Aperçus vie de bureau, semaine 26, prendre congé

Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi. Au vélux saisir le bleu quand il s’en présente. Cette semaine je ne fais pas le détail : j’essaie de consacrer le plus de temps possible à écrire ce chapitre d’ouvrage collectif dont j’annonçais ici même fièrement, semaine 23, que ma dead line avait reculé d’un mois. Reculé pour mieux sauter et nous y sommes. Je dirais seulement que l’ouvrage collectif en question, sur les femmes et la musique, France et Italie, entre Renaissance et Romantisme, est issu de deux événements auxquels j’avais participé : à Naples, en janvier 2010, une session du Congrès de la Società italiana delle Storiche, organisée par Caroline Giron-Planel, et à Versailles en mars 2011, une journée d’étude du Centre de musique baroque, organisée par Catherine Deutsch. Dans les deux cas, aux côtés de musicologues, j’intervenais comme historienne de l’éducation, pour évoquer les pratiques musicales dans l’éducation des filles au XVIIIe siècle. J’écris donc un texte sur la base de ce que j’avais présenté, deux interventions qui étaient complémentaires. Mais pour moi, parler et écrire sont deux choses radicalement différentes, donc je reprends quasiment tout à la base puisque je parle toujours avec juste un fil conducteur et des notes sous les yeux, jamais de texte écrit à l’avance qu’il me suffirait de faire surgir, d’un clic, de l’ordinateur quand on me le demande pour publication.  D’où mon retard à rendre ma copie, sans compter qu’il me faut fondre les deux interventions en 50 000 signes maxi et qu’entre temps j’ai complété mes matériaux. Aux Archives Nationales, après avoir (avec quelques difficultés) pu consulter une thèse de l’école des Chartes, inédite, de 1978 consacrée aux maîtres de musique parisiens du XVIIIe siècle (je ne comprends pas, d’ailleurs, qu’une thèse soutenue dans une école nationale dont les élèves sont fonctionnaires ne soit pas librement accessible), m’a lancée sur de nouvelles pistes, et ce matin même (j’écris vendredi soir) j’étais encore au département de la musique de la BnF, rue Louvois.

Et puis, c’est la fin du mois, je remercie mes visiteuses et visiteurs et referme la porte de mon bureau. J’ai bien apprécié le séjour à la villa réflexive et en souhaite d’aussi heureux aux locataires à venir. Je regrette juste, et prie qu’on m’en excuse, qu’en ce mois de juin, comme tous les mois de juin, parant au plus pressé je n’avais à offrir, ici, de réflexions qu’assez au ras des pâquerettes… Heureusement les fantômes de Morwenna Coquelin sont passés par là, grand merci à elle.



Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Merci Marie-Anne, c’est un vrai plaisir tous ces croisements ici, et constater l’évidence de ces écritures et réflexions partagées sans oeillères disciplinaires chez les collègues plus jeunes un grand soulagement quand on a longtemps fait son chemin dans un paysage assez cloisonné !

    • Mélodie Faury dit :

      Une évidence partagée, ressentie, mais tellement facile à perdre au quotidien de nos recherches – la villa est de plus en plus précieuse, à mesure que se renforce cette évidence et que les pièces éclosent.
      Merci pour vos mots semés ici !

  2. Marie-Anne Paveau dit :

    merci martine de ces fragments de chronique hebdomadaire, qui font écho aux chroniqueurs de morvenna, donnant à ce mois de juin son unité thématique – bon retour chez toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *