguiste tisse sa toile, tout comme les araignées, en créant un réseau analytique qui permet de voir plus loin, qui permet de connaitre en profondeur de l’instrument que nous employons tous les jours dans notre communication avec le reste des êtres humains. […] »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *