La connaissance réflexive : valeurs de la science et vertu épistémique

"Second person"

Dans cette affaire de vrai piège et de fausse pédagogie qui a agité la blogosphère et la twittosphère ces derniers jours, il a été rarement question d’éthique ou de morale (en philosophie du langage et de la connaissance, les deux termes sont employés de manière équivalente et je suivrai ici cet usage ; alors que les termes de morale et même de philosophie morale semblent poser des problèmes en France et en français, encore englués dans des conceptions religieuses étroites et plutôt dépassées, moral philosophy va de soi en anglais). Peu de commentaires ont pris en compte le fait que cette histoire a mis en jeu des gens, et même des agents : agents psychiques, agents sociaux, agents moraux, agents intellectuels, agents affectifs. De nombreux commentaires se sont focalisés sur les savoirs (perspective knowledge-based), leur nature, leur obtention, leur source, etc. ou sur le système éducatif actuel et le dispositif d’acquisition et de contrôle des connaissances désormais inadapté aux environnements contemporains du savoir, tout particulièrement numériques. Mais on a peu entendu de propos sur les personnes, celles des élèves et celle de l’enseignant, et des rôles et des comportements que ces personnes seraient susceptibles ou désireuses d’adopter pour que leur sociabilité scolaire fonctionne.

Il existe des réflexions assez récentes sur les liens entre savoir et valeur, entre l’épistémique et l’éthique, qui fournissent un dispositif intéressant de réflexion sur cette activité particulière, commune aux enseignants, aux chercheurs, aux passionnés, aux collectionneurs et à bien d’autres sans doute qui est d’élaborer des savoirs, de les rassembler dans des lieux de consultation (archives, encyclopédies, collections, etc.) et de les enseigner, transmettre ou diffuser. Ces réflexions présentent l’activité de savoir comme profondément réflexive, la réflexivité étant amenée par la question morale.

En 1958, Elizabeth Anscombe publie un article devenu extrêmement célèbre, « Modern Moral Philosophy », où elle plaide pour le retour en philosophie morale à une théorie des valeurs qui mette l’accent sur les agents et non plus seulement sur les actes, en évitant à la fois le conséquentialisme et le déontologisme. Ce « retour à Aristote » doit s’accompagner selon elle d’une philosophie de la psychologie qui permette de tirer au clair les concepts impliqués dans les actions des agents, en particulier l’intention et la motivation. Dans cette lignée, se développe à partir des années 1980 environ, dans la philosophie anglophone, le courant de l’épistémologie des vertus (virtue epistemology), qui signe le tournant éthique de l’épistémologie, et qui se situe à l’interface de l’épistémologie, de l’éthique et de la philosophie de l’esprit. Des philosophes comme Linda Zagbevski (1996, 2004), Ernest Sosa (1991) ou John Greco (2010) proposent d’articuler vertu intellectuelle et vertu morale. Dans un article sur les relations entre normes éthiques et normes cognitives, Pascal Engel et Kevin Mulligan formulent clairement le problème posé : « Peut-on dire que la logique est une éthique de la pensée et que l’épistémologie est une éthique de la croyance ? » (2003 : 171). Ils résument les trois réponses possibles :

  1. une position disjonctive exclusive : les normes éthiques et les normes cognitives n’ont aucun rapport entre elles ;
  2. une position réductionniste : les normes cognitives sont des normes éthiques ;
  3. une position conjonctive : il y a des normes éthiques et des normes cognitives, et elles se recoupent partiellement ou il y a une analogie entre elles. Nous défendrons ici une version de la position conjonctive (2003 : 172).

Et moi aussi. Ce « changement de braquet », selon l’expression de Claudine Tiercelin (2005), est assez radical puisqu’il fait dépendre la connaissance des caractéristiques de l’agent, à la manière aristotélicienne, et non plus de la seule justification des croyances et des règles d’accession au savoir, comme le veulent les traditions platonicienne et cartésienne. Entrent alors en compte dans la formation des croyances les dispositions de l’agent, ses traits de caractère, ses aptitudes et ses vertus. Les domaines épistémique et éthique s’en trouvent étroitement articulés : le savoir n’est plus déconnecté des attitudes, des valeurs et des comportements mais leur est au contraire étroitement associé. Le savoir est de fait imprégné de valeur, comme le montre clairement J. Greco dans son dernier livre :

Quand nous disons que quelqu’un sait quelque chose, nous posons un jugement de valeur. Nous impliquons par exemple, que son jugement est préférable à la simple opinion de quelqu’un d’autre. Mais alors, les propriétés du savoir et les choses du même genre ont une dimension normative. L’épistémologie est une discipline normative (Greco 2010 : 86 ; ma traduction).

Autrement dit, de la même manière que les théories de la vertu essaient de comprendre les propriétés normatives des actions en termes d’agents moraux, l’épistémologie des vertus essaie de comprendre les propriétés normatives des croyances en termes de propriétés normatives des agents cognitifs. Linda Zagzebski propose quant à elle un modèle néo-aristotélicien de l’épistémologie des vertus reposant sur la phronesis comme reliant vertu morale et intellectuelle. L’honnêteté est par exemple pour elle à la fois un vertu morale et une vertu intellectuelle :

For example, honesty is on all accounts a moral virtue. It is a virtue that requires that one tells the truth. But it is not sufficient for honesty that a person tell whatever she happens to believe with the truth. An honest person is careful with the truth. She respects it and does her best to find it out, to preserve it, and to communicate it in a way that permits the hearer to believe the truth justifiably and with understanding. But this in turn requires that she have intellectual virtues that give her as high a degree of justification and understanding as possible.  She must be attentive, take the trouble to be thorough and careful in weighing evidence, be intellectually and perceptually acute, especially in important matters, and so on, for all the intellectual virtues. The moral virtue of honesty, then, logically entails intellectual virtues (1996 : 158-159).

On peut citer d’autres exemples de vertus éthiques et épistémiques : Engel et Mulligan proposent « la modération dans le jugement, la pondération, le scrupule, l’intelligence » ; Zagzebski signale la prudence intellectuelle, la persévérance, l’humilité, la fermeté, la flexibilité, le courage, la clairvoyance, l’ouverture d’esprit, l’élégance d’esprit. L’articulation de l’éthique et de l’épistémique repose sur idée que le « knower » est un agent de vertu éthique : les théories de la vertu épistémique sont donc bien « person-based » et non « act-based« .

Avec cette approche éthique de l’épistémique, on est dans le règne des valeurs : il s’agit d’une éthique des valeurs, et non d’une éthique des normes (dont le modèle serait le système kantien). Dans son tout dernier livre, Épistémologie pour une marquise, Pascal Engel expose très clairement les liens entre science et valeur, en insistant sur notre capacité d’apprendre la vertu épistémique, de nous éduquer à la pratique d’une science appuyée sur les valeurs (E. désigne le personnage qui le représente dans le cadre d’un dialogue philosophique avec la marquise) : 

E. [Les valeurs] s’incarnent pour moi dans la Raison et la Science, comme le soutenait Renan. L’idée qu’il existe des devoirs propres à la vie intellectuelle est banale. Un scientifique a le devoir de vérifier ses données, un journaliste celui de s’informer, un professeur celui de connaître son sujet, un étudiant celui d’apprendre, etc. Mais ces obligations ne diffèrent pas des codes de déontologie qui régissent toute profession : dans la mesure où acquérir le savoir, le diffuser et le transmettre sont des activités humaines au service d’un certain but et soumises à certaines règles, ceux qui s’y engagent souscrivent implicitement ou explicitement aux devoirs propres à ces activités et s’exposent à des critiques ou à des sanctions s’ils ne s’y conforment pas. Plus problématique est l’idée selon laquelle les activités cognitives en elles-mêmes, telles que croire, penser, juger ou raisonner, sonr soumises à des obligations. Celui qui juge mal ou commet une erreur de raisonnement doit-il être santionné ou blâmé ? C’est pourtant bien ce que semble suggérer Locke quand il parle des « devoirs qu’on a envers la vérité » et déclare que celui qui ne cherche pas « la vérité dans l’esprit qu’il doit la chercher… est comptable de toutes les fautes où il s’engage ». Quand le mathématicien victorien William Clifford déclare, dans son essai fameux « L’éthique de la croyance » (1877) qu’« on a tort, toujours et partout, de croire quoi que ce soit sur la base de données insuffisantes », il semble assimiler purement et simplement les obligations propres à la sphère du connaître à des obligations éthiques. Mais le savant qui se trompe ou qui soutient une théorie trop audacieuse commet-il une faute ? Faust, le docteur Mabuse, Frankenstein, et les savants fous qui peuplent la science fiction sont certainement des hommes mauvais ou imprudents, parce qu’ils font un usage mauvais de la science, mais ce ne sont pas, par définition, de mauvais savants. En quel sens peut-on alors parler d’obligations épistémiques ? […]

Si l’on ne peut pas décider de croire comme on décide de partir en promenade, il est cependant possible de contrôler indirectement la formation des croyances, en ayant prise sur les processus qui peuvent les produire, à plus ou moins long terme, en acquérant certaines habitudes et dispositions d’esprit qui favorisent certaines attitudes épistémiques.

Juger et raisonner ne sont pas simplement ces capacités naturelles, mais des aptitudes qui s’apprennent et s’éduquent. Dans la mesure où l’éducation de nos capacités naturelles est au service de nos objectifs de connaissance, et qu’il est en notre pouvoir de cultiver ou non ses capacités et de les améliorer, on peut dire qu’à ces objectifs sont associés certains devoirs : celui de contrôler nos données avant de formuler un jugement (éviter ce que Descartes appelait la précipitation et la prévention), celui d’apprendre à raisonner (notamment en apprenant la logique et l’usage des statistiques). […] (Engel 2012 : 168-169)

Ernest Sosa, l’une des figures importantes de l’épistémologie des vertus, contourne les approches aristotéliciennes de Zagzebski pour adopter une perspective cognitive. Il distingue deux types de savoir, le « savoir animal » et le « savoir réflexif » :

One has animal knowledge about one’s environment, one’s past, and one’s experience if one’s judgements and beliefs about these are direct responses to their impact – e.g., through perception or memory – with little or no benefit or reflection or understanding. One has reflective knowledge if one’s judgement or belief manifest not only such direct response to the fact known but also understanding of its place in a wider whole that includes one’s belief and knowledge of it and how these come about (Sosa 1991 : 240).

We have reached the view that knowledge is true belief out of intellectual virtue, belief that turns out right by reason of the virtue and not just by coincidence. For reflective knowledge you need moreover an epistemic perspective that licenses your belief by its source in some virtue or faculty of your own (Sosa 1991 : 277).

Autrement dit, le savoir rélexif, de plus haut niveau que le savoir animal est constitué par le filtre éthique de la vertu : « by reason of the virtue« , par la raison de la vertu. Le savoir réflexif est celui qui bénéficie d’une perspective, d’un regard de l’agent, le « knower« , qui examine son savoir et le teste, en quelque sorte, au moyen de critères éthiques, ceux de la vertu. On aimerait que se posent plus souvent ces questions, formulées par Claudine Tiercelin dans son ouvrage Le doute en question

L’épistémologie a-t-elle pour seule fonction d’évaluer la légitimité de nos croyances au vu des évidences empiriques dont nous disposons, ou peut-elle aussi émettre des directives sur la manière de se comporter comme chercheur, sur la manière dont, par exemple, il conviendrait de collecter davantage d’évidences empiriques, de multiplier nos sources, de mieux contrôler nos expérimentations, d’être attentifs à la critique, etc. ? (Tiercelin 2005 : 260).

Références

Anscombe G.E.M., 2008 [1958], « La philosophie morale moderne », Klesis – revue philosophique / actualite de la philosophie analytique 9, p. 9-31 (trad. par G. Ginvert et P. Ducray de « Modern Moral Philosophy », Philosophy 33, n° 124).
Engel P., 2012, Épistémologie pour une marquise, Paris, Ithaque.
Engel P., Mulligan K., 2003, « Normes éthiques et normes cognitives », Cités 2003/3, n° 15, p. 171-186.
Greco J., 2010, Achieving Knowledge, Cambridge, Cambridge University Press.
Sosa E., 1991, Knowledge in Perspective : Selected Essays in Epistemology, Cambridge and NY : Cambridge University Press
Tiercelin C., 2005, Le doute en question. Parades pragmatistes au défi sceptique, Paris, Éditions de l’éclat.
 Zagzebski L., 1996, Virtues of the Mind. An Inquiry into the Nature of Virtue and the Ethical Foundations of Knowledge, Cambridge, Cambridge University Press.
Zagzebski L., 2004, « Must knowers be agents ? », in Greco J. (ed.), p. 142-157.

Crédits : « Second person« , 2010, Françoise Lucas, mengwen29, galerie de l’auteur sur Flickr, tous droits réservés (merci à l’artiste de son autorisation)


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Mélodie Faury dit :

    Comme à votre habitude vous me faites penser, plus loin, ailleurs.
    Merci Marie-Anne pour ce billet et pour tous ceux qui l’ont précédé. Mars touche déjà à sa fin mais je sais que ce qu’il a semé perdure et s’enroule.

  2. Stéphanie Messal dit :

    A la lecture de ton texte, et sûrement parce que le mot vertu titille ma mémoire, je pense immédiatement à cette citation de Montherlant : « Chaque vertu cardinale de l’homme est pour lui une cause de solitude. L’intelligence isole. L’indépendance isole. La franchise isole. Le courage isole. La sagesse isole. » A méditer… :^)

    • Marie-Anne Paveau dit :

      @misanthropologue, la commentatrice la plus rapide de la planète… merci miss mis… oui, l’isolement, c’est vrai, la figure du whistleblower en est la preuve par exemple, ou celle du parrêsiaste – c’est peut-être pour ça que tant de gens restent neutres devant l’injustice…

  1. 08/12/2012

    […] 28 mars 2012 – La connaissance réflexive : valeurs de la science et vertu épistémique […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *