“Écrire publiquement” – Avril 2012 – Jonathan Chibois

La suite des sommaires illustrés, mois après mois

En avril, Jonathan Chibois a investi l’espace numérique pour s’engager dans un questionnement sur le fait même d’écrire dans un carnet de recherche en ligne. Il s’est attelé méthodiquement à l’interrogation de cette pratique d’écriture « publique » et de ses enjeux, entre l’écriture pour le soi, parfois multiple, et pour le non-soi, le lecteur. La #Villa est alors devenu pendant un mois le lieu d’élaboration de sa réflexion en construction.

2 avril 2012 – [Édito d’avril] De quoi le carnet est-il le miroir ?

« Voilà trois mois que ce carnet de recherche nous emmène dans une spirale réflexive, déroutante mais stimulante, faites de métaphores, de confrontations et de lectures. Que soient ici remerciées nos trois agitatrices de neurones pour la dynamique insufflée et le chemin déjà parcouru, et plus personnellement pour m’avoir invité à apporter ma contribution à cet étrange édifice collectif. […] »

5 avril 2012 – Écrire (publiquement) pour penser

« […] La pensée vient par l’écriture, en ce qui me concerne en tout cas. Pour approfondir, déduire, contester, rebondir, bref pour avancer, j’ai besoin de rédiger. Pour les deux raisons (au moins) que sont la narration et l’audience, il n’y a que dans cet exercice que je parviens à me soumettre à une rigueur de définition, de hiérarchisation et d’argumentation. Ceci me fait dire que pour celui qui écrit, le texte final est souvent secondaire au vu de l’importance de l’écriture en tant qu’acte de production et de mise en forme de la pensée. […] »

10 avril 2012 – Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire

« L’ensemble des écrits constitués dans le cadre d’une recherche scientifique pourraient, comme Anne Vérin le suggère1, être organisés en deux catégories. D’un coté on trouverait les écrits dits alternativement “d’investigations“, “instrumentaux“, ou “de travail“, qui « accompagnent l’activité de [celui] qui cherche à apprendre : ils sont élaborés pour l’usage de l’auteur lui-même avant tout. Ils obéissent à une logique de la découverte », c’est-à-dire destinés à faire avancer chez le chercheur l’analyse et la compréhension des faits observés. D’un autre coté, on aurait, occupant une place à part, les écrits dits expositifs qui « sont une reconstruction à partir des écrits précédents [instrumentaux] mais obéissent à une logique différente. Il s’agit de bâtir un discours explicatif cohérent, où tous les éléments du raisonnement sont explicités, et qui soit convaincant pour un destinataire », c’est-à-dire ayant vocation à mettre en forme des connaissances établies dans une visée de communication. […] »

13 avril 2012 – La matérialité du travail d’écriture, selon Howard S. Becker

« Les lignes qui suivent sont un aperçu des pensées de Howard S. Becker, présentées dans l’ouvrage Writing for Social Scientists1 (1986). Les extraits sélectionnés ici proviennent de cet avant-dernier chapitre où l’auteur s’emploie à décrire l’effort physique de l’écriture dans sa matérialité, intitulé en français « Frottement » et traitement de texte, titre évocateur s’il en est. Je partage avec vous ces quelques extraits parce que je ne voudrais pas clore ce mois de réflexivité sans avoir au moins à un moment évoqué la question de la corporéité de l’activité d’écriture, même numérique. […] »

16 avril 2012 – Le carnet réflexif (II). Donner corps à sa pensée

« J’ai précédemment développé l’idée que l’activité d’écriture privée dans le cadre de l’écrit de travail (selon les termes de Anne Vignié) avait ceci de paradoxal qu’elle était amputé de toute forme de communication vers autrui. Ceci n’est à vrai dire qu’à moitié vrai, on peut tout à fait avancer l’argument que le soi-lecteur puisse être en certaines circonstances étranger au soi-auteur […] »

16 avril 2012 – La responsabilité littéraire des ethnographes

« En anthropologie, il semblerait que littérature et science ne fasse qu’un. L’ethnographe est de plus en plus reconnu comme un auteur qui, en élaborant un discours sur autrui, s’attache à reconstituer des phénomènes sociaux. Par une mise en mots, en phrases et paragraphes, c’est dans un processus créatif qu’il va développer et inhiber (toujours pour étayer son propos, mais pas nécessairement consciemment) certaines dimensions et compréhensions propres à la réalité observée sur le terrain. Même, on pourrait aller jusqu’à dire comme Ghasarian1 que la façon dont présente les choses (la forme) est aussi importante que ce que l’on présente (le fond). […] »

24 avril 2012 – Le carnet réflexif (III). Une forme nouvelle de récit ethnographique ?

« […] Quand Didier Fassin écrit que les problèmes d’accès au terrain rencontrés énoncent une vérité, il ne nous invite pas à nous résigner face à une demande sociale exprimée mais à faire de cette situation particulière un objet d’analyse. Objectiver des situations d’interactions pour en démêler les enjeux politiques spécifiques qui les traversent, voilà la tâche que se donne l’ethnographe quand il a conscience de ce qui se joue sur le terrain autour de sa présence. […] »

27 avril 2012 – Le carnet réflexif (IV). Penser en réseau, écrire en réseau

« […] Parcourir son propre carnet en ligne donne en effet mieux le sentiment de naviguer dans sa pensée, plus en tout cas que de naviguer dans une arborescence de fichiers. Quoique réellement pratique sous cette forme, la présentation du contenu sous une forme pile rétro-chronologique des billets n’est pas fondamentalement différente de la lecture à rebours d’un journal de bord, ce n’est pas ici que le blog possède sa spécificité à tant renouveler nos manières d’archiver, de classer, d’accéder à l’information, par une simplification drastique des procédures. […] »

30 avril 2012  – Le carnet réflexif (V). Être lisible plutôt que lu

« Voilà que touche à sa fin le mois d’avril, mon temps de parole est écoulé. Mon impression immédiate est de n’avoir fait qu’introduire mes réflexions à ce thème de l’écriture publique, alors même que je n’aurais pas pensé initialement en avoir tant à dire. Écrire (publiquement) sa pensée c’est courir après l’horizon, plus on avance, plus il y en a dire. CQFD. […] »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11/12/2012

    […] En avril, Jonathan Chibois a investi l’espace numérique pour s’engager dans un questionnement sur le fait même d’écrire dans un carnet de recherche en ligne. Il s’est attelé méthodiquement à l’interrogation de cette pratique d’écriture “publique” et de ses enjeux, entre l’écriture pour le soi, parfois multiple, et pour le non-soi, le lecteur. La #Villa est alors devenu pendant un mois le lieu d’élaboration de sa réflexion en construction.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *