“Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu avant de renvoyer les images” – Février 2012 – Mélodie Faury & invité.e.s

La suite des sommaires illustrés, mois après mois

Je suis entrée, accompagnée, dans la Villa Réflexive, au mois de février 2012, au cours duquel je souhaitais croiser les perspectives. Cette expérience d’écriture, souvent collective, parfois totalement solitaire, même si partagée ensuite, fut passionnante. Elle a considérablement enrichi mon travail de thèse que j’effectuais en parallèle (ou en entrecroisé) et y trouve une place explicite dans mon manuscrit final.

Prise par la dynamique des Espaces Réflexifs (échanges de préparation des billets, nouvelles idées, temps court limité au mois, commentaires et discussions induites, etc.), j’ai entrepris en février une sorte de marathon réflexif, dans un rythme de publication de billet que je n’ai pas encore retrouvé, et qui fut parfois assez éprouvant.

1 février 2012 – “Indéterminée

« Moment attendu et appréhendé tout à la fois, voici que les portes des Espaces réflexifs me sont ouvertes et que je peux m’y promener, m’y installer pour un mois… Que vais-je y faire ? Vais-je revoir la décoration de fond en comble ou au contraire garder la trace de sa précédente habitante ? Elle y a laissé beaucoup de choses, sa couleur, des images et des mots, des sons et des regards, son regard sur la réflexivité. […] »

2 février 2012 – “Annoncés

« Deux invités approchent… Ils ont accepté de partager un regard sur la réflexivité, à partir de leurs expériences de recherches. […] »

7 février 2012) – “Réflexivisée

« Peut-on être en permanence dans l’effort réflexif ? Comment éviter la paralysie du tout incertain ? Un balancement permanent… entre une source inépuisable de réflexions, et un puits sans fond dans lequel on peut se retrouver plongé. […] »

9 février 2012 – “Infusions de réflexivité

Ce billet reprend trois billets sur la réflexivité initialement publiés sur le carnet de recherche L’Infusoir, qui trouveront leurs prolongements dans de prochains billets publiés sur les Espaces réflexifs : D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines ; Pourquoi une UE “Sciences et société : éthique et communication scientifique ?” ; Éthique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité […] »

10 février 2012 – “Des regards qui se croisent… numériquement

« Le mois de février s’écoule et les regards se succèdent… J’hésite encore à introduire les prochains invités, je ne voudrais pas être trop solennelle. J’aime la simplicité avec laquelle leur propos s’installe, dans un espace que Marie-Anne Paveau qualifie désormais de “Villa réflexive”. Leur présence n’a finalement pas à être logique, ou particulièrement articulée, pour le moment. […] »

12 février 2012 – “ Qu’est-ce que la réflexivité ?

« Ce projet de carnet est né d’un intérêt a priori partagé pour les questions de réflexivité par les auteurs-invités et les responsables de la rédaction d’un mois à l’autre. Mais de quoi parlons-nous exactement les uns et les autres ? […] »

17 février 2012 – “Mais où est la production de connaissances ?

« Journée doctorale. L’occasion de découvrir la profondeur des questionnements des doctorants, de faire connaissance, les uns avec les autres et avec des problématiques. Nous avons tous des sujets très différents et pourtant la cohérence entre nous est évidente, au-delà de l’influence des travaux et des approches développés par notre directrice de thèse, nous partageons un intérêt commun pour les pratiques culturelles, les pratiques de communications, les pratiques de recherche, les rapports au savoir, selon une approche communicationnelle, parfois hybridée avec d’autres perspectives. […] »

19 février 2012 – “Matières de février

« Ce billet reprend les “Matières” du mois de février, citations glanées et donnant à penser au sujet de la réflexivité. La page Matière est en construction permanente. Elle est complétée au fil des jours, peut-être au fil des mois. […] »


Co-écritures

Avec Yann Calbérac –  6 février 2012 – “Parcours de la réflexivité

« Yann Calbérac : Quelles sont les règles du jeu du jour ?

Mélodie Faury : Et bien peut-être pouvons-nous essayer de construire ce fameux billet, que nous évoquons depuis quelques temps, sur nos parcours respectifs, en lien avec la réflexivité telle que nous l’abordons l’un et l’autre ? […] »

18 février 2012 – “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)

« Ce billet naît d’un article co-écrit avec Barthélemy Durrive et Julie Henry, intitulé “Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre“. Cet article a été rédigé à partir de l’expérience des séances du laboratoire Junior interdisciplinaire “Enquête sur l’homme vivant”, pour les actes du Colloque international “Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ?” – décembre 2010 (Publication des actes prévue début 2012). La version préprint de cet article est disponible en ligne. sur HAL-SHS. […] »

24 février 2012 – “Faire de la recherche sur la recherche : la réflexivité dans l’enquête – (Le Marec et Faury)

« Ce billet est constitué à partir d’extraits d’un article co-écrit avec Joëlle Le Marec, intitulé “Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs“. Il a été rédigé pour les actes du Colloque international “Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ?” – décembre 2010 (Publication des actes prévue début 2012). La version préprint de cet article est disponible en ligne sur HAL-SHS. […] »

Avec Frédérique Giraud – 13 février 2012 “Le carnet de thèse

« Quelle(s) place(s) donnons-nous au carnet de recherche dans nos pratiques de thèse ? Quelle(s) place(s) prend-il au fil du temps ? Ces questions, abordées récemment par l’une et l’autre, nous amènent à envisager et essayer de parcourir ici les rôles divers que peuvent endosser les carnets de recherche selon les doctorants qui les investissent. […] »

Les invité.e.s de février 2012

Barthélemy Durrive – Cogito, et encore ?

« C’est un lieu commun que de distinguer deux acceptions du mot “philosophie”, pour désigner bien séparément : – l’interrogation existentielle typique de certains âge de la vie (mais d’ailleurs en même temps tout le contraire : le flegme avec lequel les moins angoissés prennent ce genre de questions) ; – la discipline institutionnelle, technique et érudite, qui consiste à poser et approfondir rationnellement des problèmes d’un point de vue spéculatif en construisant des concepts. […] »

Baudouin Jurdant – Communication scientifique et réflexivité

« Le fonctionnement communicationnel des communautés scientifiques présente un paradoxe intéressant : autant les scientifiques se révèlent excellents communicateurs entre eux à l’intérieur d’un même paradigme, autant leurs tentatives de communiquer leurs résultats à des non-spécialistes rencontrent des problèmes si difficiles à résoudre que, bien souvent, ils se découragent et montrent alors une tendance à se replier sur eux-mêmes, nourrissant par là le mythe de la tour d’ivoire. […] »

Baudouin Jurdant – Écriture/lecture : questions sur la réflexivité

« Est-il possible de lire ce qu’on écrit au moment même où on est en train de l’écrire ? L’un des conseils que les professeurs de français donnent à leurs élèves, c’est évidemment de « se relire » après le point final de leur essai. “Se relire” : n’est-on pas ici en pleine réflexivité ? L’usage d’une forme réfléchie implique qu’ils se sont déjà lus auparavant et que cette première lecture était sans doute contemporaine de, conjointe à, voire contiguë à : l’acte même d’écrire. […] »

Baudouin Jurdant – L’évaluation est-elle un opérateur de réflexivité ?

« Je pose la question parce que, dans un dialogue qui m’impliquait, il y a quelques années, en tant que critique radical du principe même de l’évaluation, la personne qui s’opposait à cette critique, prétendait, en toute bonne foi, que, sans évaluation, on ne pouvait pas progresser, autrement dit, que l’évaluation était indispensable à cet exercice de réflexivité qui nous aide à nous améliorer, à penser mieux. Il prétendait qu’il s’agissait même – allons-y tant qu’on y est – d’une exigence de feed back ! Sans feed back, nous serions condamnés à l’errance, et de l’errance à l’erreur. […] »

Baudouin Jurdant – Réflexivité et poésie

« Question : la poésie est-elle réflexive ? Réponse intuitive : non. Un poème tient tout seul dans le monde. Il n’a besoin ni de son auteur, ni d’un lecteur quelconque. On pourrait penser que c’est la langue qui le fait tenir mais je crois que c’est l’inverse, c’est lui qui fait tenir la langue. Ce sont les arrangements de mots qui s’inventent ici ou là, partout en vérité, ce sont eux qui font littéralement vivre la langue.[…] »

Joëlle Le Marec – L’émergence d’une condition réflexive : le rôle de l’enquête sur les publics

« Dans mon habilitation à diriger des recherches, en 2002, je tentais de déployer les trois registres dans lesquels j’ai été amenée à éprouver puis essayer de maîtriser la mise en œuvre empirique d’une réflexivité qui ait de réels  effets sur le questionnement, sur l’enquête, sur l’analyse, sur les théories, mais aussi sur les choix d’organisation de la recherche, sur la partage entre ce qui est vécu comme la contrainte et analysé après coup comme une condition de la production des savoirs, et ce qui est assumé comme un choix qui opère comme une contrainte choisie. […] »

Julie Henry – Les commentaires : espace et outil de réflexivité, ou occasion d’exprimer ses marottes ?

« Tous les éléments semblent réunis pour faire des carnets de recherche un formidable outil pour la réflexivité. Nous avons ainsi : 1. Un passage par l’écrit … […] ; 2. … qui reste non définitif. […] ; 3. L’ouverture aux commentaires. […] Et pourtant, lequel d’entre nous n’est jamais resté bras ballants à la lecture d’un commentaire posté sur son billet, dont l’arrivée est pourtant scrutée et attendue avec impatience ? Rien de plus décevant, en effet, que l’absence de commentaire, comme si le billet ne donnait rien à penser…[…] »

Karine Texier – Dialogues

« J’ai des choses à te dire. Je veux te parler de ce qui me tient à cœur. Peut-être que ça ne te concerne pas, mais que tu vas m’écouter quand-même, avec attention et empathie, par amitié pour moi. Peut-être que tu me donneras ton avis. Peut-être que tu me donneras du réconfort. Peut-être que tu me donneras juste l’impression que j’ai de l’importance à tes yeux, parce que ce que je dis compte suffisamment pour que tu me donnes un peu de ton temps et de ton écoute. […] »

Marc Jajah – Le miroir, le labyrinthe et l’annotation

« J’ai probablement commencé à réfléchir aux pratiques d’annotations des autres dans le but d’améliorer les miennes. Je n’ai jamais en effet su que faire des annotations que je produisais sinon dans une situation d’urgence, c’est-à-dire lorsque j’avais à passer un examen et que le livre était heureusement autorisé (en prévision d’un sujet qui allait “tomber”, je construisais un inventaire1 qui recensait les annotations et les passages soulignés les plus importants du texte ; il me suffisait simplement de m’y reporter pour insérer des références dans ma dissertation ; la difficulté consistait alors à résister à la tentation de trop en mettre). […] »

Philippe Hert – Art, anthropologie et corps : la réflexivité du chercheur… et celle du clown.

« Mes recherches récentes portent sur la dimension communicationnelle de l’enquête de terrain telle qu’elle est pratiquée en particulier en anthropologie. Après avoir fait du terrain dans les laboratoires de sciences, j’explore à présent ce qu’implique de faire un travail de terrain, et notamment quelle y est la place du corps du chercheur. Je pense qu’il y a des formes de réflexivités qui émergent sur le terrain qui passent par le corps, et j’aimerais essayer de le préciser dans ce billet. […] »

Sarah Cordonnier – Acquérir l’outil réflexif ?

« Voici maintenant quatre ans que j’accompagne pas à pas, ou du moins d’assez près, un travail que les étudiants de premier cycle doivent réaliser dans le cadre d’un enseignement d’initiation aux méthodes des sciences sociales. Cet enseignement n’est pas à proprement parler un terrain, mais puisque je suis maintenant riche d’une expérience répétée (plusieurs fois par an pendant plusieurs années) ayant donné lieu à des centaines interactions écrites et orales (publiques), et ayant laissé une trace documentaire (en l’espèce, plus de deux cent de ces dossiers), il serait regrettable de ne pas mettre cela à profit pour parler de réflexivité ! […] »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *