“Le traducteur et ses doubles” – Août 2012 – Claire Placial & Maxime Durisotti

La suite des sommaires illustrés, mois après mois

Claire Placial est entrée dans la #Villa en Août, au temps où les ginkgos sont verts avant d’être dorés. Elle est venue accompagnée, des multiples voix qui l’entourent dans son quotidien de traductrice, de ces autres, ou doubles avec lesquelles elle dialogue, se confond, se met à distance successivement. Identités multiples et enjeux de dire les mots d’un autre avec les siens. Elle est venue aussi avec Maxime Durisotti, pris également dans les questionnements du « nous », du « je », de l’autre, inhérent au travail de traduction.

1er août 2012 – Au seuil de la Villa – planter un arbre

« J’ai thésaurisé des pistes et des réflexions ; présentées parfois aux précédents locataires et au futur invité, mais moment de m’installer dans la Villa, je n’ai pourtant pas de plan bien établi, pas de claire arborescence, mais plutôt des écheveaux de fils rouges mêlés, une collection d’images, de reflets, le compagnonnage de plusieurs amis, de nombreuses lectures, de quelques fantômes. Et un arbre dont je ferai le symbole de la série de billets, et que je plante dans le jardin de la Villa – concrètement, il figure dans le bandeau : c’est un ginkgo biloba. […] »

2 août 2012 – Imagier. Avec Goethe.

« Me voilà dans la Villa Réflexive. Les locataires précédents ont posté aux murs des éléments de décoration, ont laissé dans leurs chambres des meubles sur lesquels poser mes livres, et ils ont garni de leurs écrits la bibliothèque commune. À mon tour de m’installer, et pour ce premier billet, il s’agira d’accrocher des tableaux aux murs. Quand j’arrive « in real life » dans un nouvel appartement, souvent avant-même d’avoir déballé toute la vaisselle, je mets des images aux murs et des cartes postales dans ma bibliothèque. Je pense beaucoup par images et par métaphores ; il a fallu l’écriture du carnet Langues de feu pour que j’en sois vraiment consciente. La participation à ce carnet collectif m’est une occasion d’expérimenter une réflexion par images, reflets et échos – le nom même du carnet y invite.[…] »

5 août 2012 – Réflexivité et (non) schizophrénie. Activités multiples, identité protéiforme.

« J’ai toujours du mal à dire, à écrire : « je suis traductrice ». D’abord, je ne suis pas exclusivement traductrice. D’un point de vue économique, je ne tire pour l’instant aucun revenu de la traduction. Pour autant j’ai autant de mal à me dire « enseignante-chercheuse ». Et puis, l’an prochain j’enseignerai dans le secondaire, ce sera en mon unique source de revenu, mais mon activité ne se limitera nullement aux cours et à leur préparation : je traduirai toujours, nourrirai les Langues de feu et participerai à des colloques, je contribuerai à la rédaction de l’Histoire des traductions en langue française. […] »

8 août 2012 – « J’intégrai totalement un nouveau regard ». Traduire en double de l’auteur.

« La question de l’auctorialité des traductions est potentiellement un puits sans fond. D’un point de vue bibliographique, il est relativement aisé de rendre à César. Si je cite la dernière traduction en date des Affinités Électives, j’écrirai, et dans cet ordre là, quelque chose comme :Goethe, Les Affinités Électives, traduit de l’allemand par Jean-Jacques Pollet, Paris, Flammarion, 2009. La distribution des tâches est assez aisée. Auteur : Goethe ; traducteur : Jean-Jacques Pollet. N’empêche que l’auctorialité du texte pose problème. En réalité le texte que l’on trouve dans ce livre est entièrement de Goethe, et entièrement de Pollet, même si l’un et l’autre n’ont pas écrit selon le même régime. […] »

13 août 2012 – « Les grands textes pour moi : où je ne déplace rien. » Paradoxaux déplacements.

« « Les grands textes pour moi : où je ne déplace rien. » J’ai lu cette phrase dans le premier volume des Petits traités de Pascal Quignard, je n’arrive pas à mettre la main dessus dans le livre. Elle fait écho pour moi à cette phrase entendue en colloque, qui ne me quitte plus : « Est littérature ce qui ne peut être dit autrement ». Cela pourrait être une définition du texte littéraire : le texte dans lequel forme et fond, lettre et esprit sont consubstantiels. Qu’on ne peut, par conséquent, paraphraser, reformuler, auquel on ne changerait pas une virgule[1]. […] »

18 août 2012 – “Car la traduction est un miroir”

« L’image du reflet, de la traduction au miroir, est fréquemment utilisée lorsqu’il s’agit de caractériser le rapport de la traduction au texte source.  […]. Comparaison n’est pas raison ; juxtaposition non plus, et ces quatre phrases ne sont représentatives ni de toutes les entrées du livre de Delisle indexées à « miroir », ni de l’ampleur de l’application possible de la réflexion sur la traduction à partir de la figure du miroir. Quelques réflexions pêle-mêle toutefois. […] »

21 août 2012 – Les traductions d’un texte en sont les différents “visages”. Intérêt réflexif des retraductions.

 » Préambule. Je passe cette semaine avec une enfant de sept ans très curieuse et très vive, qui est intriguée de me voir écrire constamment – elle préférerait que j’aille dans la piscine avec elle – elle m’a demandé de lui lire ce que j’écris, j’ai obtempéré, et ai donc lu « Traduire un texte qui a déjà fait l’objet d’une traduction dans notre langue induit presque nécessairement une démarche réflexive ». J’ai expliqué réflexif : « c’est quand on se pose des questions sur la façon dont on travaille ». Elle a dit qu’elle elle réfléchissait quand elle faisait des maths et que même quand elle dessinait, elle réfléchissait.[…] »

26 août 2012 – “un échange à établir avec un destinataire absent”: le traducteur et ses lecteurs

« Le 18 février dernier, Mélodie Faury publiait un billet intitulé « Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre ». Elle y exposait les réflexions d’un article co-écrit avec Barthélémy Durrive et Julie Henry. Un extrait publié me semble faire écho à ce que je m’apprête à écrire au sujet du lecteur […]. Le terme de « détour » m’intéresse particulièrement ici, dans la pluralité des figures qu’il permet. Détour suivi de retour, dans une perspective de « boucle » réflexive ; mais aussi détour qui serait une variation, un excursus hors du chemin linéaire[1]. […] »

 30 août 2012 – Perpetuum mobile

 » Ce qui était initialement prévu : – Un billet possible sur Borges; – Un billet sur Port-Royal et la métaphysique du langage qui se déploie dans la théorisation de la grammaire, de la traduction et de la théologie. ; – Un billet sur les « affinités traductives » Il est heureux en définitive que tout n’ait pas été dit : voilà de la matière pour les Langues de feu. […] »

Maxime Durisotti

 2 août 2012 – John Donne : “translated into a better language”

« Dans les billets qu’elle a rédigés pour son blog « Langues de feu », Claire Placial s’est attachée à expliciter les enjeux de tous ordres véhiculés par les discours sur la traduction. Par esprit de contradiction, et surtout parce que mes lectures estivales m’ont par hasard conduit à découvrir ces lignes, je voudrais ici évoquer deux textes qui ne mentionnent la traduction que métaphoriquement. Aussi je ne tenterai pas de commenter ce que les deux auteurs disent de la traduction, puisqu’ils n’en parlent nullement, mais l’emploi du mot traduction. […] »

 8 août 2012 – On traduit toujours les morts

« En prenant possession des murs de la villa réflexive, Claire a épinglé quelques images au mur. Elle a bien fait. J’aimerais développer une idée qui m’est chère : nous – et déjà quelque précision s’impose : de qui est-ce que je parle ? qui est ce « nous » qui tombe naturellement de ma plume ? je vous entends déjà me reprendre : au lieu d’employer un pronom pluriel ou de me réfugier derrière l’anonyme « on », je ferais mieux d’assumer que je ne parle que de mon cas, que ces images sont les miennes et rien de plus, et à quoi bon viens-je ici vous entretenir de mes marottes. […] »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *