Boucles de lianes

Mais à quoi pensais-je avant de me perdre à regarder – Fernando Pessoa

En cherchant des photos pour illustrer mes billets de mars, placés sous le signe de la boucle, je suis tombée sur de drôles de tortillons, parfois nommés « zigouigouis » ou « scoubidous » en légende, sur le compte d’une certaine >> Anne (Flickr). Il y avait une petite série de ces lianes de vigne sèches merveilleusement entortillées. Les photos étant sous droits, je l’ai contactée et elle m’a très gentiment autorisée à m’en servir pour le bandeau de nos Espaces réflexifs en mars, et pour réaliser la petite exposition que voici. Merci Anne. La première photo est l’intégrale du motif qui figure en bandeau ; le bleu très particulier, un peu métallique, m’a fascinée. J’ai laissé les légendes dans leur jus. L’exergue de Pessoa est l’une des deux citations qui figurent sur son profil. Et comme la sérendipité n’est pas un vain mot, ni une vaine chose, il se trouve qu’Anne Petitfils, photographe, enseigne aussi la culture visuelle à l’université de Montpellier 3. La boucle est bouclée… Je signale par ailleurs que Valérie Kuki aka bulbocode909 propose également un très bel album de tortillés sur Flickr.

1. Tortillons et scoubidous

***

2. Haltère et zigouigoui

***

3. C'est la saison des zigouigouis... et des tortillons...

***

4. Point d'ancrage

***

5. Ssssssssssscoubidou !

***

6. Chevaux du vent et tire-bouchon

 

Crédits

Toutes les photos sont de >> Anne, sur Flickr, tous droits réservés


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. petitfils dit :

    excellent
    bravo à toutes les deux , toi ma petite soeur et Marie-Anne
    quel tandem

  2. Je te remercie chaleureusement, Marie-Anne, d’avoir retenu ces images pour illustrer tes billets.
    Je n’avais jamais imaginé que celles-ci puissent un jour se retrouver dans un tel espace réflexif !
    Je n’ai pas encore lu la totalité de tes articles mais beaucoup de ce que j’ai lu a attiré mon attention.
    Ton angle d’approche d’abord : non pas la réflexivité elle-même en tant qu’objet de recherche mais sa pratique et les effets que l’on peut observer….
    « Chercher ce qu’elle fait (la réflexivité) et comment elle le fait » a retenu toute mon attention.

    Curieusement et sans m’en rendre compte au début, je me suis trouvé embarquée avec toi dans une histoire de réflexivité !
    Tes mots, tes interrogations, tes questionnements ont eu comme conséquence de me mettre en état de réflexivité par rapport aux images que tu exposes, que tu as choisies dans mon corpus d’images.
    Je me suis donc posé des questions par rapport à ma pratique photographique : Pourquoi ce choix ? pourquoi ces images ? que disent-elles, d’elles-mêmes, de la nature, par leur nature, de mon goût, du sens induit, du sens produit ? qu’est-ce qu’elles m’évoquent, pourquoi une telle force d’attraction ? etc.
    Je me suis retrouvée, grâce à toi dans un état de réflexivité profond ! Je ne suis pas certaine que cette façon de dire les choses soit très scientifique, mais bon, je continue avant de ne plus savoir comment le dire.
    Je me suis interrogée sur le regard que je porte aux choses, à ces fameux tortillons, zigouigouis, boucles et spirales, toutes ces choses qui captent mon regard photographique. Si je regarde à nouveau mes images, je leur confère un sens supplémentaire à celui que je leur donnais au moment de la prise de vue mais aussi de leur présentation sur Flickr.
    De l’interrogation (non résolue), à la fascination des formes, je suis passée à une autre lecture de ce que les lianes me disent. J’ai recherché l’étymologie du mot boucle. Il vient du latin « buccula », diminutif « bucca », qui signifie bouche. Mes tortillons « disent » le lien, parlent de la continuité, du changement dans la continuité, de la remise en question, de la réitération et de l’interdépendance des choses. Et ces notions, qui me passionnent, me suivent et me poursuivent depuis un petit moment. Si je « l’intuitais » au départ, je n’avais pas la conscience de cette puissance d’évocation des formes….
    On peut dire aujourd’hui que la boucle est bouclée, tout du moins le lien (!) fait entre ces images et celles rapportées de l’Himalaya bouddhiste. La question maintenant est de savoir si ce changement qui s’est opéré dans mon regard sur les « tortillons », et par ricochet sur l’Himalaya, va modifier ma façon d’être, ma pratique photographique, et au final ma représentation du monde !

    J’ai pioché au « hasard » de tes articles quelques phrases qui me paraissent essentielles ou tout du moins résonnent en moi :

    « La question de cet enfant muet s’ouvrant subitement à la parole est magistrale et formule magnifiquement ce que la pratique de la réflexivité peut avoir d’acrobatique et de périlleux : si je
    souhaite m’interroger sur mes propres pratiques, mes conceptions et mes arrière-plans, si je veux pouvoir construire un observatoire d’où je puisse examiner à la fois mes objets et moi-même en train de les examiner, alors je dois adopter cette position récursive, je dois accomplir cette boucle sur (de ?) moi-même qui me permette de « voir mes yeux ».

    J’ai vu ce que mes yeux voyaient !

    « Pourquoi l’approche réflexive est-elle si peu valorisée en France ? »

    Je me le demande aussi !

    « J’ai proposé au fil de ces billets de mars plusieurs conceptions de la réflexivité. Ma préférence va à la réflexivité éthique que propose l’épistémologie des vertus, articulée sur une conception du savoir comme enquête révisable et non comme corps de connaissances fixées ».
    « J’ai, on s’en est aperçu, une tendresse persistante pour la réflexion de Bourdieu et sa notion de “réflexivité réformiste”, qu’il oppose à la “réflexivité narcissique” dans Science de la science et réflexivité ».

    Boucler la boucle n’est jamais facile ; l’image de mon amie Anne*° sur Flickr illustre bien cette difficulté. On en arrive parfois à un imbroglio de complexité qui mettra du temps à se démêler mais qui se démêlera tôt au tard !

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je ne sais pas comment te remercier anne de ce magnifique commentaire qui est en soi un vrai billet et qui me touche beaucoup
      j’ai d’abord trouvé la photo aux reflets bleus que j’ai mise en bandeau et j’ai vraiment été sous le charme de son mouvement à la fois serein et irrégulier, et surtout de cette belle lumière que tu as réussi à capter – et puis j’ai trouvé les autres, et j’ai d’ailleurs pu les comparer à d’autres photos de tortillons de vignes d’autres membres de flickr : rien à voir, à cause de la lumière, entre autres – j’ai bien sûr regardé tes photos de l’himalaya, qui me parlent aussi directement à travers le bouddhisme et elles ont la même lumière – alors « voir ses yeux », oui, mais aussi, je crois, produire la lumière que l’on voit et que l’on photographie, au-delà de la lumière « naturelle », « objectale », qui est là ou pas, et qui résiste à notre regard – je pense que tu fais ça quand tu photographies les regards en particulier – il doit y avoir du transfert du regard de la photographe au regard du photographié, j’en suis même sûre
      je suis ravie de te voir emportée dans le tortillon-tourbillon du mois de mars, ravie que tes photos ait enrichi mon propre regard, ravie de cette rencontre au long des chemins de la toile et de cet échange, qui, je l’espère, se prolongera – qui sait, une balade commune dans les vignes un jour, nos appareils à la main ?

  1. 11/04/2012

    […] Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire Réfle(x)tionsLe carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire | Espaces Réflexifs dans Écrire (publiquement) pour penserMarie-Anne Paveau dans Design. Strange loopsluckysemiosis dans Design. Strange loopsÉcrire (publiquement) pour penser | Espaces Réflexifs dans Le carnet de thèsejocelyne condat dans Art, anthropologie et corps : la réflexivité du chercheur… et celle du clown.petitfils dans Boucles de lianesCarnetiers […]

  2. 17/04/2012

    […] ce mois de mars, je me suis amusée avec mes boucles, spirales et tortillons, mais il n’est évidemment pas suffisant de se promener la tête en bas, d’accomplir des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *