Bienvenue dans ma vie de bureau

Ce mois de juin la villa Réflexive s’agrandit d’une pièce, mon bureau, et je vous y accueille volontiers.

Lorsque j’ai accepté il y a plusieurs mois d’occuper la villa en juin – merci à Mélodie Faury, grande ordonnatrice du planning et des changements de décors – , j’ai immédiatement pensé que j’y parlerai d’ego-histoire. Première historienne dans la villa Réflexive, c’est en terme d’ego-histoire qu’a résonné pour moi l’appel lancé au partage de nos réflexions sur nos pratiques de recherche.

J’imaginais alors évoquer ici quelques textes et démarches d’ego-histoires, le plus souvent familiales, auxquels j’ai été sensible. Parmi les plus récents il y aurait eu par exemple les livres d’Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, de Mona Ozouf, Composition française, un peu plus ancien celui de Michel Winock, Jeanne et les siens, ou le texte de Gérard Noiriel à la fin de son Penser avec, penser contre : itinéraire d’un historien. Et revenir aussi peut-être aux Essais éponymes rassemblés par Pierre Nora en 1987 et pourquoi pas même aux Souvenirs d’Ernest Lavisse (réédités en 1988 avec préface de Mona et Jacques Ozouf) dont je garde un bon souvenir de lecture.

Et, puisque je parle néanmoins un peu d’ego-histoire, si vous ne connaissez pas la série de textes d’historiennes publiée dans la revue en ligne Genre et histoire, à propos de leurs parcours intellectuels et professionnels, je vous conseille vivement d’aller lire d’un clic, ceux de Geneviève Fraisse (philosophe en fait), Françoise Thébaud, Yolande Cohen, et Cécile Dauphin,

Mais je n’ai malheureusement pas le temps de mettre maintenant par écrit mes réflexions autour des livres évoqués ci-dessus, notamment parce que juin est un mois chargé dans nos métiers. On boucle des textes, on se réunit, on évalue et on se fait évaluer, on rend compte de nos activités de l’année universitaire écoulée, voire, comme c’est le cas ce mois de juin 2012 à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC ou UMR 8066 en langage codé) le labo où je suis ingénieure de recherche),  on fait le bilan des quatre années écoulées et des projets pour les quatre à venir…

Désireuse néanmoins d’être présente ici, je m’en tire par une petite pirouette : je proposerai un journal-carnet de bord hebdomadaire de mes activités lors de la semaine écoulée. Ecriture et images saisies au jour le jour, mises en ligne chaque week-end si tout va bien. Petites réflexions impromptues sur ce que je fais et comment. Je prends le risque.

Entre ces billets hebdomadaires, une autre voix historienne se fera entendre, celle de Morwenna Coquelin, médiéviste, qui nous confiera les réflexions que lui inspirent les chroniqueurs allemands qu’elle étudie : des auteurs qui n’ont pas manque eux-mêmes de se décrire au travail… Elle sera donc, avec eux, la très bienvenue, autant qu’il leur plaira.

Petite précision sur le bureau sous les toits (d’où je vois parfois de drôles de choses) : il y fait très chaud ces temps-ci, la climatisation ne fonctionne pas (elle ne rafraîchit que nos voisins de l’autre bout du couloir, nos collègues de l’Institut des textes et manuscrits modernes – ITEM-, de très bons voisins qui s’intéressent notamment à Proust, à Flaubert et à l’autobiographie. Je suis donc en excellente compagnie sous les toits).


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Merci à toutes les deux d’être passées – en mon absence : je manque à tous mes devoirs ! – et merci Marie-Anne pour le rappel du billet de Benoît dont tout est parti : nous lui devons beaucoup et je suis admirative du travail qu’il réalise sur sur son carnet en nous donnant à voir a thèse en train de s’élaborer.

  2. Mélodie Faury dit :

    C’est avec grand plaisir que je vous lis ici, et que je suivrai vos conseils de lecture, votre carnet de bord et les discussions qu’ils initieront. J’aime ces premières déambulations que vous nous proposez par liens hypertextes interposés, et notamment les rencontres insolites qu’elles permettent !
    L’expérience interdisciplinaire des espaces réflexifs repose, je crois sur de vraies rencontres numériques et non virtuelles : nous savons d’où celle-ci commence, comme le rappelle justement Marie-Anne, sans savoir exactement où elle nous emmènera, et c’est ce qui fait son charme.
    Je découvrirai également avec curiosité les billets de Morwenna et ces textes médiévaux bien intriguants !
    Au plaisir de vous lire donc toutes deux, en juin.

  3. Marie-Anne Paveau dit :

    j’aime beaucoup la boucle délicate que fait ce texte : le projet des espaces réflexifs est venu d’un bout d’ego-histoire rédigé par benoît kermoal, alias @enklask qui te succèdera en juillet : « 48 rue jean-louis rolland » http://enklask.hypotheses.org/279

    merci des références d’ego-histoires, de belles lectures en perspective – la lecture du texte autobiographique de gérard noiriel m’avait beaucoup marquée – je me souviens aussi du choc d’avoir lu, brusquement au détour d’une page (très exactement entre le bas de la p. 12 et le haut de la 13) , antoine prost consacrer quelques lignes à une anecdote brutale de son service en algérie en tant que lieutenant (http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2004-1-page-5.htm) – un texte de 2004, et l’année d’après sortaient ses « carnets d’algérie » – je comprenais alors mieux sa thèse sur les anciens combattants

    la nouvelle déco de la #villa est très plaisante, ces photos sont pleines de mystère

    bienvenue à vous deux ! je suis contente de voir revivre le carnet

  1. 11/06/2012

    […] font partie des lieux numériques où je me sens bien. Et sont l’un de mes lieux de recherches. Ils s’animent en Juin et cela me […]

  2. 08/12/2012

    […] Sonnet également, était “désireuse […] d’être présente ici” et avait évoqué lors de nos échanges précédents son arrivée dans la #Villa, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *