“Engagement et distanciation en Histoire ouvrière” – Juillet 2012 – Benoît Kermoal

La suite des sommaires illustrés, mois après mois

Résumer en un paragraphe chaque mois lors de ces préambules aux sommaires illustrés est un exercice difficile et je me rends compte combien les mots doivent être bien choisis pour introduire la lecture aux billets des habitants de la #Villa.

Benoît Kermoal, dont l’un des billets à été le déclencheur de la création des Espaces réflexifs, nous a entraîné dans ses lectures, dans la vie d’acteurs, de témoins et d’auteurs liés au mouvement ouvrier qu’il étudie avec une approche d’historien. Plonger dans leurs engagements et leurs écrits le ramène à la réflexion épistémologique et réflexive sur sa propre pratique qu’il a choisi d’engager en juillet. Une démarche où l’émotion et l’écho sont particulièrement présents et bouclent avec sa question initiale « comment trouver la bonne distance ? ».

1er juillet 2012 – Comment trouver la bonne distance ?

« C’est avec beaucoup de plaisir mais aussi avec un peu d’appréhension que je commence par ce billet l’occupation estivale de la Villa réflexive durant le mois de juillet. […] Je voudrais durant ce mois m’intéresser à un aspect que je trouve important dans ma propre recherche en cours, à savoir le rapport que nous entretenons avec notre objet d’étude. »

5 juillet 2012 – “Cette connaissance intime du sujet” : sur Lucien Febvre

« Commencer une réflexion épistémologique et politique sur les rapports qu’entretiennent les historiens du mouvement ouvrier avec leur sujet d’étude en évoquant Lucien Febvre peut sembler étonnant.[…] »

11 juillet 2012 – Georges Lefranc : entre histoire, socialisme et résilience

« «L‘auteur a vécu l’événement comme membre de la S.F.I.O. et de la C.G.T., mais en bon universitaire, il a voulu écrire une histoire sans passion.»[1] C’est ainsi que Michel Winock présente en 1966 dans les Lettres françaises Georges Lefranc, auteur de L’Histoire du Front populaire[2] qui est l’objet dans la revue d’un compte rendu. […] »

15 juillet 2012 – Ernest Labrousse ou comment entrer dans le «for extérieur» de l’historien

 » Lorsqu’il s’est agi d’établir une liste des historiens dont l’étude pouvait être intéressante en ce qui concerne la problématique générale de ce mois de juillet dans la Villa réflexive, le nom de Camille Ernest Labrousse m’est venu rapidement. J’avais en effet souvenir d’un long entretien qu’il avait donné à Christophe Charle pour la revue Actes de la Recherche en sciences sociales.[…] »

19 juillet 2012 – Premiers fragments d’une histoire réflexive

 » Il est temps maintenant pour moi de revenir au point de départ de ma réflexion : comment  peut-on (ou doit-on) concilier l’engagement et la distanciation lorsqu’on pratique l’histoire du mouvement ouvrier ? Mais plus qu’une problématique d’ensemble, cette première interrogation est surtout le moyen d’aborder la question de la réflexivité dans le travail de l’historien-ne. […] »

26 juillet 2012 – Au rayon de l’intime: paroles et écrits de militant-e-s

« Il m’a paru important dans cette série de billets sur les enjeux épistémologiques, mais peut-être aussi politiques, d’une pratique réflexive de l’histoire de m’arrêter le temps de ce billet sur l’apport des témoins dans la réalisation d’une histoire à la fois distanciée et engagée du mouvement ouvrier. Peut-être pour se convaincre de la nécessité d’aborder ce point faut-il ici citer quelques phrases de l’actrice Anouk Grinberg qui a préfacé un recueil de lettres de Rosa Luxembourg, et qui a aussi créé un spectacle théâtral à partir de  ces mêmes lettres […] »

28 juillet 2012 – «Les aventures personnelles que le souvenir nous retrace »: Canguilhem, Ricoeur, l’histoire et l’engagement

« L’engagement des intellectuels en faveur du mouvement ouvrier est une constante de l’histoire du XXème siècle. Pourtant, dans bien des cas, l’adhésion à de tels idéaux reste méconnue, soit parce qu’elle ne concerne par exemple que la jeunesse des intellectuels, soit parce que jusqu’à présent cela n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie. Parfois, les principaux concernés ont également eux-mêmes délaissé cet épisode de leur vie, trop associé sans doute à leurs années de formation intellectuelle. Je voudrais dans cet avant dernier billet aborder le parcours de deux philosophes qui étaient au début de leur carrière. Le premier, Paul Ricoeur, est, après avoir fait une bonne partie de ses études à Rennes, professeur de philosophie à Lorient à la fin des années trente. Il est par ailleurs militant de la SFIO, où il est même chargé de la propagande au sein de la fédération du Morbihan. Le second, Georges Canguilhem, participe à la rédaction de la revue d’Alain Libres Propos et il est également actif au sein du CVIA, le  Comité de Vigilance  des Intellectuels Antifascistes. […] »

29 juillet 2012 – « Revenant d’Éragny, avec toujours cette violente émotion»: ma part de réflexivité

« C’est presque fini. Il s’agit en effet du 8ème et dernier billet de ce mois de juillet. Le projet initial était d’examiner, sous l’angle global et multiforme de la réflexivité, les notions d’engagement et de distanciation dans le champ de l’histoire du mouvement ouvrier et du mouvement socialiste. Ce dernier billet sera l’occasion de revenir sur quelques points saillants de la réflexion menée. […] »

 


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *