« Cette connaissance intime du sujet »:sur Lucien Febvre

Commencer une réflexion épistémologique et politique sur les rapports qu’entretiennent les historiens du mouvement ouvrier avec leur sujet d’étude en évoquant Lucien Febvre peut sembler étonnant. En effet l’historien est avant tout connu pour être un des grands spécialistes du XVIème, auteur de livres toujours de référence comme Le problème de l’incroyance au XVIème siècle. La religion de Rabelais[1]  pour ne citer qu’un seul titre, ou surtout comme le co-fondateur avec Marc Bloch de la revue Annales Histoire Economique et Sociale (1929) qui allait devenir une référence intellectuelle en même temps que le support de la principale école historique en France sou l’appellation d’ « école des Annales ».

                Pourtant la revue Le Mouvement Social a publié il y a quelques mois une série de conférences inédites faites par Lucien Febvre en 1919 et 1920[2] ; le thème principal en était l’histoire du syndicalisme en France et on y découvre un historien du mouvement ouvrier au travail et qui s’interroge sur son objet selon une démarche réflexive. Ces conférences sont publiées avec une très intéressante analyse de Jean Lecuir qui permet de les replacer dans leur contexte[3]. On y découvre surtout un Lucien Febvre militant socialiste très sensible à la question sociale et à son étude d’un point de vue historique. Ce sera donc le point de départ de ce nouveau billet, mais j’y ajouterai également quelques éléments d’analyse d’autres textes de Lucien Febvre comme par exemple cet article publié dans les Annales en 1935 « Techniques, sciences et marxisme » [4] où l’historien confronte sa méthode à l’utilisation du marxisme en faisant plusieurs références à l’histoire du mouvement ouvrier. On pourra ainsi mieux poser quelques jalons d’une connaissance d’un historien au travail considérant « cette connaissance intime du sujet [5]» qu’implique parfois un sujet d’étude en histoire.

Les conférences sur le syndicalisme 1919-1920

                Les conférences présentées dans Le Mouvement Social sont inédites et n’apparaissaient pas dans la bibliographie des travaux de L.Febvre. Pourtant, l’historien semble y avoir accordé de l’importance puisque ces archives montrent qu’il a régulièrement amendé les fiches accompagnant ces conférences faites en 1920 à la Sorbonne sans doute dans le cadre d’un enseignement d ‘un autre historien, Henri Hauser. Comme l’explique Jean Lecuir dans sa présentation très complète, Febvre s’essaie à une «histoire immédiate» concernant le syndicalisme français en étudiant ses spécificités, ses rapports avec le parti socialiste et ses principales caractéristiques du milieu du XIXe siècle jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Insistant sur la matrice syndicaliste révolutionnaire (avec la figure centrale de Proudhon), Lucien Febvre détaille les principales étapes du mouvement syndical et socialiste jusqu’aux interrogations nées de 14-18. Dans les premières pages, l’historien explique en outre sa démarche, que l’on retrouve aussi dans bien d’autres travaux qu’il a par la suite rédigés : mise au point bibliographique, étude de l’étymologie du mot «syndicat», inscription du mouvement ouvrier dans un contexte social et économique plus large, tant en accordant de l’importance aux acteurs de cette histoire ; ce sont ici les composantes de ces conférences qui obéissent à une démarche historienne que l’on peut retrouver dans les travaux réalisés dans le cadre de la première mouture de la revue des Annales . Peut-être d’ailleurs a-t-on eu trop tendance à considérer que ce courant historiographique négligeait la question du politique, ce que contredisent ici les textes des conférences retrouvées.

Une démarche réflexive ?

                Mais la publication du texte des conférences de Febvre offre également un autre intérêt concernant la démarche de l’historien et sur son rapport à ce sujet d’étude. En effet, on peut le voir au travail, consultant et amendant ses fiches, réfléchissant sur le papier aux questions que le sujet implique selon un processus qu’il nomme lui-même « l’histoire-problème ». Et c’est surtout dans l’introduction à son essai qu’il formule quelques principes de recherche toujours d’actualité :

        –  Tout d’abord le mouvement ouvrier est  « un mouvement qui ne laisse, qui ne peut laisser indifférent personne de nous »[6] et l’étudier implique deux inclinaisons contradictoires « avec l’arrière pensée soit de le suivre, soit au contraire de le combattre ». Est posée dès le début la question de l’objectivité de l’historien mais aussi du lecteur à propos de cet objet d’étude.

     – Ensuite Lucien Febvre évoque le rôle des acteurs dans la construction de leur propre histoire, aspect qui m’intéresse également beaucoup. Sa position est simple, radicale et mérite d’être rappelée : « Les hommes qui prennent part au mouvement syndical ne sont naturellement pas des historiens ;ils se soucient fort peu de l’histoire. Elle leur fait l’effet d’une embaumeuse – et eux, ils vivent, ils veulent vivre, sans se soucier de ce que deviendra leur cadavre ». Je dois dire que ce passage m’a particulièrement intéressé, d’autant que l’on pense trop peut-être aujourd’hui que les acteurs de l’histoire souhaitent laisser des traces de leurs actions, de leurs pensées ou de leurs interrogations. Ici Lucien Febvre nous indique qu’il n’en est rien et que c’est justement tout le travail de l’historien que de réussir à mieux connaître le passé sans que l’histoire soit une déplorable «embaumeuse».

        –  Enfin l’historien s’interroge aussi sur ce qui permet aux chercheurs d’étudier ce sujet : il y a pour lui une « façon presque fatale » de faire l’histoire du mouvement ouvrier : « je parle des historiens, qui se prétendent impartiaux et qui sans doute font l’effort pour l’être. Mais il est bien rare que leur impartialité s’accompagne de cette connaissance intime du sujet qui seule pourrait l’éclairer vraiment ». Ce dernier passage  clarifie la démarche de Lucien Febvre et l’inscrit dans un processus réflexif d’une pratique de l’histoire : on voit tout d’abord qu’il prend de grandes précautions avec la supposée « impartialité » des historiens qui n’est que trop souvent un jugement de valeur qui s’ignore[7]. Surtout il affirme ici la nécessité d’une connaissance intime du sujet, ce qui éviterait des jugements partiaux et faussées. Dès lors se pose un autre problème : qu’est-ce qu’une « connaissance intime » du sujet et comment en tant qu’historien peut-on y parvenir ?

Lucien Febvre historien du mouvement ouvrier mais aussi militant ?

                Il y a tout d’abord quelque chose de paralysant à bien y réfléchir dans cette affirmation: une «connaissance intime du sujet » ne signifierait-t-elle pas qu’il faut participer obligatoirement à une action pour pouvoir ensuite en rendre compte selon les règles scientifiques de l’histoire ? Ce serait faire dire à l’historien du XVIème siècle ce qu’il ne dit toutefois pas, et de toute façon comment revenir en arrière dans le temps ? Non, sans doute Lucien Febvre insiste sur ce point pour en déduire deux  éléments importants : tout d’abord l’historien doit chercher au maximum quel que soit son objet d’étude à connaître en profondeur ce qu’il souhaite étudier et donc à mobiliser toutes les connaissances possibles et les méthodes appropriées, y compris si elles sortent de la discipline historique à proprement parler. On reconnaît là le manifeste de l’école des Annales qui insiste sur la nécessaire utilisation des autres sciences sociales pour pratiquer la recherche en histoire. Mais surtout Febvre dans le cas de sa tentative d’histoire immédiate du mouvement ouvrier en France fait référence à sa propre « connaissance intime du sujet ».

                En effet, et l’article de Jean Lecuir qui accompagne la publication des conférences le montre parfaitement, Lucien Febvre a été un militant socialiste avant 1914. Membre de la SFIO à Besançon, il écrit dans le journal de la fédération socialiste de la Franche-Comté et y affirme des opinions tranchées sur les débats et l’action nécessaire au sein du mouvement socialiste. Il est en particulier proche des conceptions du syndicalisme révolutionnaire proudhonien et cette influence se retrouve dans son histoire du mouvement ouvrier qu’il propose ensuite dans ses conférences. L’historien est ici donc également socialiste et s’il se détache de l’action militante après 1918, il semble que cela soit davantage faute de temps que la conséquence d’une disparition de la sensibilité socialiste de l’historien.

Quelques premiers éléments de réponse : comment trouver la bonne distance ?

                La publication des conférences inédites de 1920 fournit  donc un très bon champ d’analyse des questions que je veux aborder ce mois ci dans la Villa réflexive. Lucien Febvre offre ici le cas d’un jeune historien à l’époque, formé à l’action militante, qui choisit comme sujet d’étude, parmi d’autres,  le mouvement ouvrier pour lequel il a un attachement fort. Se faisant, il tente de concilier les deux démarches, celle de l’historien et celle du militant, et l’on peut voir d’ailleurs que la première prend le dessus sur la seconde. Il n’est d’ailleurs pas anodin que Lucien Febvre au même moment élabore un modus operandi qui restera ensuite parmi les méthodes de recherche historique auxquelles on fait toujours référence. Peut-être cherche-t-il, en préparant ces conférences, également la bonne distance entre le processus scientifique et la sympathie pour son sujet d’étude.

                Mais il me semble nécessaire ici d’aller plus loin pour continuer à examiner les rapports entre engagement et distanciation dans le travail de Lucien Febvre. Il n’est pas dans mon intention ni dans mes compétences d’analyser ici ses recherches historiques, mais j’ai voulu en savoir davantage. J’ai déjà dans mon carnet de recherches expliqué que les Combats pour l’histoire  avaient été une lecture déterminante dans ma formation d’historien. J’ai donc consulté les premiers numéros des Annales d’Histoire économique et sociale à la recherche de ce que Febvre pouvait avoir écrit sur le sujet. J’ai ainsi trouvé un article qui est une recension d’ouvrage – ce qui était très fréquent pour Lucien Febvre – à propos de l’utilisation du marxisme dans la science. Dans cette recension du livre A la lumière du marxisme, le cofondateur des Annales exprime deux idées en lien avec le sujet abordé : tout d’abord il explique ce qu’il retient du marxisme et ensuite il explique la démarche scientifique de l’historien. Il me paraît utile de comparer ce texte, datant de 1935, aux conférences déjà citées.

      Lucien Febvre s’avoue tout d’abord un peu déçu à la lecture de ce livre qui rassemble une série de conférences faites au cercle de la Russie Neuve, une organisation liée au PCF ; un de ses anciens amis lorsqu’il était étudiant, Henri Wallon en a rédigé l’introduction. Déçu pourquoi ? Pour l’historien, il ne faut pas avant tout considérer le marxisme comme une doctrine figée dans le marbre et formant un dogme auquel tous les scientifiques devraient se référencer. Défendant l’apport de Proudhon – encore une fois- dans la généalogie du marxisme et du mouvement ouvrier, Febvre explique : « l’historien se garde de nier ce qui a été, ce qui a produit, ce qui a compté. Il l’étudie »[8]. S’il est nécessaire d’utiliser selon Lucien Febvre le marxisme, cela doit se faire selon des principes clairs : il faut aussi tenir compte de la « confrontation, de [la] collaboration avec la pensée, les soucis, les passions des hommes qui, seul, donne la vie aux idées des livres »[9]. Pour lui revenir au marxisme originel n’a aucun sens et vouloir l’enfermer dans une doctrine stricte comme les communistes entendaient le faire dans les années Trente est impossible et nocif : « en tant qu’historien des sociétés humaines, j’avoue le mal comprendre et n’en ressentir surtout que la gêne incommode et la complication ». Et Lucien Febvre termine sa recension par une image bien choisie à propos des scientifiques de toutes les disciplines qui pensent donner au marxisme une importance cruciale dans leurs travaux : « vous continuerez à rouler de vos deux bras tendus, le rocher du Matérialisme historique jusqu’au sommet du Pic Karl Marx. Les historiens suivront de loin – à la lunette – votre ascension. Après quoi, le rocher glissera le long de la pente »[10].

         Febvre ne souhaite donc pas s’enfermer dans un système cloisonné, que ce soit dans sa pensée scientifique ou que ce soit dans des impératifs idéologiques. Il affirme surtout la primauté de la méthode historique et il définit la pratique du chercheur : « un travail qui a des parties machinales, de recherche, de classement, de dépouillement, de transcription surtout – et qui, par conséquent laisse libre assez souvent l’esprit du chercheur – libre d’imaginer, de rapprocher, de broder ses observations en marge des textes »[11]. Les historiens ne doivent pas être des doctrinaires qui se réfèrent sans cesse aux grands penseurs, même Marx : « parlez concret à des travailleurs du concret. Marx ? Qu’il subisse le sort commun. Que ses idées peu à peu se fondent dans un anonymat qui n’a pas de quoi nous scandaliser »[12].

       En lisant cela, on pourrait penser que Lucien Febvre a définitivement trouvé la bonne distance face au marxisme et à l’étude du mouvement ouvrier, mais pourtant il continue par la suite à se confronter à ces objets d’étude. Il faut dire que l’historien continue de suivre le mouvement social dans l’entre-deux-guerres puisqu’il adhère au CVIA (Comité de vigilance antifasciste) et participe à différentes mobilisations de la gauche antifasciste[13]. Il préside également en mars 1936 une réunion où les penseurs marxistes qui avaient participé au volume collectif À la lumière du marxisme reviennent sur leurs intentions. Georges Friedmann en fait le compte rendu le 15 mars 1936 dans le quotidien communiste L’Humanité et insiste sur la bonne entente entre d’une côté les marxistes membres du Parti communiste et Lucien Febvre qui explique les rapports distanciés mais courants qu’il entretient avec le marxisme. On peut donc voir ici que l’intellectuel participe à des réunions où il doit discuter son argumentation et qu’il n’hésite pas, même s’il s’oppose à tout esprit de système et à toute tentative d’endoctrinement, à participer à une réunion en compagnie de scientifiques du PCF.

Les écrits de Lucien Febvre ont été rassemblés dans la collection " Bouquins" sous le titre "Vivre l'histoire"

Quel premier bilan d’étape ?

                En relatant ici quelques éléments du parcours de l’historien Lucien Febvre, j’ai tout d’abord bien conscience de ne pas être complet : il faudrait également évoquer son rôle dans la direction de l’Encyclopédie française[14] qui paraît dans l’entre deux guerres ou encore s’arrêter sur l’épisode de la reparution de sa revue durant l’occupation allemande[15] pour commencer à être plus complet sur l’évocation de son parcours intellectuel. Toutefois c’est la question de la démarche réflexive d’un historien proche à certains moments du mouvement ouvrier qui souhaite étudier ce même mouvement ouvrier ou discuter de l ‘importance du marxisme que je souhaitais mettre en valeur. Cette analyse discontinue me semble apporter quelques éléments intéressants pour mieux comprendre l’ « engagement et la distanciation en histoire ouvrière». Tout d’abord, on voit que Lucien Febvre dépasse la question de l’objectivité/subjectivité en interrogeant d’autres considérations bien plus importantes : comment travailler sur un sujet d’histoire immédiate ? Quelle pratique de la réflexivité, même si le mot n’est pas évoqué, doit-on mettre en place ? Et surtout de quelles impasses l’historien doit-il se détourner pour mener à bien sa recherche ? Les conseils de Lucien Febvre me semblent aujourd’hui d’actualité. Mais pour approfondir ma réflexion, il me faut  continuer l’évocation du parcours d’autres historiens. Le prochain billet concernera ainsi Georges Lefranc, un historien du socialisme qui a été également militant socialiste. Dans son cas, peut-être que faire l’histoire du socialisme fut une forme de résilience par rapport à son passé de militant. A découvrir dans quelques jours.


[1] L.Febvre, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle.La religion de Rabelais, 1ère édition en 1942.

[2]  L.Febvre, «Quatre leçons sur le syndicalisme en France (août- septembre 1919 et été 1920 », Le Mouvement social, n°238, 2012/1, pp.17-51.

[3] J.Lecuir «L’originalité du syndicalisme français selon Lucien Febvre », Le Mouvement social, op.cit., pp.3-15

[4] L.Febvre «Techniques, sciences et marxisme », Annales d’histoire économique et sociale, n°36, novembre 1935, pp. 615-623.

[5] L.Febvre , «Quatre leçons sur le syndicalisme en France», op.cit., p.17

[6] Les citations qui suivent sont toutes issues du texte des conférences, L.Febvre, op.cit.

[7] On retrouve ici une attaque contre l’école méthodiste en histoire qui à époque domine le champ historiographique. L’école des Annales se construit contre cette vision naïvement « impartiale » du travail de l’historien.

[8] L.Febvre «Techniques, sciences et marxisme » op.cit., p.618

[9] L.Febvre «Techniques, sciences et marxisme » op.cit., p.621

[10] L.Febvre«Techniques, sciences et marxisme » op.cit.,p.623

[11] L.Febvre«Techniques, sciences et marxisme » op.cit.,p.621

[12] Ibid.

[13] Voir sur ce point la notice biographique parue dans le Maitron rédigée par Nicole Racine.

[14] Sur ce point on lira le très bon numéro spécial des Cahiers Jaurès « Lucien Febvre et l’Encyclopédie française », 2002/1-2, n°163-164 consultable en ligne ici.

[15] Philippe Burrin  l’a évoqué en quelques pages dans son livre La France à l’heure allemande, Paris, Seuil, 1995, déclenchant une polémique. On pourra lire cette lettre publiée dans le quotidien Libération au moment de l’affaire par la femme de Fernand Braudel qui défend la position de Lucien Febvre.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Brigitte Mazon dit :

    Bonjour,
    j’ai apprécié votre mise en perspective du texte inédit de Lucien Febvre et de l’analyse de Jean Lecuir. La conscience de ne pas « être complet » vous honore, mais il est regrettable que sur la question de l’attitude de Lucien Febvre pendant l’occupation allemande, vous citiez la très mauvaise querelle faite à Lucien Febvre par Philippe Burrin et quelques autres qui n’avaient ni vérifié leurs sources ni cherché à compléter leurs informations. Lisez à ce sujet la très éclairante postface de Denis et Elisabeth Crouzet d’un autre inédit de Lucien Febvre, tout récemment édité : Nous sommes des sang-mêlés. Manuel d’histoire de la civilisation française, ed. Albin Michel, 2012, 392 p. Lisez ce texte étonnant et oubliez la méchante polémique qui a causé bien du tort à la mémoire de Lucien Febvre.
    Brigitte Mazon

    • Benoît Kermoal dit :

      Bonjour
      Merci beaucoup pour votre commentaire et pour vos précisions. Je n’ai pas encore lu le livre que vous évoquez mais je vais m’empresser de le faire . En ce qui concerne la polémique née du livre de Burrin,vous avez raison mais comme j’ai commencé à lire L.Febvre au moment de la sortie de « La France allemande » lorsque j’étais étudiant (peut-être que c’est d’ailleurs à cause de cela que j’ai commencé à lire un livre qui m’a beaucoup marqué: »combats pour l’histoire »)j’ai cru devoir l’évoquer rapidement.Merci encore pour votre lecture attentive

  2. drmlj dit :

    Bonjour Enklask,
    Je n’ai pas la culture historique et philosophique pour apprécier autant qu’il le faudrait ton billet. Je me raccroche donc aux phrases que je comprends et aux images. J’aime beaucoup la couverture du livre où l’on voit L. Febvre dans un fauteuil de jardin, à la fois détendu et en même temps d’une certaine tenue, très bon choix donc pour ce billet, qui me fait comprendre par la métaphore ce que tu expliques.
    Ensuite, je profite de cette invitation dans cette villa pour t’envoyer des fleurs, puisqu’il est d’usage de ne pas arriver les mains vides quand on est invité : ces fleurs seront des compliments et surtout des remerciements à savoir partager ta culture et tes passions, à me faire découvrir plein de livres et d’auteurs, à proposer ton point de vue d’historien pour me permettre de ne pas me « cloisonner » à mon point de vue (conditionné) de littéraire.
    Merci à toi.
    Delphine Regnard

    • Benoît Kermoal dit :

      Merci pour ton commentaire ! C’est une des choses que j’aime beaucoup ici , ces échanges sur des domaines où avant de lire on ne connaît pas grand chose, bref ce décloisonnement qui permet d’emprunter des briques à d’autres pour construire peu à peu un bout de mur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *