Aperçus vie de bureau, semaine 24

Lundi. Au vélux toujours le gris, donc je zoome sur l’arbre qui l’effleure. Le séminaire du labo, organisé aujourd’hui par Claire Zalc, est passionnant. Claire a invité Ivan Ermakoff, sociologue enseignant à l’université de Madison dans le Wisconsin à venir évoquer son ouvrage Ruling oneself out, a theory of collective abdication (Duke University Press, 2008). Ivan Ermakoff s’y livre à un travail de modélisation des processus de prises de décisions d’abdications collectives par des groupes renonçant, de leur plein gré, à exercer leur capacité de se défendre. Les cas passés au crible théorique par le sociologue sont les votes de pleins pouvoirs par le Reichstag à Hitler en 1933 et par les parlementaires français à Pétain en juillet 1940. Claire a également convié Johann Chapoutot, historien contemporanéiste à Grenoble 2, à ouvrir la discussion à partir des questions nées de sa lecture fouillée de l’ouvrage. Tout ce qui se dit là est hautement intéressant, stimulant et décloisonnant. Je n’interviens pas, ne me sentant pas de taille à, mais j’en prends de la graine.

Mardi. Aux Archives nationales, je consulte des actes conservés dans le fonds du Minutier central des notaires parisiens. Il s’agit d’inventaires après décès et de testaments concernant des maîtres et maîtresses de musique ayant enseigné leur art au XVIIIe siècle, j’y cherche ce qui pourrait concerner leurs élèves et y trouve notamment des listes de familles débitrices de leçons non payées au moment du décès du maître ou de la maîtresse. Mon chapitre d’ouvrage collectif en retard concerne l’éducation musicale des filles au XVIIIe siècle. Ce qui m’émeut toujours dans les documents notariés c’est la juxtaposition au bas des actes des signatures : il y a celles, alertes, des hommes de loi, et celles, appliquées, de leurs clients. Par exemple, quand le 12 décembre 1778 Marie Geneviève Foucher, épouse de François Vasse maître-horloger rue Saint-Etienne-des Grès, rentre en possession des biens de sa cousine germaine Louise Dubreuil, fille majeure, maîtresse de clavecin décédée le 24 novembre précédent dont elle est l’héritière cela donne (AN MC LXXIX 213)

Marie-Geneviève est certes moins rompue au maniement de la plume que les sieurs Rendu et Margantin, mais elle signe d’une graphie qui mêle relative assurance et léger tremblement. A Paris, dans ces années pré-révolutionnaires, les femmes d’artisans qui sont aussi le plus souvent filles d’artisans ont fréquenté les petites écoles bien implantées dans la ville et ont acquis là des savoirs de bases – lire, écrire,compter – mis en pratique dans l’atelier ou la boutique du père puis du mari. Louis-Sébastien Mercier dit cela très bien et cite même précisément les épouses des horlogers.

Mercredi. A la BnF je suis interloquée par l’affichette, probablement consécutive à un regrettable accident, disposée à côté du monumental lecteur de microfilms que j’utilise pour consulter des annuaires d’abonnés au téléphone des années 1930, en mezzanine de la salle de bibliographies. Je n’avais pas conscience du danger que je cours depuis des années et des années que je fréquente les bibliothèques.

Jeudi. Le numéro 9 de la revue Genre & histoire est mis en ligne et je figure parmi les auteurs au sommaire de ce numéro. C’est la première fois que je publie dans une revue d’histoire nativement et exclusivement numérique, et je dois avouer mon étonnement devant des consignes de forme et présentation de l’article qui ne différaient strictement en rien de celles d’une revue papier. Dommage que les auteurs ne soient pas incités à exploiter les potentialités du support. Sauf erreur de ma part – je n’ai pas encore tout lu – mon article est le seul qui comporte des liens, qui tombent sous le sens puisque j’y fais allusion à des textes disponibles sur Gallica. Le dossier du numéro, suite de celui du n° précédent, est consacré à des écrits de voyageuses. Les articles sont issus d’interventions faites au séminaire « Femmes, histoire, voyages », du groupe « Femmes et histoire » de l’IHMC, entre 2005 et 2008, quand Nicole Pellegrin l’animait, avant que je prenne la suite avec « Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles ». Le titre de mon article « L’émoi des demoiselles en voyage. Du voyage dans quelques journaux intimes de jeunes filles du XIXe siècle » est évidemment un clin d’oeil à Philippe Lejeune et à son beau livre paru en 1993, Le moi des demoiselles, enquête sur le journal de jeune fille, auquel mon texte doit beaucoup.

Vendredi. Au matin la belle surprise : pendant la nuit Morwenna Coquelin, la jeune historienne médiéviste dont la Villa attendait la visite, est passée par ici, et pas toute seule : avec un chroniqueur rencontré à Erfurt, conscient de l’inscription de ses écrits dans l’Histoire et par tant soucieux de leur légitimité comme de son autorité. Au moins deux bonnes raisons pour lui de se montrer au travail. Moi je cours aux Archives, parce que du 18 juin au 7 juillet le Caran sera fermé en raison de la mise en service d’un nouveau système informatique et qu’il me reste quatre actes notariés concernant des maîtres de musique à voir. Côté lecteurs c’est la panique des veilles de fermeture. Côté personnel, il semble que l’on s’inquiète aussi ; à la machine à café je dépanne en monnaie quelqu’une de la maison qui est en stage de formation à ce nouveau système et se plaint que cette formation est trop théorique, loin des demandes concrètes des lectrices et lecteurs qu’elle aura elle-même à initier au nouvel outil. De mes quatre minutes notariales, l’une retient tout spécialement mon attention : la convention établie le 4 septembre 1727 par un marchand boulanger du faubourg Saint-Antoine avec un organiste de paroisse pour que celui-ci enseigne pendant trois ans l’orgue et le clavecin à ses deux filles, Marie-Marguerite et Jeanne, Marie-Marguerite devant à terme pouvoir être embauchée comme organiste dans un couvent parisien. Si la perfection suffisante n’est pas atteinte, l’organiste devra continuer ses leçons, mais le boulanger ne déboursera par un denier de plus que les 300 livres du forfait convenu devant notaire. De retour au bureau, je mets la main à la bibliothèque sur le livre de Steven L. Kaplan, Le meilleur pain du monde : les boulangers de Paris au XVIIIe siècle, pour voir si par hasard ce boulanger y ferait une apparition. Hélas, l’absence d’index des noms cités me complique la tâche, pas de pomme F pour naviguer dans les 766 pages du livre… (Illustration ci-dessous : une (parmi tant d’autres) liasse du minutier central des notaires parisiens).


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Martine Sonnet dit :

    le boulanger et le maître (qui ne veut pas se laisser rouler dans la farine) ont pensé à tout : au terme des trois ans chacun convoquera un témoin (ou plutôt un auditeur) qui jugera si le degré de perfection est atteint ou s’il y a lieu que le maître continue ses leçons sans rétribution.

  2. PdB dit :

    J’aurais mis ma main au feu que le boulanger aurait payé les cours orgue-clavecin par du pain de sa fabrication… mais non (et le troc bordel ?) (dans les parenthèse, on a droit à la vulgarité, c’est ainsi)

  3. Ah oui, grand plaisir à partager ici les heureuses petites surprises nichées au coeur des liasses d’archives, comme la signature ampoulée – vous avez trouvé le mot juste ! – du sieur Glu. Quant à savoir si elles seront inutiles à la recherche : je ne sais pas, en tout cas, elles m’émeuvent (et donc j’écrirai avec…).
    Pour le reste photographier ses archives est sécurisant, certes, mais impose aussi de savoir s’arrêter, ce qui n’est jamais évident dans les dépouillements. Je ne sais pas jusqu’où cela m’aurait menée si j’avais pu photographier quand je dépouillais les archives des couvents féminins parisiens pour ma thèse.

  4. Morwenna Coquelin dit :

    Je vous envie tellement d’avoir le droit de prendre des photos dans vos archives! Pour le côté pratique, mais aussi pour pouvoir prendre en photo les surprises, les petites beautés, qui seront inutiles à la recherches mais qui font aussi le plaisir du dépouillement (la signature-ampoule que vous avez mise dans la colonne de droite est magnifique).

    J’ai soumis aussi récemment un texte à une revue numérique, et je m’aperçois en vous lisant que je ne me suis même pas posé la question de la spécificité du support et des éventuels liens à faire… Alors qu’en vous lisant, cela me semble naturel et important…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *