Le miroir, le labyrinthe et l’annotation

J’ai probablement commencé à réfléchir aux pratiques d’annotations des autres dans le but d’améliorer les miennes. Je n’ai jamais en effet su que faire des annotations que je produisais sinon dans une situation d’urgence, c’est-à-dire lorsque j’avais à passer un examen et que le livre était heureusement autorisé (en prévision d’un sujet qui allait “tomber”, je construisais un inventaire1 qui recensait les annotations et les passages soulignés les plus importants du texte ; il me suffisait simplement de m’y reporter pour insérer des références dans ma dissertation ; la difficulté consistait alors à résister à la tentation de trop en mettre). Souvent, les pratiques d’annotations ne révèlent ainsi pas seulement les opérations intellectuelles à l’œuvre dans la lecture (encore qu’il faut se méfier de cette tendance de la bibliographie matérielle à reconstituer la géographie mentale d’un lecteur à partir d’elles) mais la manière dont une vie s’organise.

La mienne est ainsi dispersée, comme mes annotations : je suis incapable de me concentrer sur un seul livre ou sur une seule tâche (voire d’en commencer une, paralysé par toutes celles que je dois faire, quand il suffirait de faire un pas au lieu d’envisager la marche comme un ensemble de pas simultanés). Je produis ainsi, simultanément, sur plusieurs œuvres, des annotations que je lance comme des têtes chercheuses (ou des hameçons) dans l’espoir qu’au moment des retrouvailles j’aie assez de distance pour les visualiser sur l’écran du ciel.

Photographie : AlAcia, certains droits réservés (Creative Commons)

Analyser les pratiques d’annotations revient donc – je le réalise – à voir comment les autres s’organisent et peut-être même comment ils vivent (un annotateur me disait ainsi s’être senti “nu” après la lecture de son portrait). Chaque fois que je rencontre un “sujet” (souvent des amis), c’est en effet l’occasion d’évoquer, à partir d’une empreinte dont, comme l’enquêteur, je tente de retrouver l’origine, après avoir déterminé son degré de proximité avec ce même annotateur, c’est toujours l’occasion, donc, d’évoquer une expérience, un épisode de vie, de suivre le fil que le lecteur a déroulé sans se rendre compte qu’il construisait parallèlement la carte de son savoir, d’autant plus élaborée qu’elle a été mise lentement et naturellement au point selon des processus de tâtonnements et d’ajustements qui répondent à des travaux précis.

À voir comment les autres travaillaient, j’ai bien évidemment été tenté de les copier; en vain. Il me fallait en effet d’abord comprendre que, malgré la régularité des pratiques d’annotations depuis l’antiquité (les annotateurs pensent souvent que leur système est unique, quand il est tributaire d’un héritage), je devais, avant d’en construire ou d’en suivre un autre, prendre d’abord conscience du mien et de sa singularité – c’est-à-dire l’analyser. Je réaliserais alors sans doute que si, depuis des années, malgré le chaos apparent de mes annotations que je rêve d’ordonner en cosmos, je finis toujours par (me) retrouver (dans) ce que je (re)cherche, c’est parce que j’ai bâti, comme tout lecteur, un labyrinthe mémoriel qui n’est que l’autre nom du miroir.

Pour citer ce billet :

Jahjah, Marc (3 février 2012) “Le miroir, le labyrinthe et l’annotation”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le… http://reflexivites.hypotheses.org/476

  1. Au XVI°s, c’était l’autre sens du terme “annoter” que nous retrouvons cependant dans nos techniques d’annotations []

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Marc Jahjah dit :

    Bonjour Mélodie,

    je prépare justement « Pratiques d’annotations (X) : sacralisation et séparation » où l’on verra comment un lecteur, pour préserver l’autel du livre, produit une image du livre (c’est-à-dire une photocopie) pour éviter d’avoir à écrire dessus. Ce n’est pas qu’il entretiendrait un rapport fétichiste au livre, c’est qu’il tient à « séparer » (c’est l’origine du sacré) les opérations de lecture et d’écriture de manière à éviter qu’elles ne se confondent dans un même objet.

    Ta pratique est en partie celle de la pleine conscience, soit cette technique qui consiste à se rendre présent au texte en l’annotant (« m’imprégner des idées de l’auteur »). Je trouve par ailleurs très importante l’évocation de la position corporelle : les postures du corps qui lit déterminent en effet des stratégies de lecture et des positionnements intellectuels du lecteur face au texte. Elles révèlent également des régimes de lecture (on lit par exemple de manière plus décontracté à la plage, d’où les magazines).

    Que veux-tu dire par annotations qui « n’entrent pas dans le livre » ? Qui ne se réfèrent pas au texte ou qui ne sont pas produites géographiquement à côté de ce texte ?

  2. Mélodie Faury dit :

    Merci beaucoup Marc pour ce billet. Il nous touche visiblement.

    Ta recherche me parle du rapport intime que nous entretenons avec le livre, avec l’objet, avec l’auteur. J’ai mis du temps à écrire dans un livre et à comprendre que certains puissent le faire. Ma propre pratique vient, je crois, de l’envie de m’imprègner des idées de l’auteur pour trouver des échos, des liens. La lecture annotée, je ne la fais ni n’importe où, ni dans n’importe quelle position. Elle me demande comme un conditionnement : je n’entretiens pas le même rapport avec un texte selon que je l’annote ou non.
    Trouves-tu parfois des annotations qui « n’entrent pas dans le livre » ?

  3. Stéphanie Messal dit :

    Bonjour Marc !

    Merci pour ce billet à propos des annotations.
    J’aurais bien aimé voir un exemple de tes annotations. Peut-être n’ai je pas encore suffisamment parcours ton blog « So book online » pour les trouver.
    Ensuite, est-ce que les noms que l’on trouve écrits en début d’ouvrage sont considérés comme des annotations ? Je parle ici du nom de la personne qui possède ce livre. Je pense à cela en lisant le commentaire de Julie.

    Merci d’avance. :^)

    • Marc Jahjah dit :

      Bonjour Stéphanie,

      pour répondre à ta question, les noms écrits en début d’ouvrage sont des marques de propriété (ce que les historiens du livre appellent des ex-libris) et ne peuvent donc pas être assimilés à des annotations (segment textuel porté en regard d’un autre).

      Marc

      • Stéphanie Messal dit :

        Merci !

        Je m’interrogeais d’autant que j’ai trouvé des partitions sur lesquelles il y a parfois deux noms mais nullement écrits côte à côte mais l’un sur l’autre comme si on avait voulu imposer son nom en signe de nouvelle possession.

  4. Julie Henry dit :

    Ton billet ravive en moi une émotion enfouie : le profond plaisir que j’ai à déchiffrer discrètement (comme si j’entrais dans un jardin secret…) les annotations d’un inconnu, sur un livre acheté d’occasion. Et j’aime d’ailleurs beaucoup acheter des livres d’occasion, déjà habités par d’autres, et moins intimidants que les livres neufs, d’une blancheur immaculée, un peu comme une page blanche devant laquelle on craint de sécher…
    Je crois qu’il peut y avoir un profond détour réflexif, dans la lecture de ce que d’autres ont annoté : à la fois parce que chaque pratique d’annotation est personnelle (l’autre ne pense donc pas « à notre place »), et parce qu’elle propose dans le même temps un autre regard que le nôtre, nous invitant dès lors à penser.
    Bravo pour ce très beau carnet de recherche, riche, stimulant et … aux effets pratiques et concrets de réflexivité !

    • Mélodie Faury dit :

      Chère Julie, peut-être l’as-tu déjà remarqué et si c’est le cas je m’en excuse, mais ce billet a été écrit par Marc Jajah, dont je trouve le sujet de thèse passionnant ! Tu trouveras bien d’autres billets de sa main sur son blog de « remarques » au fil de son travail de recherche.
      Merci beaucoup pour ton commentaire et pour ton retour sur ce projet de carnet collectif 🙂 !

    • Marc Jahjah dit :

      Bonjour Julie,

      il y a en effet de l’enquêteur dans le déchiffeur d’annotations à ceci près que ce lecteur entretient avec elles un rapport plus intime (je parlerais volontiers de « sécrétions scripturales ») parce que les traces ainsi laissées s’apparentent à des offrandes. Mais seulement dans certaines conditions. Ainsi de ce lecteur qui me disait par exemple regretter que son prédécesseur ait balisé si grossièrement son parcours au crayon, sans penser à celui qui recueillerait son livre. Dans le premier cas, donc, ces annotations prennent la forme de dons alors que dans le second cas, ce sont plutôt des ex-libris, des marques de propriété si fortes qu’elles rendent le livre difficilement habitable.

      • Julie Henry dit :

        Merci beaucoup pour ce retour, je lirai les autres billets vers lesquels me guide Mélodie avec beaucoup d’intérêt !
        C’est tout à fait juste : certaines annotations nous montrent trop du doigt (de la plume, ou du bout de la mine ?) ce qui est à relever pour nous inviter encore à penser ; pour ma part, ce sont les soulignages ou les surlignages dans le texte même qui troublent mon regard.
        Les annotations auxquelles je pensais (que tu nommes si joliment « offrandes ») sont plutôt ces quelques mots, elliptiques et parfois mystérieux, discrètement tracés en marge ; faisant souvent référence à des pensées inconnues de l’annoteur (?), à des échos du texte en lui, ils alimentent notre imaginaire, et suscitent alors en nous mille pensées, qui n’ont d’ailleurs peut-être rien à voir avec ce qui traversait l’esprit de celui ou celle qui les a tracés… A moins qu’ils ne nous suggèrent quelque nouvelle lecture, instaurant ainsi sans le savoir un dialogue à distance !

  1. 24/02/2012

    […] l’accès à de l’information digne de confiance et des outils qui autorisent la création, l’annotation et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *