Aperçus vie de bureau, semaine 23

Lundi. Au vélux, gris et vue brouillée par la pluie. Retour aux affaires courantes, après décompression post journée-séminaire « Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles » de samedi. Je range, bureau réél et bureau-écran, et réponds au courrier en retard, en me demandant pourquoi l’organisation de ce genre d’événement, tâche à laquelle je suis pourtant rompue, me plonge à chaque fois dans un stress générateur de plusieurs nuits quasi blanches. Tout se passe pourtant toujours au mieux, les intervenants sont bien là, l’assistance présente en nombre (entre 12 et 15)  et variété disciplinaire idéaux pour de vraies discussions, la technique ordi-vidéo ne nous trahit pas, mais rien n’y fait, j’angoisse. Et comme samedi, outre l’animation de la journée, j’intervenais, s’ajoutait à mon inquiétude le syndrôme du « il m’a juste manqué un jour de plus pour faire ce que j’aurais vraiment voulu faire » qui frappe à chaque remise de papier ou exposé oral. Pour le reste, je sollicite – et obtiens – un délai de grâce d’un mois pour l’écriture d’un chapitre dans un ouvrage collectif (sur lequel je reviendrai) qui a pâti de mes préparatifs et réouvre les dossiers concernés. Je mets à jour ma veille scientifique éminemment subjective sur le carnet de recherche accompagnant le séminaire Femmes au travail. Plus loin de mon « coeur de métier », sur les bords, je suis très heureuse de la mise en ligne sur le site collectif remue.net littérature, ce lundi, de mon article sur le très beau récit de Yun Sun Limet, Joseph, qui vient de paraître aux éditions de la Différence.

Mardi. Après 2 mois de marathon aux Archives nationales pour « fatiguer » (comme dirait Pierre Bergounioux) des cartons de la série F 17 (Instruction publique) devenant indisponibles à partir de fin mai pour cause de déménagement à Pierrefitte-sur-Seine je prends la mesure du travail post-Archives qui m’attend. J’ai paré au plus urgent en préparant ma communication de samedi, mais au Caran, j’ai fait ces temps derniers des photos par centaines des papiers F 17 concernant l’activité de la Caisse nationale des sciences entre 1931 et 1939 et les données assemblées là, listes d’allocataires à reconstituer notamment, ne sauteront pas toutes seules dans mes fichiers Excel et Word… La possibilité offerte désormais de photographier librement aux A.N. est une bénédiction (quand je pense à la difficulté d’obtenir sur commande certaines reproductions de plans des pensionnats conventuels parisiens du XVIIIe siècle pour ma thèse, du temps où les archives Ancien Régime se consultaient salle Clisson) mais exige une discipline de fer pour s’y retrouver une fois de retour au bureau. Je gagne du temps depuis que j’intercale systématiquement une photo « d’ambiance » entre les séries de photos propres à chaque chemise dépouillée, le découpage/repérage dans mon i-photo se fait beaucoup plus facilement.

Mercredi. Allant à la BnF par le RER C au départ d’Issy-Val-de-Seine, je voyage dans LA rame – il n’y en a qu’une sur la ligne – habillée Grand Siècle, intérieur pelliculé de reproductions des décors du château de Versailles : un avant-goût pour les touristes qui l’empruntent pour s’y rendre, une diversion décorative pour les usagers quotidiens. Je suis assez époustouflée par le travail des décorateurs, l’ensemble est très réussi et astucieux. Je voyage dans la Galerie des Glaces – The hall of mirrors – La galeria de los espejos.

Comme le plus souvent désormais, j’ai réservé une « place virtuelle après 16 h à la BnF », c’est la certitude, y compris en se décidant le jour-même, d’avoir une place dans la salle de son choix et la possibilité de commander ses livres à l’avance. On dispose de 4 heures pour travailler jusqu’à la fermeture à 20 h, c’est calme, les salles se vident petit à petit, la batterie de l’ordi tient tout ce temps là sans chargeur, l’estomac, (sans parler de la vessie) tient aussi : pas de tentation de pause café ni d’expéditions toilettes (au bas mot 15 bonnes minutes dans chaque cas vu la distance). C’est économique à tout point de vue. J’en use ainsi avec ce lieu que je n’aime guère, à chacune et à chacun son mode d’emploi de la BnF.

Jeudi. Corvée administrative de saison, je ne rentrerai pas dans les détails mais cette année le Dossier Annuel d’Activités (DAA) des Ingénieurs, Techniciens Administratifs (ITA) se saisit en ligne, le problème c’est que l’application ne fonctionne que sous Internet Explorer ou une version ancienne de Firefox. Bref je ne peux pas me connecter au système et passe à une autre corvée administrative, quadriennale celle-là encore heureux, le rapport scientifique du labo en vue de son évaluation AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur), je ne rentre pas non plus dans les détails mais je participe à son élaboration et tente donc de réunir, dans les temps, les diverses contributions à assembler. Diversion très bienvenue le soir : mon invitation à la librairie L’Imagigraphe par le cercle de lecture Les filles du loir pour une rencontre-lecture des plus sympathiques principalement à propos d’Atelier 62, mais où il est question aussi de mes autres écrits, historiques ou non.

Vendredi. Obstination sur le DAA auquel je me connecte après rechargement d’une version obsolète de Firefox mais c’est pour constater mon extrême difficulté à me plier dans les cases, en particulier quand il s’agit d’y faire rentrer mes expériences et mes projets – il faut absolument avoir un projet d’évolution professionnelle quand on remplit son DAA. Mais les menus déroulants n’ont pas tout prévu, les nombres de signes par champs de saisie sont limités, et pas de rubrique « publications ». Remplir mon DAA me déprime profondément chaque mois du juin.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Martine Sonnet dit :

    Merci cher PdB, d’avoir migré avec moi jusqu’ici et merci aussi pour la chanson, ou juste l’intention de chanson, puisque celle-ci n’est plus disponible, sans doute une question de droits : nous la chanterons donc dans nos têtes…

  2. PdB dit :

    Il faudrait, pour les DAA, se doter d’hétéronymes (portant le même nom) (cependant) afin de se constituer des biographies de chercheurs virtuelles, obsolètes et compatibles administrativement (une chanson pour la route obscure : Desert Rose… http://www.youtube.com/watch?v=cADlJL6DDG8) (c’est que je lis Antonio Tabucchi “Une malle pleine de gens” folio 5346, et que le mois de juin est un de mes préférés)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *