Aperçus vie de bureau, semaine 25

Lundi. Au vélux très léger mieux : j’ouvre un peu plus grand. Ce qui ne va pas mieux, c’est que deux semaines sur les quatre du mois de juin ont déjà passé  sans que je me reconnecte à Sirhus pour tenter d’y loger les 4 fiches sur 5 qu’il me reste à renseigner – pour parler formulaire – avant que mon DAA soit soumis à toutes les validations nécessaires. Donc je m’y colle et copie-colle autant que je peux. Mais 4540 signes pour raconter tout ce que j’ai fait depuis un an c’est court, et Sirhus coupe sans prévenir ni pitié (ceci est un zeugme a l’attention de Benoît Melançon collègue dix-huitiémiste québécois qui en est collectionneur) tout ce qui dépasse. Sur ma fiche, les activités d’expertises en font les frais : obligée de reprendre depuis le début et de comprimer drastiquement. Et je n’en suis qu’à la fiche 2.

Mardi. C’est la saison : des chaises surgissent dans tous les couloirs et sur tous les paliers de l’école normale supérieure. Chaises mises à la disposition des candidats admissibles à l’issue des épreuves écrites aux concours d’entrée et qui attendent, devant les portes closes des salles réquisitionnées, leur heure de passage à l’oral. Et chaque année je ne peux m’empêcher de penser qu’à leur âge je ne savais pas que cette école existait et qu’au lycée, l’année du bac, je n’avais même jamais entendu parler des classes destinées à préparer ce concours. Au tout début des années 1970, au temps où le célèbre ascenseursocial voulait bien prendre encore quelques passagers, à celles et ceux embarqués au rez-de-chaussée, toute l’information utile pour s’orienter dans les étages ne parvenait pas forcément.

Mercredi. Arrivée hier au bout du bout des fiches à onglets du DAA – sauf que mes besoins en formation ne m’apparaissent pas avec une netteté qui me permettrait de les exprimer et d’établir entre eux un ordre de priorité – j’oublie un peu mon cas personnel et passe au rapport quadriennal de l’unité mixte de recherche à laquelle j’appartiens ; rapport auquel avec deux autres collègues ITA je prête la main. Autant dire que les jours de cette semaine 25 se suivent et se ressemblent dans leur monotonie administrativo/technocratico/évaluative. Après deux piqûres de rappels, les fiches individuelles attendues de ma vingtaine de collègues sont quasi toutes arrivées, ce qui permet de lancer la relecture destinée à y instiller un minimum d’uniformité, notamment dans les rubriques bibliographiques dont les opus recensés doivent être codés, de l’ACL – le nec plus ultra : article dans une revue internationale ou nationale avec comité de lecture répertoriée par l’AERES ou dans les bases de données internationales – à la malheureuse PV – publication de vulgarisation.


Jeudi
. Toujours dans le quadriennal, et le souvenir tout frais de mes lectures aux Archives nationales des rapports envoyés par les allocataires de la Caisse des sciences à l’appui de leurs renouvellements de bourses m’aide heureusement à prendre une certaine distance à l’égard de l’exercice auquel je me livre. Me reviennent les tournures des lettres accompagnant l’envoi de ces rapports au Directeur de l’enseignement supérieur – Jacques Cavalier de 1926 à 1937 -, les unes empreintes d’une extrême et scrupuleuse déférence, les autres au ton beaucoup plus désinvolte. Le 14 avril 1933, un chargé de recherche en sciences naturelles présente ainsi son rapport

Monsieur le Directeur,

Je vous remets ici une copie de mon rapport annuel pour la Caisse des Sciences, que je viens d’établir au moment de partir quelques semaines au Maroc pour rechercher les bulbes qui me manquent. Je vous renouvelle encore tous mes remerciements pour la bienveilllance que vous avez voulu me montrer. En particulier, je viens de recevoir l’avis de la subvention qui m’est accordée par la Caisse des Recherches. Je vous en remercie bien vivement : je suis très heureux de pouvoir ainsi m’outiller en vue des cultures expérimentales en montagne qui me semblent d’un réel intérêt. […]

Quand le 20 octobre 1934, une boursière en sciences sociales étudiant notamment le naturisme explique sans façons qu’elle ne peut obtempérer

 Monsieur, 

Etant actuellement dans les bois et n’ayant pas de machine à écrire à ma disposition, il m’est impossible de vous faire parvenir avant le 1er novembre la liste dactylographiée que vous me demandez. […].

Le 3 novembre 1934, le philosophe Emmanuel Lévinas s’exaspère quant à lui que la Caisse des sciences ne parvienne pas à prendre note de ses changements d’adresses : lettre reproduite ci-contre (AN F17 17458, de même que les extraits cités).

Vendredi. Séminaire Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles dernière séance de l’année et probablement dernière avant changement de formule et de thématique puisque le cycle était conçu pour trois ans. 2012/2013 sera une année de transition. Séance qui, comme les précédentes – Simon Psaltopoulos et Juliette Rogers sont nos 45e et 46e intervenants – se déroule dans une convivialité des échanges intellectuels qui fait du bien après une semaine de codages et classifications du savoir. Le travail scientifique c’est aussi, et heureusement, encore cela : des discussions qui ne rentrent dans aucune case préremplie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *