De doutes en incertitudes

Dans le tourbillon de la fin d’année, j’avais envie de revenir un instant sur les doutes et les incertitudes qui ont ponctué les mois écoulés dans les Espaces réflexifs cette année. 

Dans la Villa, les locataires se sont exprimés par l’écriture, et ont construit chacun une trame de ce que l’idée de réflexivité, objet commun proposé dans les Espaces réflexifs, suscitait chez eux.

inspiration par les miroirs, retours aux auteurs, croisement des regards, dialogues ou articulations de voix, boucle vers l’extérieur ou sur soi-même, réinterrogation des évidences, etc.

Cette année, les approches développées s’ancraient souvent dans l’expérience personnelle ou collective d’une pratique de recherche ou d’enseignement, à partir de laquelle les unes et les autres initiaient un mouvement réflexif, par l’écriture, et par le fait même d’écrire, donc, pour partager en ligne une réflexion sur cette expérience-même. A ces dynamiques, se sont articulées des démarches plus conceptuelles sur la notion de réflexivité, lorsque les travaux de recherche des chercheur.se.s de la #Villa avaient déjà croisé plus directement cette question.

La dynamique réflexive, si elle peut être porteuse, stimulante et générer des questionnements infinis – du méta, au méta du méta – nous met aussi, individuellement face à ce que l’on n’arrive pas à questionner, à dire, face à ces fameux points aveugles que nous avons tous, sans nécessairement les partager. Ce qui ne m’apparaît pas, à moi-même, peut en effet parfois sauter aux yeux, de l’autre.

Dans les Espaces réflexifs, ces points aveugles sont restés souvent invisibles, bien sûr, à soi et aux autres. Et il serait vain (et épuisant !) de penser pouvoir tout réinterroger en même temps, individuellement et collectivement. Ce n’est pas l’enjeu de la réflexivité, telle que nous la pensons ici, je crois, collectivement. Nous cherchons la réflexivité qui « fait », qui met en mouvement, vers l’autre, et essayons de composer, de ne pas laisser trop de place à celle qui figerait, qui pétrifierait le questionnement. Celle qui par la crainte de « mal » dire empêcherait tout simplement de dire.

Mais est-ce si simple ? Est-il si facile de tout questionner ? Sereinement qui plus est ? Est-ce seulement possible ? Nous ne sommes pas toujours à l’aise avec l’incertitude, même si celle-ci est au cœur de notre métier de chercheur. Tout du moins dans l’idée que je me fais de ce métier.

Ils sont donc apparus aussi, parfois, ces moments de suspensions, de difficulté face à l’écriture. L’apparition par l’absence en un sens. L’expression de doutes, la place du silence, visibles dans le processus de construction bien plus que dans le résultat final (le carnet tel que vous le lisez aujourd’hui). Comme dans nos dynamiques de recherche finalement. Où se gomment au bout du compte les blancs. Peut-on donner à voir les suspensions ? Doit-on le faire ? Oui à mon sens, quand c’est possible. J’aime un rapport au savoir qui laisse la place à ce que nous ne savons pas tout autant qu’à ce que l’on peut savoir par la dynamique de la recherche, et rendant compte de la manière dont on sait.

Tant de questions peuvent se bousculer, propres aux enjeux et aux problématiques de chacun – comment faire pour qu’elles n’empêchent pas de faire, justement ?

Je n’ai pas de réponse, là encore je resterai sous la forme d’une question.

Vais-je réussir à écrire ?

Que vais-je écrire ? Que fais-je en écrivant ? Que fais-je ici finalement ?

A qui est-ce que je m’adresse ?

A moi-même ? Aux locataires précédents et à venir ? A tous les autres que je ne connais pas ?

Qu’ai-je envie de dire ?

En un mois ? Aurais-je le temps ce mois-ci ?

Suis-je lu ?

Pourquoi moi ? Serais-je à la hauteur ?

Ce qui me paraît intéressant dans la réflexivité par l’écriture qui se développe dans certains carnets de recherche et blogs de chercheur.se.s, c’est en particulier ce rapport au doute, constructif et non destructeur. Il ne rend certes pas les choses faciles. Et cela ne signifie pas pour autant que l’on tombe dans des questions existentielles. Je suis convaincue1 que le rapport au doute et à l’incertitude conditionne un rapport à la science, dans la recherche ou l’enseignement, qui n’impose pas des faits mais questionne toujours, qui n’estime pas détenir la vérité mais cherche toujours à tendre plus vers elle, à la contextualiser, à partir d’une posture, d’un lieu d’où l’on parle. Des doutes et des incertitudes qui permettent d’entrer en relation avec l’autre, de s’ouvrir à l’autre, à sa manière de penser, qui permet le décloisonnement, l’interdisciplinaire, sans ce placer soi-même sur un piédestal d’évidences.

« La responsable du programme de réinsertion me rappelle quelques jours plus tard et m’explique que si elle veut m’engager, c’est justement parce que j’ai ces doutes », Raphaële Bertho

C’est ce que j’ai retrouvé dans les écrits des habitant.e.s réflexif.ve.s : le doute globalement (à l’échelle du mois) plus moteur que médusant, ancrage d’une forme d’intérêt pour l’autre et ce qu’il peut nous apporter, y compris en nous déstabilisant, dans une critique constructive, qui revient à interroger ensemble la perspective que l’on s’est construit, non pas pour en dévaloriser les fondements mais pour les expliciter, les identifier, les partager mieux.

Photographies : Grégory Thonon, Licence CC-BY-SA

  1. du fait du travail effectué dans le cadre de ma thèse sur le rapport identitaire et culturel des scientifiques aux sciences []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *